Si tu ne veux pas être à boutte, fais moins d’enfants

mother with one kid

Tout le monde est à boutte des mères à boutte. Ben oui, avoir des enfants c’est exigeant. Tu t’en doutais sûrement avant d’en faire, mais une fois qu’ils sont tous là, il est un peu tard pour réaliser que tu en as peut-être trop faits, finalement. Pour celles qui n’ont pas encore le bras pris dans l’engrenage, v’là donc une poignée de bonnes raisons de faire juste un enfant.

#1  Les soupers

Moins t’as d’enfants, moins tes soupers sont chaotiques. Tu vas pouvoir faire une grosse batch d’un repas qui va nourrir tout le monde le soir même en plus d’avoir des restes pour le lendemain. En prime, un seul enfant pour deux parents, ça permet de se séparer la tâche : un qui fait à souper, l’autre qui divertit l’enfant qui a faim. Une fois assis pour manger, vous allez pouvoir jaser de votre journée tous ensemble dans la joie et l’allégresse (mettons).

#2  Le bain

Penses-y : un seul bain à donner chaque soir, pis tu peux même en skipper un une fois de temps en temps. Si tu délègues cette tâche-là à ton chum, tu vas pouvoir profiter de cet instant de silence pour finir de ramasser la vaisselle ou juste t’échouer sur le divan avec un livre en attendant tranquillement que ton enfant propre vienne se faire sniffer le cou pour te montrer comment ça sent bon.

#3  Les nuits

Chaque nuit, t’as une seule possibilité de te faire réveiller par un enfant qui tousse/pleure/a fait un cauchemar/a envie de pipi/name it. Si ledit enfant ne se réveille pas, TU NE TE RÉVEILLES PAS. Simple de même. En plus, en ayant un seul enfant à coucher chaque soir, une fois que c’est fait, tu peux enfin vaquer à tes occupations sans avoir à refaire le même manège trente minutes plus tard avec un autre enfant. Disons que ça te laisse un peu plus de temps libre avant de toi-même sombrer dans ton lit.

#4  L’argent

Évidemment, un seul enfant, ça coûte moins cher pour tout : d’épicerie, de garderie, de vêtements, de REÉÉ, d’activités, etc. T’auras probablement jamais besoin de te questionner à savoir si tu peux l’inscrire à tel ou tel cours, ou si vous pouvez vous permettre d’aller à telle place pour les vacances d’été. Aller à Disney à trois plutôt qu’à cinq, disons que ça fait quand même une bonne différence sur un budget!

#5  Le ménage

On va se l’dire, un seul enfant, ça fait pas mal moins de ravages sur un ménage! Tu peux passer ta balayeuse aux deux semaines sans problème (à condition d’un peu fermer les yeux sur les graines en dessous de sa place à lui à table!) et le ramassage de jouets se fait en un blitz de trois minutes top chrono.

#6  Le lavage

Avant d’avoir un enfant, tu faisais deux brassées par semaine? Ben je te confirme qu’avec un seul enfant, ça va encore être ça. Tu vas investir un gros six minutes de plus dans ta semaine pour plier ses vêtements, mais tu vas en sauver au moins vingt-huit que tu perdrais à essayer de matcher les bas de chacun pis à deviner si ces bobettes-là sont à ta plus grande ou à ta plus petite. Avec un seul enfant, c’est simple : tous les vêtements format mini sont à lui.

#7  Ton épuisement général

C’est sûr qu’avoir un seul enfant, c’est moins drainant qu’en avoir quatre. Je te dis pas que tu seras jamais brûlée pour autant; élever des p’tits humains, ça tire du jus pareil! Mais au lieu de finir ta journée avec 20% de batterie, tu vas peut-être plus la finir à 40%. Pis ce 20% de plus là, il va t’être bien utile pour continuer d’entretenir ta vie amoureuse, ta vie sociale, d’avoir des loisirs, des passions, etc.

Tu t’étais peut-être dit que t’en voulais deux ou trois ou peut-être même plus encore! Mais t’sais, t’as le droit de changer d’idée. T’as le droit de revoir tes attentes une fois que tu comprends ce que c’est réellement, avoir un enfant. Pense pas que t’es égoïste d’arrêter après un parce que ça te suffit amplement, parce qu’en fait, c’est pas toi que tu choisis, c’est vous : toi, ton chum, pis le p’tit que vous avez déjà. Pis ça je t’assure, c’est tout sauf égoïste.

Pis pour celles qui ont envie de s’emporter, je ne suis pas en train de dire que tu ne choisis pas ta famille quand tu décides de l’agrandir, que tu ne devrais pas le faire ni que tu n’as pas le droit d’être à boutte si t’as plus d’un rejeton; ce que je dis, c’est que chacun a ses limites et que c’est en les respectant qu’on s’assure du bonheur de tout le monde.

Audrey Gauthier
AUDREY GAUTHIER

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *