Toute la vérité sur ton système éducatif illogique et désuet

angry student

ATTENTION : ce texte reflète l’opinion de son auteure et non l’opinion de la plateforme de La Parfaite Maman Cinglante dont le but n’est pas de prendre position mais d’offrir une tribune à toutes les mamans souhaitant faire part de leur vision de la maternité ainsi que de leur expérience personnelle. Par ailleurs, si vous souhaitez écrire un texte en réponse à ce billet, notez que vous pouvez le faire en tout temps et le faire parvenir à collabo@parfaitemamancinglante.com.

Mon fils,

Bientôt tu entreras à l’école. Par la même occasion, tu commenceras peu à peu à comprendre comment fonctionne le monde des grands.

D’abord, on te demandera d’apporter cinquante-deux crayons de bois, trente-quatre cahiers Canada et vingt-six duo-tang rouges alors que tu n’en utiliseras même pas la moitié durant ton année scolaire. Si tu te dis que tu les utiliseras l’année prochaine, sache que tu ne pourras probablement pas non plus car cette fois, on te demandera des duo-tang bleus et des cahiers spirales parce que ton professeur aura décidé que c’est beaucoup plus pratique que des cahiers Canada. On te remettra également un bel agenda de trois cents pages tout neuf format géant dans lequel tu n’auras rien à écrire du tout puisque tous tes devoirs me seront envoyés par courriel. Paradoxalement, on t’enseignera l’importance de prendre soin de notre planète et des arbres qui se font abattre de plus en plus chaque jour au péril de nos magnifiques forêts et de la faune qui s’y abrite.

Au cours de l’année scolaire, tu apprendras à faire une tonne de choses qui ne te serviront probablement jamais à rien dans la vie comme calculer la somme des angles d’un triangle isocèle ou savoir le nom de l’inventeur du téléphone dans le but que tu vois quels sont tes intérêts et tes points forts afin de t’aider à choisir le métier que tu voudras faire plus tard. Le seul problème à tout cela mon amour, c’est que tu devras être bon dans tout. Pas forcément excellent, mais il est plus important d’être passablement bon dans toutes les matières plutôt que d’être un génie des mathématiques et de la science qui n’a aucun talent en sport et en histoire. Parce que tout le monde sait que pour être un grand sportif, il faut aussi être bon en grammaire et que pour être un grand philosophe, il faut d’abord avoir été bon en géométrie.

Lorsque tu arriveras à la maison le soir, ta journée ne sera pas terminée car tu devras faire tes devoirs. Ça mon coeur, c’est un peu comme faire des heures supplémentaires sans rémunération. Les chances que tu ne sois pas en mesure d’effectuer ces tâches tout seul sont grandes donc tu devras demander l’aide de l’un de tes parent qui sera “on ne peut plus content” de passer ce beau temps de qualité avec toi parce qu’honnêtement, tout le monde sait que les adultes n’ont vraiment pas grand-chose d’important à faire le soir et qu’il n’y a rien de plus amusant dans la vie que de pratiquer le verbe “être” au participe présent.

La matin, il faudra aussi préparer ta boîte à lunch et tes fameuses collations “santé” qui se résument à des fruits, des légumes ou des produits laitiers. Cependant ton professeur aura le droit de te donner du chocolat cinquante fois durant l’année scolaire sans demander l’avis de tes parents mais tes parent eux, n’auront pas le droit de t’envoyer à l’école avec une barre tendre aux fruits puisque ce n’est pas une collation favorable à l’apprentissage et au développement du cerveau. Tu ne pourras pas non plus apporter de noix, de kiwis et d’oeufs parce que Martin, Joséphine et Benjamin y sont allergiques. Tu devras donc te contenter de manger des bâtonnets de carottes (sans trempette) et des bâtonnets de fromage (sans biscuit) deux fois par jour, à tous les jours pour la prochaine année. La bonne nouvelle, c’est que si un jour tu dois séjourner à l’hôpital, tu seras déjà habitué à la nourriture fade et répétitive qu’on y sert.

Finalement, on t’enseignera à faire des choses qui parfois ne feront pour toi aucun sens. Tu apprendras à être un bon petit mouton de berger et à suivre le troupeau coûte que coûte.

Pour terminer, j’ai envie de te dire ce que tous les parents disent à leurs enfants : “C’est pour ton bien mon amour!”. Ne t’en fais pas et reste attentif malgré les non-sens du système scolaire car au final, la réalité n’est malheureusement pas très loin de ce que l’on t’enseignera à l’école. Quand on y pense, l’avantage, c’est que tu te seras préparé tout doucement à vivre le reste de ta vie dans un système qui n’a ni queue ni tête.

Lisez aussi “À toi, la maman qui détient la vérité sur le système scolaire” rédigé par une enseignante en réponse à ce texte.

Miss Sin
MISS SIN

37 thoughts on “Toute la vérité sur ton système éducatif illogique et désuet

  1. Mme s Répondre

    Mais quel ramassis de n’importe quoi! Je suis maman ET enseignante et j’ai révoqué un solide dédain suite à la lecture des premières lignes de ce texte! Quand mon parle de valorisation de la profession….visiblement cela ne viendra pas de votre part chère dame! Je prendrai cependant le temps de souhaiter un super parcours scolaire à votre enfant, car dans ma classe….mes élèves n’apprennent pas à être des moutons…mais bien des êtres à part entière capable de jugement et fiers de leur accomplissement!

  2. Caro Répondre

    C’est horrible d’écrire ainsi sur l”école. Je trouve ça triste pour vos enfants, Miss Sin. Avoir une maman qui pense comme ça, ça ne donne pas de chance d’aimer l’école et de réussir… Vraiment, bravo pour autant de pessimisme et de dénigrement.

  3. Marie-Aude Lemaire Répondre

    Beeeeuuurk!!! Si j’avais cette vision que de l’école et su système scolaire, je n’y enverrais certainement pas mes enfants! Savez-vous qu’il existe une quantité extrêmement variée de fruits, légumes et fromages? Il est ainsi possible de varier les collations tout au long de l’année, magie! Par contre, vous ne l’avez peut-être pas appris à l’école… d’où votre manque d’information? C’est vrai que bon nombre de parents remettent toute l’éducation de leurs enfants entre les mains du système scolaire qu’ils décrient… Grave erreur! Nous sommes les premiers professeurs de nos enfants, à nous de détecter leurs forces et de faire en sorte qu’ils s’épanouissent à travers elles (eh oui! il faut s’investir comme parent dans l’éducation de nos enfants!). Gros ramassis de n’importe quoi, en effet!

  4. […] En réaction au texte “Toute la vérité sur ton système éducatif illogique et désuet&#... https://parfaitemamancinglante.com/2018/09/01/29748
  5. Sam Répondre

    Le plus désolant texte qu’en j’ai lu depuis longtemps…. je me sens mal tellement il est insultant et plein de mépris envers l’école….. Quel horrible exemple à donner aux enfants…
    Ayayaye …

  6. Nan Répondre

    Étant mère et enseignante, je suis sous le choc face à votre texte hautement négatif et rempli de folies!! Je souhaite que votre jugement vous ait empêchée de partager vos pensées et votre vision de l’école à vos enfants. De tels propos ne peuvent qu’engendrer un dégoût de l’école à nos jeunes. S’il n’y a qu’une chose à retenir dans la collaboration parent-enseignant, c’est l’importance pour le parent de valoriser l’école et de transmettre un message positif à son enfant. Je plains l’enseignante qui vous recevra en rencontre de parents! Peut-être devriez-vous envisager faire l’école à la maison… Votre discours dénote une grande confiance en VOUS! De plus, vous pourriez choisir vous-même vos couleurs de duotang! ?

  7. Véronique Répondre

    Mon dieu… je comprends maintenant d’où vient la profonde démotivation de certains de mes élèves, l’arrogance de certains autres face à l’école (j’enseigne le français au secondaire).

    J’espère que vous réalisez que vous êtes, en partie, à la source du problème. Le système d’education québécois est loin d’être parfait, mais il n’est pas de la « merde » tel que vous le décrivez.

    Qui se démène avec tout ça sur le plancher maintenant ??? ??‍♀️

    Franchement, je suis tellement découragée de lire ce billet…

    1. Mélanie Répondre

      J’ai pensé exactement la même chose … Prof de français au secondaire aussi … :/

  8. Chantal g Répondre

    comme c’est navrant de lire ce genre de texte! Aigrie, désabusée et amère sont les qualificatifs qui me viennent à l’esprit de l’auteure de ce texte..Je suis enseignante et je peux affirmer que le 3/4 de ce texte est exagérément amplifié, non justifié et non fondé.. En espérant qu’elle n’entraînera pas son enfant dans cette spirale négative…

  9. Le Prof Répondre

    « Ça mon coeur, c’est un peu comme faire des heures supplémentaires sans rémunération. »
    Comme les enseignantes sur lesquelles vous ch… copieusement font les soirs et les fins de semaine, comme bien d’autres travailleurs le font aussi.

    « Cependant ton professeur aura le droit de te donner du chocolat cinquante fois durant l’année scolaire »
    Hmmmm… nope. Voici le lien menant à la convention de gestion d’une école primaire de la région de Québec: http://www.parc.csdps.qc.ca/fileadmin/user_upload/Sites_ecoles/Trivent/Convention_de_gestion.pdf
    À la p.9 on y nomme les 4 moments dans l’année (4, pas 50) où les enseignantes peuvent donner des friandises aux élèves. Ça ressemble pas mal aux moments où ils en reçoivent aussi à la maison. Je ne crois pas que ce soit différent dans votre coin de pays.
    Bref, renseignez-vous correctement et basez vos opinions sur des faits rigoureux et vérifiables avant de dire n’importe quoi.

  10. Ness Répondre

    Vraiment désolant d’entendre un tel discours. L’enfant entre au primaire en se disant « Ce qu’on m’enseigne, c’est de la marde, because my mom said so. » Oh que ça va faire un élève agréable! #Not

    Madame, allez-vous faire les devoirs de votre rejeton pour l’alléger de la grosse charge de travail imposée par la méchante école? La collaboration école-famille est primordiale… Peut-être pourriez-vous vous impliquer davantage auprès de l’école de votre fils? Il y a les comités de parents, le conseil d’établissement. Vous pourriez faire valoir votre point de vue ET mieux comprendre les enjeux de l’école québécoise et de son système.

  11. Mamanx3 Répondre

    Si c’est ça vos plus gros problèmes avec l’école, vous n’avez rien compris des enjeux….

  12. Sophie Répondre

    Quelle belle invention qu’est l’école à la maison pour vous! Qu’attendez-vous,? Il y a même des groupes de soutien pour vous guider dans votre nouvelle vie pleine de belles valeurs!

  13. S Répondre

    J’aurais envie de dire que c’est à cause de parents comme toi que les enseignants perdent leur crédibilité. Des parents comme ça, ça enseigne à son enfant que l’école ne vaut rien alors que nous passons beaucoup de temps à l’école dans une vie. Les enseignants sont passionnés, ils passent leurs soirées et leurs fins de semaine à corriger, à organiser des activités enivrantes pour VOS enfants. Parfois, les enseignants vont faire de l’insomnie car ils vont tenter de trouver une solution pour le petit Jimmy, ils vont penser à Lola qui bouge beaucoup sans compter Carey qui a besoin de récupération. Pendant ce temps, certains parents comme toi déposent leur enfant à 6h au service de garde pour ensuite passer le prendre 12 heures plus tard. Une fois à la maison, le cellulaire à la main, les parents ne prennent même pas une minute pour écouter ou jouer alors que l’enseignant a été un psychologue, un infirmier, un pédagogue, un artiste et un humoriste dans la même journée. C’est lui qui a déposé les étoiles dans les yeux de ton enfant ! Si t’es tant un bon parent et que t’as TANT à reprocher à
    l’école publique et à ses enseignants, viens donc enseigner une journée et on pourra s’en reparler ! Aucune envie d’être haineuse et de te dire des bêtises, mais je suis désolée que ton enfant puisse pas compter sur une belle collaboration maison-école. C’est souvent ce qui assure la réussite de l’enfant. Sur ce, je vais aller aiguiser et identifier les 52 crayons que t’as envoyé à l’école !

  14. Nathalie Michaud Répondre

    Quel texte absolument délicieux ! On apprend des banalités à l’école comme le nom de la personne qui a inventé le téléphone, quelle horreur ! Au diable, la culture générale ! Rien de ce que les petits Québécois apprennent à l’école n’est utile, c’est bien connu. Et que dire des devoirs… UNE CALAMITÉ, une torture, un total manque d’empathie ! Parce qu’il est vrai que, sans eux, la grande majorité des parents débordés et épuisés passeraient des heures à jouer à l’extérieur ou à des jeux de société avec leurs enfants. Pourquoi apprendre à bien écrire quand on sait pousser un ballon ? Les sportifs n’ont pas besoin d’être articulés ou de réfléchir … JE MEURS … Soyons cohérents, chers enseignants, et cessons d’acheter avec notre argent des chocolats et autres douceurs à nos élèves. Des carottes pour collation, des bouts de céleri en gâterie. Il n’en tient qu’à nous de leur expliquer – lorsqu’ils seront médusés de constater que les bonbons d’Halloween sont des crudités – que des parents ont exigé que nous soyons cohérents avec nos demandes SANTÉ. Ma désillusion face à la société est totale. Le désengagement des parents me sidère. Le discours tenu dans ce texte me fait hésiter entre le rire et les pleurs. J’enseigne au secondaire depuis 19 ans. L’éducation est pour moi le bien le plus précieux que l’on puisse offrir : celle des parents, à la base de tout, et celle de l’École. Notre système n’est pas parfait, loin de là… Mais ce ne sont certainement pas des gens comme vous qui vont lui permettre de grandir.

    1. Marie-Jo Répondre

      J’adore cette réponse!

  15. Véro Répondre

    Chère maman qui a écrit ce texte. Voici ma réalité d’enseignante aussi maman de deux adorables petits humains. Mars 2018, retour au travail après mon congé de maternité. Un peu bouleversée de laisser mes cocos à la garderie, mais aussi impatiente de rencontrer ton enfant et de l’aider à développer son plain potentiel. Avec des nouveaux projets (que j’ai monté pendant mon congé), je fait donc face à la troisième étape pleine d’energie. Fin avril, je dois me rendre à l’évidence… Trop de besoins et trop peu de ressources. J’ai la langue à terre. Cette année je serai donc à 90% de tâche ET 90% de mon salaire. Tu me diras que c’est mon choix, moi je te dirai que c’est une question d’équilibre mental. Lors de ma journée de congé sans salaire, j’enverrai mes cocos à moi à la garderie afin de me remettre à flot dans ma planification ou dans ma correction parce qu’à moins de faire du remplissage de cahier toute la journée, je n’arrive tout simplement pas. Et imagine-toi dont que c’est le moyen que j’ai trouvé pour éviter d’avoir à travailler la fin de semaine. Alors la prochaine fois que tu parles de temps supplémentaire non-payé, pense à tous ces enseignants qui font comme moi car,non, je ne suis pas la seule.
    Sur ce, j’espère que ton enfant rencontrera une multitude d’enseignants passionnés sur son passage parce que, oui, je crois sincèrement que nous pouvons faire une vraie différence chez nos jeunes 🙂

  16. Nathalie Répondre

    Avec tout ça votre fils aura le goût de décrocher en maternelle… Mais quelle est votre expertise au juste dans le monde de l’éducation? Avez vous déjà passé une journée , 1 semaine dans une classe? Avec vous lu le programme? Des études scientifiques sur le sujet? Et visiblement vos connaissances en matière d’alimentation à l’école ne sont pas à jour… Il est maintenant interdit d’interdire des aliments dans les boîtes à lunchs, même si un compagnon classe a une allergie sévère . Nous avons un devoir d’éduquer les enfants et leurs parents et de les sensibiliser à des enjeux importants… Hé bien, je vois qu’on a beaucoup de travail à faire. Lorsque votre enfant vivra des difficultés et qu’une enseignante bienveillante l’aidera à les surmonter, vous commencerez à comprendre que l’école et la famille doivent unir leurs forces et non pas se dévaloriser de la sorte.

  17. M Répondre

    Quelle tristesse !
    Les 10- 15h supplémentaires que je fais par semaine et les 1200$ que je dépense par année….. c’est pour VOS enfants. En lisant ce texte, je me rends bien compte que c’est moi l’imbécile!
    Des commentaires comme ceux-là, ça ne donne pas envie de se donner comme on le fait.

  18. Elisabeth L. Répondre

    Tellement l’fun que tu t’adresses à un enfant en rédigeant ce “texte”! (Entends-tu le sarcasme? J’aime mieux préciser…) Ton marasme borderline dépressif est sûrement un appel à l’aide : j’ose espérer que tu iras la chercher, cette aide… C’est triste et désolant. Ah, et aussi, aller chercher quelque chose d’assez important, tant qu’à faire : des informations qui te permettraient d’avoir un portrait plus… comment dirais-je, exhaustif, global, réel, éclairé et pertinent sur le quotidien dans un établissement scolaire. D’un coup que ton enfant souhaite devenir enseignant, un jour…

  19. Grand-mère Répondre

    Si j’étais votre mère, j’aurais honte…à moins qu’elle ait agi comme ça avec vous. C’st à cause de parents comme vous que les enfants n’ont aucune motivation. Je vous imagine le matin à rouspéter après vos enfants pour qu’ils se préparent pour l’école parce que vous êtes pressée. Ces pauvres petits qui apprennent qu’aller à l’école, c’est une source de stress parce que maman est énervée. Ces petits qui arrivent à l’école avec le même lunch et les mêmes collations jour après jour parce que vous avez autre chose à faire de vos soirées que de faire des lunchs et que vous vous êtes jetée sur la solution facile. Ces petits qui n’ont pas pu profiter de toute votre attention (vous êtes tellement occupée) pour faire leurs devoirs et arriver confiants à l’école le lendemain matin parce qu’ils comprennent bien les matières qu’ils avaient à travailler. Je les imagine enregistrer dans leur jeune subconscient toutes les inepties que vous avez pu dire sur les matières que vous trouvez “inutiles”. Ce jeune subconscient qui fera son chemin jusqu’au désintéressement. Franchement, quand est venu le temps de faire des enfants, c’était à ce moment là que vous auriez dû “avoir autre chose à faire…maintenant il est trop tard pour vous plaindre. Prenez vos responsabilités de parent et assumez

  20. Nathalie Murray Répondre

    Ishhh! Pourquoi ne pas vous investir auprès de votre enfant et choisir de faire l’école à la maison. J’ai 3 enfants et le temps que je prends avec eux à identifier le matériel ou à faire les leçons sont généralement un temps de qualité ! Il faut choisir la façon de voir les choses!

  21. Olivier Répondre

    Sachant qu’il était écrit « Que nul n’entre ici s’il n’est géomètre » a l’entrée de l’Académie de Platon, je dirais que votre commentaire sur le lien entre philosophie et géométrie est assez révélateur de votre méconnaissance des deux disciplines, à moins que vous ayez pris cet exemple intentionnellement. 🙂

  22. Un gars Répondre

    Pour les gens pressés, je vais résumer le texte:

    Sniff sniff, bouh bouh, tu dois avoir un cahier Canada bleu. Sniff sniff bouh bouh tu as des devoirs à faire et je dois t’aider parfois.

  23. Julie N. Répondre

    Quel choc de lire un texte que je trouve des plus insignifiant ! Vous savez, madame, vous pouvez retirer votre enfant de ce système scolaire si dégueulasse enseigner à la maison à votre p’tit coeur. Oui, c’est possible. Allez-y !

  24. GenQ Répondre

    Quelle tristesse d’avoir cette opinion sur le système scolaire…
    Il serait important de mettre quelque chose au clair. L’école ne sert pas à former des travailleurs. Ça sert à développer des cerveaux. Et pour développer ces cerveaux, il faut toucher à tout, de la géométrie aux sports en passant par l’Histoire. À l’école, on apprend à réfléchir… Lorsque les parents ont cette vision du système scolaire, cela fait pratiquement toujours un enfant qui n’aime pas l’école, je sais de quoi je parle, puisque j’enseigne depuis 10 ans.
    Le système a des lacunes: oui. Les programmes enseignés ont des lacunes: oui. Certains profs ne font pas un bon travail: oui.
    Mais nos enfants ont accès à l’école! C’est magnifique d’apprendre en dehors de la maison et auprès de d’autres enfants et adultes. Il existe des écoles alternatives, moins classiques si on n’aime pas notre école de quartier. Des solutions aux lacunes, il y en a quand on s’implique et on participe.

  25. Stephanie Répondre

    L’école à la maison et vite madame! Non mais sérieux? Les mots me manquent. Avec des textes aussi dégradant envers la profession que je pratique avec passion depuis 25 ans, pas étonnant qu’autant d’enseignants décrochent. Aucune marque de respect pour ce que nous faisons!

  26. Marianne Répondre

    Chère Miss Sin,
    Mon Dieu que vous exagérez sur les fournitures scolaires ainsi qu’avec les couleurs. Le fait que vous dénigrez ainsi le système scolaire est désolant. À vous lire, j’ai l’impression que vous êtes ou du moins étiez un enfant roi et que maintenant, vous êtes le modèle type du parent roi….
    Pour votre gouverne, vous devriez vous impliquer dans l’école de votre amour, soit en tant que bénévole ou sur le conseil d’établissement. Vous pourrez alors chialer sur le nombre de duo-tang rouge demander ainsi que donné votre avis de maman qui pense avoir raison sur tout.
    En espérant que vous lisez les commentaires (qui sont oh! combien négatif face à votre lettre) et que vous apprenez de vos erreurs!

  27. Marie-Claude Répondre

    J’en aurais long à dire pour répondre à ce texte dégradant et pessimiste….
    Je me contenterai que ces quelques mots : Si vous êtes « si-tant-plus-meilleure » que les enseignantes de l’école de votre enfant, pourquoi que pas lui faire l’école la maison? Il n’y aurait alors que vous à blâmer…

  28. Karen Rodrigue Répondre

    Honte à vous d’avoir signé ce texte, j’ai mal au coeur de vous lire. Je suis mère de 3 enfants ET enseignante. Je reviens d’un congé de maladie : burn-out total. Avant de recommencer, je me suis promis une chose. Le jour, mes élèves seront ma priorité. Le soir et les fins de semaines, MES enfants seront ma priorité. Ce qui inclu de prendre du temps pour faire les leçons avec eux. Contrairement à vous, j’aime que les enseignantes donnent des leçons. Cela me permet de suivre les apprentissages de mes enfants et de m’investir pour leur avenir. Parce que oui, pour être prêt à notre vie d’adultes, il faut en apprendre des choses… malheureusement pour vous. Et je ne serai jamais trop occupée pour remplir mon rôle de mère ni pour préparer de bonnes collations ni pour identifier le matériel scolaire ni pour m’impliquer dans des comités ni pour encourager mes enfants lorsque leur parcours est plus difficile. Parce que oui, c’est normal d’avoir de petits efforts à faire dans la vie. Je termine là-dessus parce que je dois aller me coucher pour recharger mes batteries. Demain, j’ai 16 amis de 2e année qui seront ma priorité….

  29. Nancy Ringuet Répondre

    Je suis maman d’un enfant « à défis », celui qui aurait besoin de services auxquels il n’a pas droit dans une classe régulière parce qu’un Monsieur ou une Madame derrière un bureau juge que ce sont des troubles «légers». Donc, il doit faire 2hrs de route par jour en berline pour avoir accès à une classe où ils ne sont que 7 enfants avec 2 adultes.

    Malgré TOUS les accros qui ont pu exister entre le milieu scolaire et nous, ses parents, une chose n’a jamais changé: le respect. Le respect envers l’éducation, envers ces adultes qui prennent de leur temps pour adapter, pour comprendre ses besoins.

    Les 48 crayons HB s’expliquent en comprenant que certains enfants aiment BEAUCOUP l’aiguisoire… et que là bous trouveriez encore à grogner de recevoir chaque semaine une note vous réclamant plus de crayons pour pallier aux 3 que votre enfant aura cassé, perdu, aiguisé à outrance…

    La connaissance, même générale, n’est pas un mal. Mais rien ne vous empêche de prendre le temps de pousser plus avant l’intérêt de votre enfant pour la science en allant chercher des livres à la bibliothèque, en allant au centre des sciences, en regardant des documentaires… tsé, passer du temps avec lui ou elle plutôt que de simplement charger la télé d’une séance de gardiennage en mettant Pat’Patrouilles…

    Sérieusement désolant comme reflet de société ce texte…

    1. M. Blondin Répondre

      Nancy Ringuet, quelle école fréquente votre fils? Je vous demande cela, car la description que vous en faites ressem ble drôlement à celle que fréquente mon fils.

    2. M. Blondin Répondre

      Nancy Ringuet, quelle école fréquente votre fils? Je vous demande cela, car la description que vous en faites ressem ble drôlement à celle que fréquente mon fils. Merci!

  30. Isabelle Répondre

    ???

    Il n’y a rien d’autre à dire qu’un roulement infini des yeux…

    Ou juste une chose: Le participe présent du verbe être étant ÉTANT, je ne me plaindrais pas de la longueur des études de mon enfant, si j’étais vous!

    C’est bien la preuve que j’aie trouvé, en tant que maman prof, ce texte à côté de la plaque, si tout ce que j’ai retenu, c’est cette partie!

  31. Sonia Gagné Répondre

    C tordant se voir à quel point vous avez seulement compris et voulu comprendre seulement le premier degré de se texte. Allez mes petits moutons continuer à croire qu’on vie dans un monde bénéfique et plein d’arc en ciel où le système scolaire désuet depuis des années vous a aidez à y croire autant. Vous leur donné exactement ce qu’ils attendent de vous ;). Clap clap clap à vous

  32. Maman Pirate Répondre

    Hummm. Je pense que beaucoup de réponses sont très émotives face à ce texte. Je trouve dommage que la plupart répondent de façon aussi méprisante… Alors que c’est ce qu’ils reprochent justement à l’auteur.

    C’est certain que certaines opinions peuvent choquer. Je crois que l’auteur décrit un ras-le-bol général de la part des parents. Parce que c’est vrai que ce n’est pas la même réalité des 2 côtés de la clôture. D’un bord, les enseignants qui font des pieds et des mains pour leurs élèves, de l’autre les parents exténués, écoeurés de se faire parfois traiter en enfants par les profs et tannés de l’ingérence de l’école dans leur vie et parfois même dans leurd valeurs.

  33. Fée des Bois Répondre

    Honnêtement, j’ai pensé comme vous pendant environ la moitié de la première année de mon plus grand. Je trouvais que son enseignante lui en demandait beaucoup et lui remettait des billets rouges pratiquement tous les jours; il parlait au vestiaire, il laissait trop de place dans le rang, il faisait le clown en classe, et j’en passe. Je n’ai jamais passé de commentaires négatifs devant mon grand, ça ne se fait pas selon moi, surtout que lui-même revenait de l’école découragé et manquait de motivation le matin pour y aller. Tout a changé lorsque son enseignante est tombée en congé de maladie et qu’une vraie perle l’a remplacée pour le reste de l’année. Le changement d’attitude de mon garçon m’a stupéfiée, littéralement. Je crois qu’un bon encadrement des parents en collaboration avec une enseignante qui aime son métier et apprécie chacun de ses élèves qui ont tous une personnalité différente, c’est une recette gagnante. Pour les fournitures scolaires, les lunchs et autres, il faut s’y conformer dans le respect, juste une question de savoir-vivre. Tout n’est pas blanc ou noir, les zones grises, il y en a dans tous les domaines. On demeure avec le choix de ne voir que le négatif ou, bien de concentrer notre énergie sur tout le positif et de lâcher prise sur le reste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *