Je suis la deuxième Maman

two mothers with baby

Je suis la deuxième Maman.

Non, je ne suis pas la nouvelle blonde, ou l’amie, ou la sœur qui traîne dans le coin. L’enfant que ma blonde a porté dans son ventre, c’est ma fille. La petite chouette qui bave dans ses bras, c’est la mienne.

Je suis la deuxième Maman.

Je sais qu’elle ne me ressemblera jamais physiquement et qu’elle n’aura sans doute jamais mes yeux, ou mon nez. Mais ce qui ne fait aucun doute, c’est qu’elle aura mes valeurs et ma main dans la sienne pour affronter le monde.

Je suis la deuxième Maman.

Je sais que pour beaucoup, la différence entre père et géniteur est un concept difficile à accepter, mais ma famille, c’est une famille moderne. Ma fille n’a pas de père; elle a un oncle formidable et un grand-père admirable qui l’accompagneront dans la vie et lui permettront d’avoir de bons modèles masculins dans son entourage.

Je suis la deuxième Maman.

Ma fille a deux mamans. Deux mamans qui ne fournissent plus de la couvrir d’amour, de sourire, de câlins. Deux mamans qui seraient prêtes à tout pour elle. Deux mamans qui la regardent dormir le soir avec des larmes de joie dans les yeux.  Deux mamans qui se tiennent la main et se disent des ‘’Je t’aime’’ au travers des couches, des biberons, des premiers sourires, et malgré les pleurs et les nuits d’insomnie.

Je suis la deuxième Maman.

Mon bébé a deux mamans qui ont bûché pour réussir à la tenir dans leurs bras, ce petit trésor-là. Deux mamans qui défient les regards et les commentaires lors de chacune de leurs sorties en famille. Deux mamans qui ne comprennent pas toujours la haine qui se dégage de certains humains, mais qui sont toujours impressionnées par l’ouverture d’esprit des autres qui trouvent cela donc bien génial, deux mamans. Deux mamans qui ne comprennent pas toujours que pour certains, c’est si facile d’avoir des enfants… et qui ont de la difficulté à regarder autant de parents prendre leurs enfants pour acquis.

Je suis la deuxième Maman.

Notre famille n’est pas conventionnelle, mais nous avons voulu notre fille pendant des années. Nous avons planifié son arrivée et l’avons attendue avec impatience. Nous nous sommes tenu la main lors des échographies et tous les autres rendez-vous. Nous avons expliqué notre processus des centaines de fois avec le sourire aux lèvres devant les curieux.

Alors, lorsque vous me regardez avec un air surpris quand je mentionne que je suis l’autre maman, sachez qu’au bout de la journée, dans le confort de mon foyer, l’amour de ma vie et notre trésor m’y attendent et qu’auprès d’eux, les commentaires entendus et les regards déplacés n’ont plus d’importance.

Nous sommes une famille différente, nous somme une famille moderne qui, tout comme vous, vit ses hauts et ses bas, rit aux éclats à certains moment, et éclate en sanglots à d’autres.

Mais au bout de la journée, lorsque bébé est au lit, et que sa maman dort paisiblement dans mes bras, j’ai toujours la certitude que je n’échangerais rien contre cette vie-là.

Stéphanie Asselin
STÉPHANIE ASSELIN

15 thoughts on “Je suis la deuxième Maman

  1. Fanny Répondre

    Un grand Merci de la part d’une autre deuxième maman.
    🙂

    1. Christina Gourgon Répondre

      Vous n’ êtes pas des « deuxième maman. ». Vous êtes des premières vous aussi ! C’est pas parce que tu l´as pas porté que tu es la deuxième, dans mes yeux en tk ! Deux mamans, deux parents à part égale, deux premières, deux complémentaires !

      Une maman dans une équipe de premières !

      1. Nancy

        Tres bien dit! Je trouve ça magifique!

  2. joanne Répondre

    L’amour qu’on porte à un enfant n’a pas de sexe. Vous êtes deux parents présents qui ont à coeur l’épanouissement et le bonheur de leur enfant. C’est tout ce qui compte.

    Je vous dis bravo et vous souhaite une belle vie de famille

  3. Mireille Répondre

    Super texte : bravo ! Je tiens à te dire que, ce matin, j’ai écouté les nouveaux Passe-partout avec mon garçon, et la nouvelle Madame Coucou a expliqué à Cannelle et Pruneau que son bébé avait deux mamans : elle et sa conjointe. J’y ai vu un désir de société de montrer aux enfants différents modèles de famille et j’ai senti un avancement vers l’acceptation de la diversité en matière de parentalité. Dans le coeur de ton enfant, je suis certaine que ses deux mamans sont NUMÉRO 1 ! 🙂

  4. Chrystiane Bisson Répondre

    Tellement bien dit Stéphanie ! Merci ♥

  5. Stéphanie Répondre

    Je suis une maman et l’autre maman aussi ma conjointe ayant porté nos 2 plus vieux et moi le petit dernier et wowww quel beau texte qui résume bien notre situation à toutes! Bravo

  6. Sylvie Répondre

    Très beau texte. Belle vie à vous trois

  7. Nina Répondre

    Très bel article. Merci.

  8. Sylvie Thibault Répondre

    Belle vie a votre famille vous êtes un modèle d’amour.

  9. Johanne Gagnon Répondre

    Bravo à vous toutes premières mamans sur un pied d’égalité. Qui aiment leurs enfants autant l’une que l’autre.
    D’une grand-maman heureuse d’avoir deux merveilleuses petites-filles nées de votre famille atypique mais combien adorable.
    Grand-Maman Johanne

  10. Marie Répondre

    Si on se mettait à la place de “votre” enfant, cet enfant sera privé volontairement d’un Père. Jamais, il n’aura le droit de prononcer le mot Père au sein de sa cellule familiale.

    Malgré l’image moderne que vous voulez donner à la famille, le droit d’un enfant d’avoir un père, sera toujours bafoué.
    Qu’est-ce qui prime, le droit de l’enfant ou le droit d’avoir un enfant?

    1. Mo Répondre

      Chère Marie,

      en effet il n’y a pas de père, il y’a un donneur, un géniteur et c’est tout.
      Les homme qui donnent leur sperme sont d’accord de le faire, que ce soit pour un couple fait de deux femmes ou d’une femme et d’un homme, alors de quoi vous mêlez-vous ?

      Vous croyez peut-être que deux mamans sont incapables d’éduquer des enfants ? Alors que tant de mamans le font bien seules, délaissées par leurs «compagnons» ! C’est l’abandon et l’intolérance qui posent problème Madame, pas le sexe des parents !!

      Vous parlez du «droit d’avoir un enfant». J’espère que vous défendez avec autant d’emphase les droits des enfants nés d’une mère et d’un père et qui ne sont ni aimés, ni accompagnés, ni soutenus dans leur parcours.
      Également, j’espère que vous vous engagez auprès de ceux victimes de violences au sein de leur famille classique « 1 papa + 1 maman » car ils sont nombreux (je vous invite à consulter les résultats de l’Observatoire des Touts-petits à ce propos…).

      Au final, je ne peux que vous conseiller d’aller à l’encontre des enfants qui ont grandis avec 2 parents du même sexe, et demandez-leur comment ils vont. Vous serez fort surprise j’en suis certaine !

      Je vous souhaite une bonne ouverture d’esprit.

  11. PASTURAL VANESSA Répondre

    Bonjour,

    Je suis ici pour une demande toute particulière. Ma femme et moi attendons notre première enfant, après une réaction tellement illogique du papa de ma compagne (je porte notre fille), et tombant sur ce texte blindée d’émotion, j’aimerai vous demander la permission de le partager sur mon réseau social afin de transmettre indirectement un message à beau papa, et à toute personne remettant en cause la place si LOGIQUE de Maman de ma compagne.

    Merci d’avance pour l’attention portée à ma demande.
    Bien à vous

    Mme Pastural

  12. Christina Répondre

    Pas de problème ! Rassurez-vous, une fois les enfants bien en vie, les grands-parents finissent habituellement par oublier les préjugés en voyant la relation privilégiée de l’enfant avec chacune de ses mamans. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *