Je suis maman et je suis tannée de chialer

depressed mother with baby

Je suis maman et je suis tannée de chialer. Je suis tannée de ventiler sur mon petit qui ne dort pas la nuit et la gastro qui débarque à l’improviste. Je suis tannée de soupirer à chaque lunch à faire et d’attendre impatiemment l’heure du dodo. Je suis tannée de me décourager parce que mon auto ne démarre pas ou que je dois faire un arrêt à l’épicerie parce que je n’ai plus de lait.

Peu importe le problème petit ou gros, je suis tannée de chialer.

Je veux retrouver l’étincelle dans mes yeux, sortir de mon nuage de chialage pour des niaiseries et apprécier chaque sourire, chaque moment collés et chaque matin où je me réveille près des gens que j’aime le plus au monde.

Je sais que c’est sain de ventiler et de nommer ce qui ne va pas, mais à un moment donné, il y a une limite; ce n’est pas vrai qu’il y a raison de chialer absolument tous les jours. Je n’ai plus envie d’être cette femme négative qui se plaint constamment pour moi autant que pour mes enfants.

Parfois, je ne m’en rends même plus compte. J’entends ma mère me dire qu’on se parlera plus tard lorsqu’on jase au téléphone et je ressens que j’ai atteint sa limite de chialage de la journée. Je relis mes textos et je vois bien que mes dernières conversations ressemblent toutes à des SOS de détresse sur une panoplie de sujets différents.

Il y a des obstacles niaiseux du quotidien qu’on peut traverser avec un minimum de patience. Et si ces petits inconvénients-là sont la seule chose qui me vient en tête quand je joue le film de ma journée avant de me coucher, c’est qu’il y a un problème. Les petits détails sont trop souvent des grains de sable qui nous aveuglent et nous empêchent de voir toute la beauté qui nous entoure.

Malgré les situations pénibles de tous les jours et celles plus rudes que d’autres, j’ai envie de me convaincre que je vais passer à travers plutôt que de pleurer sur mon sort.

J’ai envie de penser à ce qui me fait du bien pour voir percer le soleil à travers les nuages, que ce soit un coucher de soleil en revenant de travailler, ma chanson préférée qui joue à la radio ou m’enrouler dans ma doudou préférée. J’ai envie de savourer chaque victoire.

J’ai envie de voir le beau dans mes enfants. D’être plus calme, souriante et spontanée. J’ai le goût de prendre le temps de danser dans le salon et de faire des cabanes en couvertures. J’ai le goût de m’amuser et de montrer à ma tribu c’est quoi, profiter de la vie. En me couchant le soir, je veux me passer en boucle les beaux moments que nous avons créés ensemble, même quand il s’agit seulement d’un bisou esquimau avant le dodo.

Je suis maman et je suis tannée de chialer.

Aujourd’hui, je veux voir la vie du bon côté.

Maman Ours
MAMAN OURS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *