Lettre à mon bébé perdu

sad woman with teddy bear

Deux simples petites lignes sur un test de grossesse et mon cœur était prêt à exploser de bonheur! Enfin. Tu étais là, à t’accrocher à moi, à dépendre de moi et à me remplir de joie. Je t’aimais déjà, ma petite crevette. J’ai préparé l’annonce à ton père avec le gros scénario et il était fou de joie quand il a su. J’ai annoncé à tout le monde que tu serais parmi nous à l’hiver. Je voulais crier mon bonheur sur tous les toits. À partir de ce jour, ma tête et mon cœur n’ont pensé qu’à toi. La main toujours sur la bedaine, j’essayais déjà d’établir un contact. Mes seins voulaient exploser, mais je m’en fichais parce que tu étais là et c’est tout ce qui comptait. Le bonheur qui m’habitait était incommensurable.

Enfin, le jour de l’échographie de datation est arrivé. Ton père et moi avions tellement hâte de savoir si tu allais bien et si tu étais seul ou peut-être accompagné ? J’étais euphorique à l’idée de voir ton petit cœur battre. Mais une fois l’échographie complétée, on ne nous a rien dit. Angoissée, mais pas trop, j’ai attendu la venue du médecin qui devait confirmer que tout était beau.
“Madame, le cœur a cessé de battre.”

Boom, un cataclysme, une explosion, un boulet de canon en plein cœur. Mon cœur voulait éclater, aucun mot ne sortait de ma bouche, j’étais complètement vidée, le souffle coupé.
Ma vie s’est effondrée, puis sont venues la culpabilité, la colère, l’envie de te rejoindre. Difficile n’est pas le mot. Quand on attend un petit trésor si longtemps et qu’on nous l’arrache, la douleur est indescriptible.

J’ai analysé tout ce que j’ai pu faire qui aurait pu causer ton départ. Est-ce que la caisse d’eau était trop lourde? L’eau du bain trop chaude? Le jambon en tranche que j’ai mangé?
Chaque personne de notre entourage s’est mise à me raconter les expériences des autres. Comme si, le fait que la belle-sœur de mon frère ait fait une fausse couche à huit semaines de grossesse et qu’elle ait perdu son bébé en allant travailler allait me consoler. Comme si, parce que j’éprouvais une peine immense, il fallait que cette douleur se compare à celle des autres, question de l’amoindrir.

“Une grossesse sur cinq se termine en fausse couche.” Cette phrase ne console personne.

Quand mon application de grossesse m’a rappelée le nombre de semaines de grossesse auquel je devais en être, j’ai arrêté de respirer parce que ça faisait trop mal. Ça me rappelait que j’étais vide, que la vie n’était plus en moi. Tu prenais toute la place et cette place était maintenant déserte, ton départ créant un vide immense. J’avais mal à ma vie, mal de n’avoir pu te sauver, mal d’avoir autant aimé.

Le temps a passé, le deuil s’est fait peu à peu, mais ton souvenir reste.

Aujourd’hui, tu serais un petit homme ou une petite bonne femme pleins de vie, ou pas. Mais avec le temps, j’ai accepté qu’il a fallu que tu partes.
Je t’aimerai toujours.

Madame Truc Nuche
MADAME TRUC NUCHE

6 thoughts on “Lettre à mon bébé perdu

  1. Sophie Répondre

    A chaque fois c’est difficile . J’en ai eu des silences qui annoncent la tristesse….des curetages, à la maison…etc on m’a même dit que je devais apprécier les enfants que j’ai parce que moi, je suis chanceuse d’en avoir….c’est vrai mais ça console pas les pertes…..bon courage aux papas et mamans xxxxx

  2. Valerie Répondre

    Juste merci car je vis ca presentement et le lire me fait du bien. Je pleure et ca me libere un peu mais ca reste cette douleur davoir tout perdu ce que lon attendait avec autant despoir mais que la vie vient te larracher comme un voleur. Juste merci de pas etre seule a ressentir cette douleur dechirante.

  3. Stéphanie Répondre

    Merci pour ce beau texte tout est dit. Je me rappellerai toute ma vie de ce fameux 12/12/2012 lorsque le petit être qui grandissait en moi est parti aussi. Ma vie s était effondré bien que j avais 2 beaux enfants en santé ce petit être était désiré mais s est envolé a 11 semaines de grossesse. Avec le temps le chagrin s estompe mais chaque année le 12 déc j ai une pensé pour ce petit bébé qui n aura jamais existé. Courage aux maman et aux papa endeuillis. Nous avons eu par la suite une petite fille qui et maintenant rendu à 4 ans et aura 5 ans en mai. Nous l adorons mais un enfant n en remplacera jamais un autre ;). Merci

  4. Roxanne Répondre

    J’ai vécu une fausse couche à 11 semaines en décembre après un an d’essai. Rien n’efface la douleur. Merci pour ce beau texte.

  5. MC Répondre

    Cet article tombe tellement à point… La journée même où il a été publié, j’apprenais à 11 semaines lors d’une échographie que j’avais un petit ange dans mon corps depuis 4 semaines… Il a décidé d’arrêter sa route après 7 semaines de vie. C’est dur à lire, mais ça fait tellement du bien, car je me sens moins seule.

    Merci d’avoir partagé ce beau témoignage. Je trouve tellement qu’on manque de soutien et d’accompagnement pour vivre le deuil une fois que le verdict tombe. On nous dit, la bonne nouvelle c’est que vous êtes fertile. Vous pourrez recommencer dans 6 semaines…

    1. Carolanne Répondre

      Il m’est arrivé la même chose ! À l’écho de datation on avait tellement hâte de voir notre bébé. Lorsque le radiologiste à annoncé que son petit coeur avait arrêté de battre à 7 semaines il a dit : Bon on va se revoir pour une prochaine grossesse.
      Notre petit ange nous a quitté en août ! Il aurait du naitre le 23 février … je ne voulais pas devenir enceinte avant la DPA de mon premier bébé ! Son commentaire était très déplacé . Maintenant que mon deuil s’est fait peu à peu j’ai hâte d’être à nouveau enceinte . Je n’oublierai jamais mon 1e bébé mais la peine s’est atténuée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *