Je suis la mère d’un enfant au primaire et les devoirs, c’est non

sad kid doing homeworks

À toi, l’enseignante de mon enfant qui lui donne des devoirs, j’ai le goût de te dire non.

Je veux dire non à la routine insensée que je dois mener comme un dictateur pour réussir à faire la liste interminable des leçons et devoirs que tu nous demandes. J’ai déjà presque pas de temps de qualité avec mon petit, est-ce que c’est possible de ne pas le passer à essayer de me rappeler le truc quand on multiplie avec le 9? J’aimerais ça pouvoir faire des choses agréables avec lui au lieu de crier au secours sur Allô Prof.

Je veux dire non à la surcharge cognitive et à la baisse de motivation. Je le vois bien dans ses yeux qu’il n’est plus disponible pour apprendre quoi que ce soit après sa journée en classe et au service de garde. Je n’ai pas envie de me chicaner avec lui alors que je sais très bien que ça n’apportera pas de bénéfices réels, à part prendre une chance de baisser sa motivation à long terme.

Je veux dire non à l’obligation de lire la page 4 le mardi pis le devoir d’anglais le mercredi. Vois-tu, ce n’est pas toujours possible de suivre ton plan. Quand on a un souper de fête, l’épicerie à faire ou tout simplement trop de fatigue, je me garde la discrétion de modifier tout ça. Je sais bien que ce n’est pas l’idéal, mais il va falloir faire avec.

Je te comprends de demander notre aide, je suis enseignante moi-même. Et oui, je parle contre ma paroisse. Je ne veux rien enlever à ton jugement professionnel et tes compétences, mais la réalité, c’est que les enfants qui n’ont pas besoin des devoirs vont les faire en quelques minutes et sans trop de problèmes. Je chiale pour les autres, comme le mien, qui ont besoin du double (ou même du triple) de temps pour faire le même travail. Tu le sais bien, tu le vois chaque jour dans ta classe. Tu comprends donc déjà à quel point c’est difficile pour lui de fournir ces efforts.

Entre nous deux, j’aimerais bien mieux qu’il donne son 110% en classe avec toi que de l’écoeurer rendu à 5h30 le soir. Il est déjà à boutte, je ne vais pas taper sur le clou en plus. Moi-même, quand je reviens de travailler, tout ce que je veux c’est relaxer et me donner une pause mentale pour mieux recommencer le lendemain!

Donc, merci de comprendre quand je décide de sauter les leçons de temps en temps. J’utilise mon jugement de maman. Je suis capable de comprendre que les leçons sont nécessaires jusqu’à un certain point afin de voir toute la matière, mais STP, ne nous rajoute pas des devoirs en plus. Allons-y en se faisant confiance mutuellement; je vais faire de mon mieux avec mon enfant à la maison, comme tu le fais également à l’école! Alors, si jamais le petit tannant décide de ne pas travailler en classe, bien sûr que tu peux m’envoyer les cahiers à la maison… On est des partenaires!

Alors, j’espère qu’on peut travailler en équipe pour faire réussir mon coco. Par contre, cela commence avec un break de devoirs à la maison.

Crédit : Romrodphoto/Shutterstock.com
Maman Ours
MAMAN OURS

39 thoughts on “Je suis la mère d’un enfant au primaire et les devoirs, c’est non

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *