Depuis ta naissance, le temps me manque

kid sun

Depuis ta naissance, le temps me manque.

Les mois semblent écourtés par nos pas pressés et la durée des années raccourcies par tes traits qui changent trop vite.

Depuis ta naissance, le temps me manque.

À tes côtés, la vie, si légère, brille de mille feux et roule à toute allure sur le chemin de tes découvertes et de tes apprentissages.

Depuis ta naissance, le temps me manque.

Et j’aimerais pouvoir remplir le sablier du temps de sable neuf avant que tu sois trop grand, avant que tu sois un adolescent, avant que tu deviennes un homme à part entière.

Depuis ta naissance, le temps me manque.

Et j’aimerais gagner une seconde de plus chaque soir, le temps d’un tout dernier bec d’esquimau, un petit dernier promis, avant que tu succombes au sommeil.

Depuis ta naissance, le temps me manque.

Et j’aimerais gagner une minute de plus chaque matin lorsque je te dépose à la garderie afin de pouvoir te serrer dans mes bras plus longuement et m’imprégner de ton odeur unique avant de partir travailler.

Depuis ta naissance, le temps me manque.

Et j’aimerais gagner une heure de plus chaque jour pour chanter, te bercer, te coller, te raconter des histoires, te taquiner, savourer davantage ta présence et prendre le temps d’accomplir paisiblement toutes ces tâches que l’on fait toujours à toute vitesse.

Depuis ta naissance, le temps me manque.

Et j’aimerais gagner une journée de plus par semaine pour nous permettre de faire plus d’activités, pour explorer le monde ensemble, pour accomplir tout ce que l’on désire accomplir ensemble.

Depuis ta naissance, le temps me manque.

Et j’aimerais gagner un mois de plus chaque année pour rattraper tous ces moments qui glissent entre les doigts, pour se découvrir et se redécouvrir.

Depuis ta naissance, le temps me manque.

Et j’aimerais gagner une année de plus entre celle-ci et la prochaine pour graver dans mon esprit tous les doux moments de ta jeunesse, pour contempler encore pendant un moment ta naïveté enfantine et te regarder vivre les derniers instants de ta petite enfance avant que tu ne bascules dans le milieu scolaire.

Depuis ta naissance, le temps file, tu deviens un petit homme indépendant et j’aimerais parfois ralentir le tic-tac de l’horloge pour t’aimer une minute, un mois, un an, toute la vie, de plus mon petit homme.

Josée Ouellette
JOSÉE OUELLETTE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *