Je suis la maman d’un enfant gavé

baby hospital

Je suis la maman d’un enfant gavé.

On m’a annoncé que mon enfant n’allait pas bien et que pour assurer sa survie et sa sécurité, il fallait le gaver. J’ai accepté pour son bien. Mais ça n’a pas été une nouvelle facile à accepter. Comme si je recevais un coup de deux par quatre en pleine figure au moment où je m’y attendais le moins.

Je suis la maman d’un enfant gavé.

Tant de fois, on a installé ce tube dans le nez jusqu’à l’estomac. Tant de fois, il a été arraché. Tant de fois, on a dû lui réinstaller. Et chaque fois, je me suis sentie comme une mauvaise maman alors que je devais le coucher sur la table, l’envelopper dans une couverture pour l’empêcher de bouger et le lui réinstaller.

Je suis la maman d’un enfant gavé.

Quand je marche dans la rue, les yeux se tournent vers mon enfant. On me pose souvent des questions. Qu’est ce qu’il a ? Ce à quoi je réponds que la raison pour laquelle mon enfant est gavé fait partie d’une des trois cent quarante raisons pour lesquelles un enfant doit l’être et le problème n’est pas toujours apparent physiquement. Et lorsqu’on me demande si c’est permanent, je ne peux pas répondre parce que seul mon enfant pourra me le dire avec le temps.

Je suis la maman d’un enfant gavé.

On m’a proposé la gastrostomie parce que je n’en pouvais plus de voir mon enfant souffrir. La peau de ses joues rouge vif, en sang à cause du collant et des vomissements répétés à cause de l’irritation. On a installé un petit tube qui est directement installé dans l’estomac sur le ventre. C’est petit et discret et on l’a fait parce que le gavage allait se prolonger sur plusieurs années.

Je suis la maman d’un enfant gavé.

Mon enfant respire la joie de vivre, il court, saute, joue, parle et va à la piscine. Il est comme tous les enfants de son âge. Malgré sa condition, il est capable d’avoir une belle qualité de vie.

Je suis la maman d’un enfant gavé.

Le gavage lui a sauvé la vie, il a l’air en santé et c’est grâce au gavage. Je suis contente d’avoir pris cette décision.

Je suis la maman d’un enfant gavé.

La pompe de gavage nous cause parfois bien des soucis, il faut souvent user de débrouillardise pour tout arranger et trouver des solutions, mais cela ne nous empêche pas de sortir.

Je suis la maman d’un enfant gavé.

Ce n’est pas parce qu’il est gavé, qu’il ne mange pas par la bouche. Aujourd’hui, nous sommes enfin en processus de dégavage. Mon enfant mange trois repas et trois collations par jour.

Je suis la maman d’un enfant gavé.

Et je suis fière de mon enfant.

Maman G
MAMAN G

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *