Cet été, ferme donc tes écrans

sad dauhgter mother on cellphone

Je ne t’apprendrai rien en te disant que les technologies ont envahi toutes les sphères de nos vies depuis une couple d’années. On se lève le matin et on fait défiler notre fil Facebook avant même d’avoir mis un orteil hors du lit. On s’installe avec nos deux toasts au beurre de pinottes devant la télé pour se faire bombarder de nouvelles — toutes plus déprimantes les unes que les autres — avant d’aller passer huit heures de notre journée devant un ordinateur au travail. Après notre journée de travail, même routine : une fois que la folie du cinq à sept est passée, on retourne s’échouer sur le divan, où on se gave de la dernière série Netflix à la mode, en faisant encore défiler notre fil Facebook pour être bien sûre de ne pas manquer la dernière photo de Marie-Pier Morin ou le dernier potin croustillant — et probablement faux! — sur une vedette d’Hollywood qu’on replace à peine.

Sérieux?

Je ne suis pas en train de dire que 100% de notre utilisation des technologies est une perte de temps futile et abrutissante; c’est aussi là-dessus que tu parles à ta sœur qui habite à cinq heures de route de chez toi et que tu peux voir ses enfants que tu ne verrais que deux fois par an sinon. C’est aussi là-dessus que tu gardes le contact avec bon nombre de tes amies que tu vois trop peu, faute de temps. Mais cet été, je te suggère de fermer tes écrans. Une seule journée, ou peut-être même dix s’il le faut, mais ferme tes écrans et je te jure qu’il va se passer quelque chose de beau autour de toi.

Parce que quand tu n’auras plus la télé en bruit de fond, tu vas probablement réussir à entendre ta p’tite dernière qui s’invente une chanson dans sa chambre.

Parce que quand tu n’auras plus les yeux rivés sur ton cellulaire pendant la partie de soccer de ton fils, tu vas peut-être remarquer que non, il n’a pas compté de but, mais il a aidé le petit Mathis à se relever quand il s’est enfargé dans ses bottines.

Parce que quand tu vas t’asseoir tranquille avec un livre pendant une heure de temps, ça se peut bien que la magie opère et que ça donne le goût à tes enfants de faire pareil.

Parce que quand tu vas prendre ton crayon et écrire, tes p’tits vont probablement te regarder comme si tu venais d’une autre époque, mais ça va peut-être aussi leur donner le goût de se mettre à l’écriture eux aussi, comme ça, juste pour le fun.

Parce que quand tu vas aller t’asseoir sur le bord du feu ou sur le bord du lac en silence, ça se peut que tes enfants aient un peu peur, parce que normalement quand maman ne parle pas, c’est mauvais signe. Mais quand tu vas les encourager à écouter plutôt que de parler, ils vont réaliser que tout autour, il y a des sons auxquels ils ne portent que trop rarement attention : un oiseau, une grenouille ou le troisième voisin qui passe sa tondeuse à huit heures le soir (personne n’a dit qu’il y avait juste des bruits le fun quand on écoute la “nature”).

En plus, en fermant l’écran de tes p’tits en même temps que les tiens, au lieu de devenir la méchante mère qui ferme les écrans, tu vas devenir une martyre tout comme eux; quand ils vont voir que tu t’y fais et que tu t’occupes autrement, ils n’auront pas d’autre choix que de faire pareil, et tu vas vite réaliser que c’est pas mal plus dur pour toi que pour eux finalement.

Je te le dis, cet été, fais-toi un cadeau pis ferme tes écrans.

Parce que ce qui se passe autour de toi vaut mille fois ce qui se passe sur ton fil Facebook, je te le garantis.

Audrey Gauthier
AUDREY GAUTHIER

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *