Je suis une adolescente et j’aimerais que ma mère laisse ma vie sexuelle tranquille

teens kissing in a car

ATTENTION : ce texte reflète l’opinion de son auteure et non l’opinion de la plateforme de La Parfaite Maman Cinglante dont le but n’est pas de prendre position mais d’offrir une tribune à toutes les mamans souhaitant faire part de leur vision de la maternité ainsi que de leur expérience personnelle. Par ailleurs, si vous souhaitez écrire un texte en réponse à ce billet, notez que vous pouvez le faire en tout temps et le faire parvenir à [email protected]

Maman,

Je comprends que tu es inquiète, que tu veux tellement me protéger de tout ce qui pourrait mal tourner, et même que tu as envie d’être une mère cool. C’est pour ça que tu te dépêches de clamer haut et fort que tu me permettras à moi, ton ado, d’inviter l’élu de mon cœur à dormir à la maison. Tu dis que tu préfères que ça se passe chez toi, sous supervision, dans le confort et la sécurité, que Dieu sait où et dans quelles conditions.

Es-tu bien sûre que malgré tes bonnes intentions, ce n’est pas, au fond, une tentative déguisée de garder le contrôle sur ma sexualité, alors que c’est bien la chose qui est le moins de tes affaires dans toute cette histoire de parentalité?

Je ne sais pas si tu te rappelles ce que c’est qu’être un adolescent plein d’hormones, mais j’ai des petites nouvelles pour toi. Même si tu penses bien faire, tu gâches un peu (beaucoup) tout l’excitant de la chose! M’éclipser dans ma chambre avec mon chum un dimanche soir après un souper en famille, alors que tout le monde sait pertinemment que je m’en vais faire l’amour, ma mère écoutant Occupation Double à trois pieds de ma porte, c’est loin d’être le fantasme numéro un de l’ado que je suis.

Faire l’amour en cachette, dans un silence relatif sur mon lit simple qui grince en espérant que personne n’entende, c’est excitant. Faire l’amour dans la douche quand papa et toi partez faire une commission, c’est le fun! Finir par le faire dans une chambre d’amis lors d’un party ou sur la banquette arrière du bazou de mon amoureux, après avoir attendu deux semaines juste parce que l’occasion d’avoir la paix ne se présentait jamais, c’est le propre de la jeunesse, et j’ai pas envie de passer à côté. Devoir attendre, laisser monter le désir, redoubler d’imagination pour trouver les lieux et les occasions de le faire alors que ma libido, elle, est accotée dans l’plafond, c’est ça qui rendra mes premiers ébats sexuels mémorables. S’il te plaît, ne gâche pas tout en voulant absolument contrôler le où, le quand et le comment. J’ai le goût d’interdit et d’intimité, pas de me sentir épiée.

Tu n’as pas à t’inquiéter de ma sécurité si tu as fait une bonne job de maman côté prévention. Pourquoi penses-tu que je serai plus en danger ailleurs? Faire l’amour en cachette, ça ne veut pas dire d’aller le faire dans une piquerie ou un repère de motards. Ça ne veut pas dire non plus que je vais moins bien me protéger! Je mettrai en pratique les principes que tu m’auras inculqués pendant toutes les années précédentes, que je sois sous ton toit ou non.

Parle avec moi. Sois ouverte à mes questions. Apprends-moi comment me protéger, apprends-moi surtout à me respecter. Voilà qui me suivra pour toujours, bien au-delà des limites de notre sous-sol. Si je demande à inviter mon partenaire à coucher, tu peux dire oui. Tu peux aussi obliger mon invité à dormir dans la chambre d’amis. Je mentirais en disant qu’on n’essayera pas de se retrouver en cachette après que tu sois couchée. Mais c’est correct, tu peux faire semblant que tu ne t’en doutes pas. Ce sera bien plus l’fun de même, pour tout le monde!

Merci de t’inquiéter pour moi.

Je t’aime.

La Collaboratrice dans l'Ombre
LA COLLABORATRICE DANS L'OMBRE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *