À toi, l’homme qui veut entrer dans ma vie après le père de mes enfants

man with mother and kid

À toi, l’homme qui veut entrer dans ma vie après le père de mes enfants,

Tu me fascines et tu me fais peur à la fois. Tu te tiens là, près de moi et de ma vie, attendant patiemment que je te laisse entrer. Tu sais que ce ne sera pas chose facile de pénétrer cet univers qui m’appartient et qui a déjà été ébranlé bien que trop fort, mais tu me prouves jour après jour que rien de ce monde, qui t’était complètement inconnu jusqu’à il y a peu de temps, ne t’effraie.

Curieux, tu veux en apprendre plus sur cette vie de maman qui est la mienne. Mes enfants ne t’incommodent pas le moins du monde, tu comprends que mon ex gravitera toujours autour de nous, tu fais peu à peu tomber ce bouclier en titane que j’avais érigé comme une forteresse entourant tout ce qui m’est cher et tu me rassures quand la panique s’installe en moi.

Je cherche désespérément une raison valable de me sauver en courant, mais tu me fais l’effet d’un aimant. Je cherche désespérément une façon de te faire fuir, mais tu me répètes que je suis belle, que je te fascine et tu continues de vouloir en apprendre plus sur moi. Plus j’essaie de me protéger et plus tu perces, avec toute ta douceur et toute ta tendresse, cette coquille qui est la mienne.

J’attends avec impatience à chaque matin ton premier message texte et je me surprends à sourire lorsqu’il se présente. Chaque fois que j’ai quelques minutes à moi dans ma course folle, je saute sur le téléphone pour t’appeler. Lorsque j’entends ta voix si mélodieuse quand tu me réponds, je m’étonne de rire comme une adolescente pendant que, dans ma poitrine, mon coeur bat un peu plus fort.

Tu recolles petit à petit les morceaux de ce cœur qu’un autre avant toi avait fait exploser en mille miettes, tu me fais rêver, tu me rends heureuse, tu me fais du bien. Si tu savais à quel point tu me fais du bien. Mes barrières commencent à tomber et mes craintes s’estompent sans que je m’en rende réellement compte.

Avec toute ta patience, tu traces peu à peu ton chemin jusqu’à cet endroit en moi que je croyais scellé à jamais et je dois avouer que je souhaite de tout mon être que tu t’y ancres et y restes pour un très long moment.

Mélanie Monette
MÉLANIE MONETTE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *