À toi, la maman Superwoman

tired mother sleeping with baby

À toi, la Superwoman,

Oui, toi, la maman qui veut performer dans tout, tout de suite et partout.

Je pense qu’on est dues pour une petite jasette dans le blanc des yeux toi et moi parce qu’il est grand temps de retirer une couple de briques de tes épaules pour rendre ta vie plus légère et plaisante. Entre toi et moi, la pression que tu te mets pèse lourd en maudit. Même Hugo Girard aurait de la misère à faire trois pas avec cette tonne de briques-là sur le dos.

Quand je parle de briques, je te parle de celles que tu te mets sur le dos pour retrouver ta shape d’avant. Deux mois après ton accouchement, tu jugeais déjà ton mou de ventre pis tes nouvelles vergetures, tu magasinais un maillot de bain une pièce en te disant que tu n’étais vraiment plus belle à regarder sur le bord d’une piscine et tu ne pouvais même pas t’imaginer que quelqu’un entrevoit ton corps nu parce qu’il était, et il est toujours, hors de question que tu montres ton body de maman pas tant ferme, mais tellement vivant.

Laisse-toi donc une chance pis du temps avant de vouloir t’inscrire à Qui perd gagne.

Quand je parle de briques, je te parle aussi de celles que tu te mets sur le dos pour avoir une maison qui brille comme Mme Blancheville. WOH, la mère. Cette tâche-là appartient autant à ton chum qu’à toi et s’occuper d’un bébé à temps plein pendant un congé de maternité, c’est déjà bien assez demandant comme ça. Personne ne va te cracher dessus si ton bain n’est pas aussi blanc que celui de l’hôtel et que ton frigidaire sent un peu l’ail qui est dans le fond du tiroir à légumes.

Tu frotteras un autre jour, prends-ça relaxe !

Quand je parle de briques, je te parle aussi de la pression que tu te mets sur les épaules à force de trop vouloir que tes enfants soient toujours beaux, propres, polis et incroyablement bien nourris. Laisse-moi te dire que c’est cute un nouveau-né en pyjama, un p’tit gars qui parle trop ou une petite fille qui se la joue un peu trop dure à cuire. Tout le monde aime ça, une fois de temps en temps, une soirée pizza devant la télé pis un congé de bain.

Me semble que c’est plus facile quand tu te la coules douce et sans trop de contraintes.

Rappelle-toi bien que peu importe tes choix, tes enfants et ton chum t’aimeront toujours inconditionnellement pis inconditionnellement, c’est sans condition. Donc sans conditions de ménage parfait, de cuisine toujours santé et d’une maison ou d’un physique sans imperfections.

À toi, la Superwoman, t’es belle pis bonne avec ton t-shirt lousse, ton legging, ton chignon de travers pis ton sourire sincère. Laisse tomber tes briques et fait place aux plumes, ta vie sera beaucoup plus douce.

Alexandra Dallaire
ALEXANDRA DALLAIRE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *