Je suis une maman et ça ne peut pas être ça, la vie

depressed mom in kitchen

Je suis une maman et ça ne peut pas être ça, la vie. Se taper le rush du matin, un stop à l’école, beaucoup de trafic, s’asseoir devant un écran pendant huit heures, reprendre le volant pour retourner à l’école, se taper le rush du soir, se coucher et recommencer le même manège en boucle. Puis, le vendredi, être trop vidée pour vouloir quoi que ce soit d’autre que s’endormir devant la télé à vingt et une heures après avoir bu un seul verre de vin pour se donner l’impression d’avoir décompressé.

Je suis une maman et ça ne peut pas être ça, la vie. Jouer au G.O. tout le weekend pour les enfants sans jamais prendre une demi-heure pour soi-même. Utiliser chaque seconde pour faire une tâche ou une autre. Ne jamais oser sortir marcher sans culpabiliser pour « tout ce temps perdu ».

Je suis une maman et ça ne peut pas être ça, la vie. S’oublier tellement dans la routine qu’on en devient totalement démunie devant un peu de temps libre. Qu’est-ce que j’aime? Qu’est-ce que je faisais avant? Qu’est-ce qui me fait plaisir à moi?

Je suis une maman et ça ne peut pas être ça, la vie. Être toujours trop raisonnable. Pas cette année l’Espagne, ce serait plus sage de payer nos dettes. Acheter une piscine pour les enfants, en se privant d’un tout-inclus dans le sud en amoureux pour une dixième année de suite. Cotiser aux REER, mais étirer son vieux manteau d’hiver année après année. Passer tout son budget de sorties dans les centres d’amusement, mais se sentir coupable de se faire faire quelques mèches lors de son rendez-vous semi-annuel chez la coiffeuse.

Je suis une maman et ça ne peut pas être ça, la vie. Avoir pour seul moment d’exaltation de la semaine une escapade à l’épicerie seule vingt minutes et être contente qu’il y ait une file monstre pour que ça dure plus longtemps.

Je suis une maman et ça ne peut pas être ça, la vie. Avoir l’impression de se donner un break parce que, un seul soir de la semaine, on remet à demain le pliage du linge propre.

Je suis une maman et ça ne peut pas être ça, la vie. Répondre aux exigences, dire oui sans cesse. Faire toujours ce qu’on attend de soi. Jamais de coup d’éclat, jamais de folies. Répondre au téléphone quand quelqu’un nous appelle pour se plaindre pendant de longues minutes, mais ne jamais trouver d’oreille empathique quand on va mal. Se sentir obligée constamment.

Je suis une maman et ça ne peut pas être ça, la vie. Ne pas dormir parce qu’on se demande ce qu’on pourrait bien manger au prochain souper, parce qu’il ne faudrait surtout pas passer droit pour payer Hydro, parce qu’il faut trouver le budget pour acheter les trois paires de souliers pour la rentrée, parce qu’il ne faut pas oublier que ça prend un chapeau drôle pour la journée spéciale organisée par le service de garde vendredi.

Je suis une maman et ça ne peut pas être ça, la vie. Manger du quinoa, du kale et des graines de chia le midi, juste parce que c’est bon pour la santé. Le soir, cuisiner seulement de la lasagne, du pâté chinois et des tacos en boîte pour éviter les crises et les négociations incessantes à table.

Je suis une maman et ça ne peut pas être ça, la vie. Ne jamais aller au cinéma pour voir le film incontournable qu’on attend depuis longtemps, mais ne pas hésiter pour les films pour enfants, même ceux qui ont l’air plates à mort. Prendre seulement un combo enfant avec le petit verre thématique qui coûte une fortune, sans rien se ramener pour soi.

Je suis une maman et ça ne peut pas être ça, la vie. N’avoir jamais le temps pour ses loisirs (de toute façon, quels loisirs?), mais tout faire seule lorsque son chum est au hockey, qu’il rentre de travailler plus tard ou qu’il part à la pêche.

J’ai des enfants magnifiques qui me remplissent de joie et de bonheur à chaque jour, mais est-ce que je suis réellement venue sur Terre pour mettre un enfant au monde, faire le souper et plier le lavage?

Je voudrais acheter un élevage d’alpagas à la campagne. Faire pousser mes propres légumes. Voir le Costa Rica. Apprendre le violoncelle. Écrire un roman. Faire une retraite de yoga. Suivre un cours de pâtisserie. Courir un demi-marathon. Chanter dans un karaoké. Manger de la pizza à Naples.

Je voudrais être fière de moi.

Avoir des projets qui me font vibrer.

Cocher toutes les cases de ma bucket list.

Me sentir vivante.

Et si c’était plutôt ça, la vraie vie.

Crédit : DGLimages/Shutterstock.com
Maude Tweddell
MAUDE TWEDDELL

13 thoughts on “Je suis une maman et ça ne peut pas être ça, la vie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *