Les 5 constats de la mère hypocondriaque qui envoie son p’tit à la garderie la première année

mother and daughter fever concept

Avant d’avoir des enfants, tu disais que tes enfants ne se présenteraient jamais en public avec la morve au nez, tu entendais parler de pied-main-bouche et tu te demandais quelle excuse les parents avaient encore inventée pour ne pas rentrer travailler et la gastro n’était qu’un vague souvenir d’enfance. Puis, tu es devenue maman.

Tu as passé au travers de ton congé de maternité sans problème, sans trop de fièvre, boutons, toux, ou n’importe quels virus en “ite”. Tu disais que tes mois d’allaitement avaient donné à ton enfant le meilleur système immunitaire qui soit. Mais lors de ton retour au travail, tu as vite réalisé que ton allaitement n’avait pas suffit à l’immense tâche de protéger ton bébé contre les milliers de virus sur le marché et que la première année de garderie est pas mal pire que de dormir les fesses à l’air. Force est d’admettre que tu fais maintenant cinq grands constats.

#1  La manche droite du gilet de ton enfant ne sera plus jamais propre

Car pourquoi prendre un kleenex quand tu as ton bras toujours à portée de main?

#2  Le pied-main-bouche existe

Ce que tu croyais être une maladie inventée de toutes pièces se transforme en hurlements et pleurs. Eh oui, le pied-main-bouche existe et il dure plus ou moins une semaine pendant laquelle ton enfant crie qu’il a faim, car il est incapable de manger autre chose que des popsicles et que tu hallucines que ça te pique partout quand tu réalises que tu marches sur le même plancher que les pieds boutonneux de ton p’tit.

#3  La gastro, c’est familial

Tu crois l’éviter quand ton enfant se met à vomir pendant deux heures et que tu mets la faute sur son souper qui ne passe pas! Eh bien non, au matin, Bébé semble aller mieux, mais ton amoureux et toi vomissez ensemble de chaque côté de votre lit avec une belle synchronie sans plus être capables de vous occuper de celui qui vous a ramené ce maudit microbe à la maison. Et tant qu’à y être, pourquoi s’arrêter là ? Quand tu te réjouis que ton bébé s’en soit sorti, il décide d’être à nouveau malade en visite et contamine grand-papa à son tour.

#4  Tu dois attendre que ton enfant soit vraiment malade pour aller consulter

Il tousse à s’en arracher les poumons la nuit pendant plusieurs jours et commence soudainement à faire de la fièvre. Non, non! Ne va pas consulter! Tu vas quitter la clinique bredouille après t’être fait dire de lui laver le nez avec de l’eau salée pour finalement retourner consulter deux jours plus tard car son état ne s’est pas amélioré et repartir enfin avec une prescription d’antibiotique qui goûtera assurément la m*rde en te préparant mentalement à te battre avec ton enfant pour lui donner. Fais-toi des réserves de lait au chocolat et de compote de pommes. La semaine pourrait être longue.

#5  Les solutions salines sont tes meilleures alliées

Les solutions salines sont aussi pratiques pour faire ressortir du nez de Bébé un bout coupé de fettucine qui est remonté où il ne faut pas quand il a décidé d’éternuer en mangeant que pour prévenir et traiter les microbes. L’affaire, c’est qu’il faut que ton Bébé-plus-fort-qu’on-pense collabore. Quand tu finis par te faire mal dans le dos en te tordant de tous les côtés pour lui tenir la tête droite et t’emparer de ses mains qui veulent gâcher toute l’opération, tu te rends compte que vider le nez de ton enfant est un sport en soi. Tu te rends aussi compte que, quand tu ne le fais pas, il a tôt fait de morver vert et ce n’est pas bon signe.

À force de n’avoir qu’une semaine de répit par mois sans toux ni fièvre, les risques sont grands que tu deviennes cette mère hypocondriaque que tu avais juré ne pas devenir. Celle qui lave les mains de son enfant à tout bout de champ et qui évite les amis malades, en espérant de se sauver d’une autre série d’horreur! C’est une roue qui tourne t’sais; plus il est malade, moins que tu as envie de le laisser conquérir dans l’arène.

Au final, fais au mieux et rappelle-toi que l’important, c’est d’être à l’aise avec toi-même. Ça et éviter de devoir ramasser du caca partout dans la couchette de ton p’tit au beau milieu de la nuit.

Amélie Madore Côté
AMÉLIE MADORE CÔTÉ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *