La vérité, c’est que c’est peut-être ta faute si ton enfant n’est pas du monde

angry kid

ATTENTION : La Dure-Mère est la couverture controversée utilisée par toutes les mamans qui ont envie de partager leurs opinions les plus arrêtées sur la maternité. Fracassante, sans nuances, aux limites caricaturales, La Dure-Mère juge, dérange, choque, soulève les passions et suscite des débats. Vous l’aimerez jusqu’au jour où vous ne l’aimerez plus parce qu’elle aura effleuré un sujet qui vous tient à coeur sans partager votre vision. Mais plutôt que de sortir de vos gonds, pourquoi ne pas utiliser sa couverture pour défendre votre opinion à votre tour ?

Avant tout, mettons les choses au clair : si ton enfant a été diagnostiqué avec X ou Y trouble ou pathologie, cet article n’est pas pour toi.

J’ai une mauvaise nouvelle pour toi : quand tu deviens parent, tu ne te transformes pas en monsieur parfait ni en madame sans défauts; ton manque de patience et ton sale caractère ne s’évaporent pas comme par magie le jour où ton enfant naît. Ton petit est turbulent ? Mais toi, comment agis-tu au quotidien quand il est temps de te concentrer dans le calme ? Ta petite est plus colérique que la moyenne ? Mais toi, comment réagis-tu quand tu es fâchée ?

Au risque de te décevoir ou de te contrarier, ton enfant n’est possiblement pas plus pénible que celui de la voisine; c’est peut-être toi qui ne gères pas bien la situation.

As-tu déjà envisagé les choses sous cet angle-là ? As-tu déjà fait une introspection à savoir si tu n’aurais pas quelques bibittes à éradiquer ?

On admet facilement quand on n’est pas doué en mathématiques, en orthographe ou qu’on est nul en sport. On sait que pour devenir bon au piano, il faut travailler et personne n’aurait l’idée de s’improviser pilote de ligne ou compagnon menuisier sans formation. Grande nouvelle : pour la parentalité, nous ne sommes pas tous doués non plus.

C’est bien beau de se dire que parce qu’on aime nos petits, on est forcément les meilleurs parents pour eux.

Mais ce n’est pas vrai.

Tu dis que tu as la volonté d’être la meilleure mère pour tes enfants ? Parfait. Mais elle va jusqu’où, ta volonté ? Est-ce qu’elle inclut de travailler sur toi-même, d’identifier tes traits de caractères problématiques et les squelettes dans ton placard pour les analyser, les comprendre et, si nécessaire, t’en débarrasser ?

Toute seule, la volonté, ça ne suffit pas toujours.

Un enfant, ça demande de l’amour mais aussi du temps, de la patience, des compétences et ça sollicite une partie de soi-même; ce n’est pas pour rien que les personnes à qui tu le confies pendant que tu travailles ont suivi une formation professionnelle pour s’en occuper.

Si certains parents sont plus naturellement doués pour la parentalité, ce n’est pas le cas de tous et il serait fou de ne pas l’admettre.

Si tu fais partie de ceux qui n’ont pas toutes les compétences requises pour l’emploi, la bonne nouvelle, c’est que ça se travaille.

Et la première étape, c’est de reconnaître ses lacunes plutôt que de mettre les problèmes de comportement de ton enfant sur le dos de n’importe qui.

Ce texte a été rédigé par Elodie sous le couvert de La Dure-Mère afin d’annoncer clairement les intentions du texte. 

La Dure-Mère
LA DURE-MÈRE

Une réflexion sur “La vérité, c’est que c’est peut-être ta faute si ton enfant n’est pas du monde

  1. Pierre Valiquette Répondre

    Un parent désire le meilleur pour son enfant,,,,,, à la naissance. Mais plus tard: dépêche toi de te lever, de manger, de t’habiller, arrête de pleurnicher,
    Va prendre ton bain, ôte-toi de devant la télé…

    Et on veut le meilleur pour notre enfant??? La volonté s’arrête là.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *