La maman trop fière, c’est moi

proud mom with baby

La maman trop fière, c’est moi; je dégouline de fierté. Envers toi, mon bébé. Et envers mes compétences de maman aussi.

Quand tu es venue au monde, j’ai été incroyablement fière de toi dès qu’on t’a déposée sur mon ventre. Quel combat tu avais mené pour naître. Et j’ai été fière de moi aussi. Fière de t’avoir expulsée. Fière de t’avoir créée de toutes pièces; je t’ai faite avec presque rien après tout.

J’ai été fière de ton instinct de survie. De ta volonté à toute heure du jour et de la nuit de nous signifier ta présence. Et fière de survivre à certaines nuits.

J’ai été fière de réussir à te faire prendre le sein alors que j’avais tant de mal à y arriver. Fière de réussir à te changer de couche avant que tu aies le temps de la remplir à nouveau.

J’ai été fière de te voir te retourner du dos au ventre. Tu t’es vraiment fâchée parce que tu es restée prise sur le ventre par la suite, mais tu l’as fait et pour moi, à ce moment-là, il n’y avait pas de différence entre un prix Nobel de la paix et ce que tu venais d’accomplir.

J’ai été fière de ton premier sourire. Le plus beau sourire pas de dents que la Terre ait porté. Parce que tu me l’as adressé.

J’ai été tellement fière de ton premier “maman”. Merci la vie, après des mois à me donner corps et âme, j’ai été bien récompensée.

J’ai été vraiment fière de t’entendre dire “papa”. J’avais vraiment besoin d’une pause des “mamaaaaaaaaans” à l’infini.

J’ai été fière de te voir prendre une cuillère et de la rendre quasi pleine jusqu’à ta bouche. Et aujourd’hui, ça me rend fière de manger ma nourriture presque chaude.

J’ai été fière de te voir faire dodo toute seule, comme une grande, toute la nuit. Fière de ta confiance en toi et fière de pouvoir retrouver mes nuits complètes.

Je suis fière toutes les fois que je te vois t’élancer dans les bras de mamie et papi. J’aime voir la complicité que vous partagez. Je suis fière que tu saches les reconnaître et que tu sois heureuse de les retrouver.

Je suis fière d’être ta référence pour effacer les bobos d’un bisou tendrement donné.

Je suis fière que tu m’aies choisie pour donner tes premiers câlins.

Je suis fière de la capacité que tu as de te créer un univers magique quand tu t’amuses. Fière du temps que ça me donne pour me laver ou aller aux toilettes.

Mais par-dessus tout, j’ai été fière lorsque tu as fait tes premiers pas. Parce que pour la première fois, j’ai aussi vu briller la fierté dans tes yeux.

Chaque jour, nos petits et nos grands exploits me remplissent de fierté et je n’ai pas l’intention de m’en cacher.

Parce que la fierté a tout de bon et rien de mauvais et je veux que tu sois fière de toi, ma fille.

Annie Fréchette
ANNIE FRÉCHETTE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *