Je te remercie, cher parent policier

police officer with kid

Chère maman policière, cher papa policier,

Dans ce monde où tout va trop vite, où il y a trop de jugement et pas assez d’empathie, j’aimerais te remercier.

Je sais à quel point ton métier peut être difficile, éreintant et déprimant. Tu es confronté à la détresse, au malheur, au chagrin, sans compter toutes les fois où tu mets ta vie en danger.

Dans ce monde où les policiers sont de plus en plus souvent appelés à exercer un rôle de travailleur social et de psychologue, tu mets plus souvent qu’autrement ta propre santé mentale en péril; tu es témoin de drames et ta tête est remplie d’images choquantes.

Tu côtoies la maladie, la souffrance, la mort et l’échec lorsque tu ne parviens pas à sauver certaines personnes ni à en arrêter d’autres. Tu es peut-être hanté par de terribles souvenirs alors que certains de tes collègues souffrent de traumatismes.

Au quotidien, tu dois être fort, faire la part des choses et ne pas ramener ce fardeau à la maison. Tu ne dois pas contaminer ta propre famille avec toute cette douleur, tu dois tout laisser sur le pas de la porte et afficher un sourire. Tu dois malgré tout être un bon parent et passer du temps de qualité avec tes enfants.

Tu te sacrifies, en tant qu’individu, pour veiller au bien-être de tous. Tu te sacrifies aussi en tant que parent, afin que nos enfants soient en sécurité. Tu ne comptes plus les spectacles de fin d’année, les fêtes d’anniversaire et les compétitions sportives que tu as ratés parce que tu étais en service ce jour-là. Tu ne comptes plus ces matins où tu n’as pas pu embrasser tes enfants avant leur départ pour l’école parce que tu as fait du temps supplémentaire et que tu es rentré plus tard que prévu. Tu ne comptes plus toutes ces journées où tu as été moins patient avec tes enfants parce que tu venais de faire trois shifts en ligne; c’est normal d’être moins patient quand on dort seulement six heures en deux jours et que tu dois rentrer au poste pour ton dernier shift de nuit. Tu ne comptes plus les fois où tu n’as pas pu accompagner tes enfants pour une activité puisque tu étais de garde ou sur appel. Au fil des ans, tu as cessé de faire le compte de ces petits moments du quotidien et des événements marquants que tu as ratés.

Tu dois également endurer les insultes et le discours haineux dont tu fais souvent l’objet. Tes détracteurs sont nombreux, ils te jugent, te traitent de tous les noms. Ils pensent que tous les policiers sont véreux, que vous profitez du système et que vous dépassez vos droits. Il y a certainement des policiers indignes d’avoir un insigne, mais c’est le cas dans toutes les professions. C’est peut-être seulement plus frappant parce que vous portez un uniforme et que vous n’êtes pas cachés dans un bureau.

À ces gens-là, je réponds de se mettre à ta place pour une journée, seulement une, afin de savoir ce que c’est de toujours devoir marcher plus que droit, d’être observé et jugé par tout le monde. Réaliser à quel point la pratique est différente de la théorie. Comprendre que tu as un quart de seconde pour prendre une décision dans le feu de l’action.

À toi, chère maman policière, cher papa policier, je tiens à ce que tu saches que j’apprécie ton travail. Je suis heureuse que tu exerces ta profession parce que je ne prendrais pas ta place. Je ne passerais pas des nuits blanches dans une auto-patrouille à répondre aux appels de violence conjugale, de vols, d’individus barricadés et de délits de fuite. Je n’aimerais pas me faire cracher dessus par un bandit et risquer de tomber malade.

Pour tous ces bisous que tu n’as pas donnés, toutes ces comptines que tu n’as pas chantées, tous ces fous rires que tu n’as pas partagés, je te remercie. Je te remercie de faire ces nombreux sacrifices afin que nos enfants grandissent dans un monde sécuritaire.

Je te remercie d’avoir choisi cette carrière afin qu’en tant que parent, je puisse vivre ces moments avec mes enfants en toute sécurité.

Crédit : LightField Studios/Shutterstock.com
Vanessa
VANESSA

16 thoughts on “Je te remercie, cher parent policier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *