Voici comment va se passer l’apprentissage de la propreté de ton p’tit

little girl potty training

L’apprentissage de la propreté commence le jour où tu réalises à quel point tu es tannée de la gestion des couches et de leur prix exorbitant, que tu trouves ton enfant trop grand pour en porter et qu’il te semble que tous les autres enfants du même âge sont déjà propres.

L’affaire, c’est que tu ne sais pas encore dans quoi tu t’embarques, fille. Ça risque fort d’être de la vraie marde.

Tout débute par la première journée. Let’s go, t’enfiles des bobettes à ton bambin en te disant que c’est aujourd’hui ou jamais que ça se passe. Tu es motivée sur un moyen temps.

 Durant cette période, il y a beaucoup de dégâts. Sur le divan (divan en tissu à proscrire, je te le dis juste de même), sur la chaise de cuisine, sur le banc d’auto, sur le plancher; tous les endroits possibles d’exister et insoupçonnés y passent. Have fun. Prévois-toi en masse de produits ménagers et garde ta mopette à proximité.

Pour motiver ton p’tit, tu mets en place un super beau tableau de propreté. Chaque pipi lui donne droit à un beau petit autocollant pis une récompense au bout de tant cumulés. T’espères sincèrement que ça va être une mesure incitative qui va diminuer les dégâts. Tu es vraiment optimiste, je te le dis.

Devant l’échec cuisant du tableau, tu tentes le tout pour le tout avec une minuterie; quand ça sonne, go go go pipi. Ton enfant a l’impression que c’est lui qui décide au lieu de sa mère et ça rend la chose plus facile jusqu’à ce qu’il décide qu’un cadran n’a pas plus de raison de gérer sa vie que sa maman.

Pour rendre le tout plus ludique, tu décides donc de commencer à aller du salon à la salle de bain en faisant le chien, le chat, la grenouille ou n’importe quel autre animal de la planète au choix de ton enfant. Ton enfant se met à s’inventer des envies de pipi toutes les trente minutes et en une demi-journée, tu as fait le tour de tout ce qui existe sur cette terre incluant la plante verte, mais ton enfant n’est toujours pas propre.

Quand il réussit finalement à faire un pipi dans la toilette pis qu’il vise dans le trou et non à côté, tu te transformes en véritable cheerleader, question qu’il soit suffisamment fier de lui pour recommencer et tu participes à la séance de bye bye du pipi en bonne et due forme avec ton enfant en flushant la toilette.

Malgré ton plus récent succès, on va se le dire, les cacas, ce n’est pas pour tout de suite, calme ta joie. Si tu ne le savais pas, je te le confirme. La propreté pour les numéros un et les numéro deux n’arrivent étrangement pas en même temps et ton kid aime bien gros se cacher pour son caca. Quand il réussit enfin à le faire sur la toilette, il se peut bien gros qu’il le regarde tomber, pogne l’envie de jouer avec et qu’il se beurre allègrement. De la vraie marde, tu es prévenue.

Être propre la nuit ne vient pas en même temps, ça non plus. Afin de faire durer le plaisir, pourquoi ne pas faire tout ça en plusieurs étapes, t’sais ? Pendant la période d’apprentissage à la propreté la nuit, il est donc fort possible que tu aies l’impression de retomber avec un nouveau-né (t’sais, les nuits coupées) et que tu doives changer les draps en raison des dégâts ou de visites répétées à la salle de bain. Sois prête à renouer avec tes cernes.

Au final, quand il va être entièrement propre, ça va être une jouissance, promis. Tu vas être fière sur un moyen temps. Parce qu’il faut se le dire, tu auras travaillé aussi fort sinon plus que ton coco.

Donc avant que cette magnifique journée ne se pointe, je te souhaite des heures et des heures de plaisir !

Savannah Tremblay
SAVANNAH TREMBLAY

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *