Lettre à mes petits, de leur maman qui travaille avec des enfants

teacher in classroom with kids

Mes chers enfants,

Maman travaille avec des enfants tous les jours et ce job, elle l’aime de tout son cœur. Je l’ai choisi et j’en suis fière. J’y mets toute mon âme, toute mon énergie et chaque jour, j’entre au boulot avec le maximum d’empathie, de patience, d’écoute et de douceur que mon corps et mon cœur sont capables de fournir. Au fil des heures et des jours, j’offre le meilleur de moi-même à ces élèves qui évoluent dans mon quotidien parce que c’est ce qu’eux, ainsi que leurs parents qui me font confiance, attendent de moi. C’est un métier tellement gratifiant, tellement stimulant.

Mais c’est aussi un métier qui a des répercussions sur vous. Ceci étant dit, j’aimerais vous rappeler que vous êtes ce que j’ai de plus précieux et vous dire que je suis désolée si parfois, je reviens à la maison avec beaucoup moins d’empathie, de patience, d’écoute et de douceur.

Sachez que ce n’est pas votre faute, s’il m’arrive parfois de supporter difficilement vos chicanes fraternelles; c’est qu’au cours de la journée, j’ai réglé des tas de conflits avec d’autres amis.

Je suis désolée s’il m’arrive de perdre patience lorsque vous n’écoutez pas du premier coup quand je vous demande de faire vos leçons; c’est qu’au cours de la journée, j’ai tenté de convaincre des dizaines de fois les amis qui n’avaient pas envie de compléter leur activité.

Je voudrais m’excuser aussi s’il arrive que je vous demande quelques minutes de silence alors que vous n’avez qu’envie de me raconter vos anecdotes de cour d’école; c’est qu’au cours de la journée, j’ai prêté mes oreilles tant de fois déjà.

Je m’excuse aussi pour ces fois où j’oublie les activités spéciales de votre garderie ou de votre école; c’est que je passe un grande partie de ma journée à planifier et préparer celles de mes élèves.

Je vous demande aussi pardon pour ces leçons que vous faites seuls alors qu’un parent à bout de souffle quémande mon aide après les heures d’école et ces jours où vous quittez le service de garde plus tard parce qu’il m’a fallu rester au travail plus tard pour cet enfant pour qui ça ne va pas très bien ou pour ce parent qui est arrivé en retard.

Pour toutes ces fois où je me sens si fatiguée, si épuisée, je voudrais vous dire que je me sens coupable. Oui, coupable d’offrir le meilleur de moi-même aux enfants dont je m’occupe tout au long de la journée et de vous offrir ce qu’il me reste d’énergie et de patience en soirée.

J’aime ma profession de tout mon coeur. Je l’ai choisie et j’en suis fière. J’y mets toute mon âme et toute mon énergie, mais je vous aime des milliers de fois plus et je veux que vous sachiez que je vous trouve exceptionnels. Parce que vous ne me reprochez jamais rien. Parce que vous comprenez toujours tout. Parce que vos yeux et vos cœurs comprennent déjà l’importance de ce temps que j’accorde à d’autres enfants que vous.

Merci d’être ce que vous êtes,

Maman.

La Collaboratrice dans l'Ombre
LA COLLABORATRICE DANS L'OMBRE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *