Je suis brûlée, je suis vidée, m’entends-tu ?

mother cry in daughter's room

Je suis brûlée, je suis vidée, m’entends-tu ?

Quand je te dis que je suis fatiguée, je ne veux pas dire que j’ai besoin que quelqu’un prenne le relais pour s’occuper des petits le temps d’une sieste; ce que je veux dire, c’est que chaque matin, lorsque j’ouvre les yeux, je me demande comment je vais faire pour passer à travers la journée et que cette simple pensée me suit jusqu’à ce que je me recouche le soir.

Je suis brûlée, je suis vidée, m’entends-tu ?

Comme un robot programmé pour survivre à la routine, du matin au soir, je pose les gestes que je dois poser et je remplis toutes les tâches qui m’incombent sans faillir à aucune de mes responsabilités machinalement. Mais sous mon capot lustré pour faire pâlir les voisins d’envie, mes mécanismes se cassent les uns après les autres et bientôt, ce sera la panne sèche.

Je suis brûlée, je suis vidée, m’entends-tu ?

Peut-être que bien des gens en font plus et le font mieux. Peut-être que de ton regard extérieur, ma vie te semble tout à fait normale et mon horaire tout à fait raisonnable. Peut-être que tu crois que je pleure sur mon sort à tort, que d’autres mènent une vie beaucoup plus difficile que la mienne. Peut-être que tu te dis que je suis faible. Mais peut-être sommes-nous tout simplement différents et plusieurs éléments de ma réalité t’échappent. Dans tous les cas, la vérité demeure la même; que tu le comprennes ou non, je n’en peux plus.

Je suis brûlée, je suis vidée, m’entends-tu ?

Peut-être que je pourrais être plus heureuse et reposée en lâchant prise et en revoyant mes priorités. Peut-être que mon état est le résultat de mes choix. Mais pour l’instant, je n’y vois plus clair tant je lutte pour ne pas m’écrouler; avant de penser apporter un quelconque changement à ma vie, j’ai besoin de m’arrêter.

Je suis brûlée, je suis vidée, m’entends-tu ?

Et tu as bien raison de croire que je le dis tout haut pour attirer l’attention; j’ai réalisé que je n’y arriverai pas seule et j’ai besoin de ton aide. J’ai besoin de ton support, sans jugement. J’ai besoin de tes mots d’encouragement. J’ai besoin que tu prennes le relais. J’ai besoin de pouvoir entièrement m’appuyer sur toi, le temps de reprendre des forces.

Je suis brûlée, je suis vidée.

M’entends-tu ?

logo parfaite maman cinglante

7 thoughts on “Je suis brûlée, je suis vidée, m’entends-tu ?

  1. Roxanne Répondre

    Magnifiquement bien écrit!
    Comme j’aurais aimé avoir ces mots lorsque je me suis sentie comme cela!

  2. Rosy Thivierge Répondre

    Tu exprimes bien ce que c’est! Merci et lâche pas! xxxx

  3. Lemieux Répondre

    Je me suis sentie comme ça trop souvent et le regard des autres leurs jugements me fesait d’autant plus mal, être positive, s’encourager soit même, creusé tjs plus loin pour trouvé la force de seulement pas s’effondrer. Je trouve ça formidable d’avoir la chance de lire un belle article comme celui-ci parce oui ça fait du bien quand on réalise quon est pas toute seule à se sentir comme ça et le vivre
    L’épuisement sa s’empare de vous c’est comme avoir pris quelques verre de trop se levé Hangover mais fois 10000 c’est pas seulement mental mais physique
    Je parlais seulement pour moi je terminerai en disant merci mille fois de tout coeur car c’est grâce à de petits articles comme celui si qu’on reprend goût à la vie, qu’on reprend force
    Merci
    Marilyne

  4. Audrey Répondre

    Oh la la, c’est dernier temps c’est pas facile à gérer et tu n’imagines même pas à quel point tes mots me font du bien. Merci tellement pour ça.

  5. Catherine Répondre

    Effectivement, j’aurais aimé avoir ces mots… peut etre aurait il réagit, peut etre ne serions-nous pas séparés aujourd’hui. Peut etre pas … mais j’ai senti qu’il me laissait m’ensevelir vivante.

  6. Edwidge Répondre

    C’est réellement vrai 👏🏿👏🏿

  7. Magali Répondre

    Merci, je me sens moins seule ds cet océan renverssant qu”est la famille… et ses defis, et ses sacrifices, et ses cassures, et ses constants apprentisssges, confrontations, questionnements, doutes, peurs, critiques… cest fantastique donner la vie, cest aussi difficile être mère que l’inconditionnel amour quon leur porte. Ils sont imparfaits, moi itoo pis je l’ai en pleine face. Pleine conscience de l’adulte vulnerable qui met son grand habit de mère, heureusement une semaine sur deux. Triste de m’avouer simplement là. …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *