À toi, la mère qui trouve que mon enfant est gros et qui nous juge

fat kid

En réponse au texte “Au parent dont l’enfant est obèse et qui lui donne des frites trois fois par semaine” publié le 4 décembre dernier.

Salut à toi, maman qui craint pour la santé de mon enfant.

À toi qui es dérangée par le fait qu’il soit gros et qui me pointes du doigt au McDo, alors qu’il s’empiffre de frites pour, comme tu l’avances, “la troisième fois cette semaine”.

À toi que je vois, le nez collé dans mes vitres, à compter combien de jouets Happy Meals il a dans sa collection.

À toi qui as l’intention de trouver un article de loi pour me pousser à proscrire tout écran de ma maison pour m’amener, ainsi que mon rejeton, à l’entraînement militaire. À toi qui nous juges avec tes grands principes et tes grandes raisons. Merci.

Merci de me donner une chance de te jaser ça. Je pourrais te relater des faits que tu connais déjà, mais je suis pas mal sûre que tu ne me croirais pas, même si c’est prouvé par plein d’études. Je vais donc préférer utiliser tes armes à toi, c’est-à-dire parler avec mon p’tit cœur de maman plutôt qu’avec ma tête, pis te renvoyer dans la face deux-trois informations que tu devrais rebrasser dans ta tête avant de juger mon kid sur son apparence. Ça fait qu’attache-toi à ta laitue pis mets ton casque de crossfit ma grande, ok?

Premièrement, sache que mon enfant est aussi beau que le tien. Il n’a pas “des beaux yeux”, ni “un beau visage”, il ne vient pas en morceaux, c’est pas un kit Ikea! Il est juste beau, dans son corps, dans ses mimiques, dans son sourire. C’est un enfant cibole, tous les enfants sont beaux quand ils rebondissent dans la cour. Arrête de le regarder comme s’il s’était échappé du zoo, veux-tu?

Deuxièmement, sache que mon enfant est aussi brillant que le tien. Parce que le cerveau, ça vient pas gras, ma chouette. La culture populaire nous véhicule cette idée du gros con, hein? Les tissus adipeux, ça doit remplacer les tissus cérébraux, pas vrai? Ben non. Mon enfant est dans la même classe que le tien, il fait les mêmes devoirs que le tien, et il réussit aussi bien que le tien. Peut-être mieux, qui sait? Toute marche, sur mon enfant, ma fille.

Troisièmement, sache que mon enfant est aussi gentil que le tien… et probablement plus. Ce bout-là, il fait mal. C’est faux de dire que tous les enfants vont se faire écoeurer, un moment donné. Ce cadeau de marde-là, il est donné aux enfants différents. Ceux qui ont un problème de comportement. Ceux qui vivent des difficultés économiques. Surtout ceux qui ont un physique différent. Mon enfant se fait probablement écoeurer à l’école depuis le début du primaire et toutes les campagnes de sensibilisation n’y font rien. Pour survivre, il se construit une carapace, choisit soigneusement ses amis et se développe une empathie sans borne. Il s’est probablement bâti un petit clan de maganés et essaie de se rendre au secondaire sans laisser trop de plumes. Le tien, s’il n’est pas le bully qui est sur son dos à longueur de journée, il est cet autre, qui voit mais qui ne fait rien. Mon enfant n’en laissera jamais un se faire intimider, je te le garantis. Il est trop sensible pour ça.

Quatrièmement, tu ne m’apprends rien; je sais que mon enfant est plus gros que le tien. Bravo pour t’en être rendu compte. Bravo pour me prévenir de le nourrir différemment. De lui faire faire de l’activité physique. Sais-tu que j’en ai plusieurs, qui mangent exactement la même affaire, avec des physiques différents? Sais-tu que mon fils est inscrit dans une activité physique, comme le tien, et qu’il joue autant dehors que le reste de ma gang? T’es-tu déjà demandé pourquoi c’est plus dur pour lui? Penses-tu qu’il le sait pas, qu’il est gros?
Tu sais, quand il veut jouer au hockey avec ses chums, ben… on le met toujours dans les buts. Pareil pour le soccer. Quand il joue au basket, on le fait bencher. Mettons que ça lui tente moyen de faire de la gymnastique ou de la natation, parce qu’on lui fait remarquer ben vite qu’il a deux-trois bourrelets qui dépassent. C’est pas qu’il ne veut pas. C’est qu’on ne le laisse pas s’améliorer, comme un enfant qui court moins vite, qui saute moins haut, qui a peur de la poutre. Il est juste gros : il n’est donc pas fait pour le sport. Paradoxal, non? Fait que mon enfant, il passe son temps à essayer de se cacher. De se faire oublier. C’est poche, tu trouves pas?

Cinquièmement, sache que j’aime autant mon enfant que toi, tu aimes le tien. Je fais ce que je peux, comme toi. J’essaie de prendre soin de sa santé, comme toi. Je fais de mon mieux. Je ne comprends pas tout, je ne fais peut-être pas toujours la bonne chose. Moi aussi, des fois, je suis à bout de me battre. Et ça me fait de la peine, pour lui. Parce que si son état physique est peut-être de ma faute, son état mental, lui, il vient de toi. Mon enfant a de la peine, à cause de toi. Mon enfant pense qu’il a un problème, à cause de toi. Qu’il vaut moins que le tien. Et ton enfant le pense aussi, parce qu’il répète tes paroles, tes actes, ta haine. Il déverse ça sur le mien, parce c’est ce qu’il a appris à faire.

Mon enfant ne vaut pas moins que le tien; il vaut autant que le tien. Et assurément plus que toi.

La Collaboratrice dans l'Ombre
LA COLLABORATRICE DANS L'OMBRE

3 thoughts on “À toi, la mère qui trouve que mon enfant est gros et qui nous juge

  1. Arianne Brazeau Répondre

    Se texte est magnifique 🙂
    Et cet enfant là supposément trop gros qui fit pas dans le moule bah il est parfait comme il est et il a une mère extraordinaire 👌🏻😍
    Plein d’amour a vous .

  2. Mélanie Répondre

    Wow vous avez tout dit ton garçon est extraordinaire . C’ est ton ange. Moi mon fils il est grand comme un garçon de 8 ans et large il a le poids qui suit avec sa grandeur . Il vient d avoir 6 ans le 23 décembre les gens le voit plus vieux et je l encourage d aller vers tout les enfants . Il est vraiment fort aussi . Mais tout sa parce qu’il vit lui aussi un certain rejet les enfants de sa classe le vois pas comme eux . Votre petit homme est parfait et il faut qu’ il soit heureux dite lui l important c pas ce que les gens pensée est ce que lui il sait . Il a une maman extraordinaire 👍👍👍😀😀😀

  3. manon desormeaux Répondre

    J’aime énormément ton article. Et surtout la phrase; ” Mon enfant pense qu’il a un problème, à cause de toi. Qu’il vaut moins que le tien. Et ton enfant le pense aussi, parce qu’il répète tes paroles, tes actes, ta haine. Il déverse ça sur le mien, parce c’est ce qu’il a appris à faire.!”
    Oui les enfants apprennent des PARENTS! Aucun enfant est méchant par inné. Il devient méchant par acquis. Et les PARENTS sont les premiers que les enfants écoutent, c’est d’eux qu’ils apprennent à trouver les différences mauvaises. Et comme tu dis, les campagnes publicitaires ne changeront en rien leurs comportements.

    Alors je suis 100% en accord avec ce que tu as écris et je suis désolée que ton fils doivent se construire avec ces méchancetés. Je suis certaine qu’un jour, il sera un homme extraordinaire et ….pour avoir eu des neveux en surpoids sans que se soit une mauvaise alimentation sont devenus bien bâtit sans surplus de poids. C’est un enfant et ils ne sont pas tous nés dans le même moule!! Comme disait ma mère: ” Si tout était jaune, comment ferons-nous pour trouve la livre de beurre?” …………..xoxo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *