Je te redirais oui, mon amour

mother father kid hug

Mon amour,

Ce jour où je t’ai dit oui a été l’un des plus beaux jours de ma vie. Ce jour où tous ceux qu’on aime étaient réunis au même endroit pour nous voir s’aimer. Encore et encore. Cette journée parfaite, simple, à notre image. Cette journée où j’ai vu dans tes yeux que j’étais la plus belle.

Les années passent et nous, nous continuons. À s’aimer, à grandir, à se découvrir. Ces années passées à tes côtés ont été que plus belles les unes après les autres. Et quand je t’ai vu, pour la première fois, avec notre premier petit humain, j’ai su que tu étais le bon. Maladroit un brin, mais tellement fasciné et amoureux de ce petit être qui venait chambouler notre cocon amoureux.

Tu es un papa 2.0. Tu t’occupes de nos enfants autant que moi. Tu les amuses, tu les consoles, jour et nuit. Tu n’as pas peur de te retrouver seul avec la petite marmaille qui déplace beaucoup d’air.

Je l’avoue, parfois j’aimerais que tu fasses les choses un peu plus à ma façon, mais au bout du compte ta façon de faire est parfaite. Tu apprends, tu t’améliores, tout comme moi.

Je sais que ce n’est pas toujours facile, que notre vie a connu son lot de hauts et de bas. Que je suis le pilier de notre famille et que tu te reposes souvent sur mes décisions. Mais quand le pilier s’effondre, tu es là pour prendre la relève. La broue dans le toupet à essayer de tout gérer seul sans jamais te plaindre de devoir tout organiser. Je crois que c’est dans ces moments que tu réalises tout ce qu’implique être une famille.

C’est du travail, élever des enfants et rester amoureux en même temps, mais on arrive à trouver le juste milieu. À ne pas s’oublier dans la routine qu’on a créée. Nos petits soupers tardifs après le dodo des enfants me comblent de bonheur. Nos matinées à écouter nos émissions en prenant un café, juste pour relaxer, sont parfaites. Nous n’avons pas peur de profiter des petits bonheurs de la vie. Et si parfois on s’oublie l’espace d’un moment, ce n’est que pour mieux se retrouver plus tard.

Le temps avance, on vieillit. L’énergie n’y est pas toujours. Mais sache que tu es mon homme, peu importe. Je ne t’ai jamais trouvé aussi adorable qu’en train d’inventer une histoire abracadabrante avec le plus vieux. Je ne t’ai jamais trouvé aussi homme qu’avec une tasse à thé rose de Raiponce dans les mains. Et je ne t’ai jamais trouvé aussi beau que lorsque tu installes le petit dernier dans le porte-bébé pour essayer de l’apaiser un peu.

Pour tout ça, pour tout ce que notre vie est, je te redirais oui, mon amour.

Marie-Ève Veilleux
MARIE-ÈVE VEILLEUX

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *