Mon amour, tu n’es plus là et tu ne le seras plus jamais

myriam

0.00003%. C’est le pourcentage de chance qu’une telle chose puisse se produire. On peut même ajouter quelques zéros en considérant que tu n’avais que trente-et-un ans quand ça t’est tombé dessus.

Il y a exactement un mois au moment où j’écris ces lignes, la vie a décidé qu’elle t’arrachait brutalement à nous, sans prévenir, sans nous laisser le temps de nous y préparer. Ton aorte s’est rompue, comme ça, sous mes yeux, sans que je puisse y faire quoi que ce soit. La vie ne t’a laissé aucune chance, et à nous non plus.

Passer à travers chaque journée depuis le 6 juillet me semble être une épreuve insoutenable. Ton départ a créé un vide insupportable, car chaque jour j’ai l’impression que je vais te voir apparaître quelque part, que ce soit sur ton tracteur à gazon trop petit pour toi ou encore en train de franchir la porte du garage avec les mains pleines de je ne sais quelle graisse de moteur d’origine douteuse.

Mais tu n’es plus là et tu ne le seras plus jamais.

Plus jamais je ne sentirai la chaleur de tes bras autour de mon corps. Plus jamais ne sentirai ton souffle si réconfortant dans le creux de mon cou. Plus jamais je ne sentirai de frissons au contact de ta peau sur la mienne. Souvent, quand je me couche le soir, j’ai le sentiment que tu vas venir me serrer fort contre toi, mais je me rend compte presqu’aussitôt que ça n’arrivera pas, et j’ai mal, tellement mal. Parce qu’il n’y a plus qu’un vide immense et des rêves brisés. Un silence terrifiant et une peur constante qui m’habite nuit et jour.

Derrière ma façade de femme forte se terre une amoureuse complètement brisée et une maman qui se sent impuissante et perdue. Une amoureuse qui pleure dans la solitude d’un lit vide de toi chaque soir. Une maman qui souffre de voir son petit garçon parler de son papa sans vraiment comprendre pourquoi il ne pourra plus jamais le revoir. Et la future maman d’un deuxième enfant qui essuie ses larmes à la pensée qu’il ne connaîtra jamais son papa.

Oui, aujourd’hui je trouve que la vie est profondément injuste. En ce moment, la vie me donne l’impression que le bonheur ne dure jamais. Qu’il est éphémère et qu’il ne fait que passer.

Ma seule consolation est d’avoir vécu une relation remplie d’amour avec toi. Parce que malgré tous les problèmes que nous avons pu vivre au fil des années, nous avons toujours eu la certitude que nous nous aimions profondément et intensément et ce, depuis le premier jour. Chaque problème ne faisait que nous rendre plus forts, et ce dont je suis le plus fière de nous, c’est que nous étions capables de communiquer et de faire tout ce qui était en notre pouvoir pour nous améliorer.

Tu étais un papa extraordinaire, qui faisait tout pour me soutenir, même si ça ne cadrait pas toujours avec l’opinion des autres. Tu aimais ton fils comme personne et toi seul savais le consoler comme tu le faisais. Même si je ressens un vide déchirant en moi, jamais je ne regretterai de t’avoir rencontré, car tu m’as laissé le plus beau des cadeaux, notre fils, qui me fait penser à toi tous les jours, et dans une trentaine de semaines, si tout se passe bien, un deuxième enfant issu de toi s’ajoutera à notre famille.

Mon coco, je t’aime tant et ta présence nous manque cruellement chaque jour. Tu resteras à jamais l’amour de ma vie, et tout comme la maman du petit Zack de Saint-Félicien, je vais moi aussi me battre pour que notre deuxième enfant puisse porter ton nom et pour que ta paternité soit reconnue malgré ton départ beaucoup trop précipité.

Nous t’aimerons à jamais,

Myriam et Noah


À toi qui lis ce texte aujourd’hui et qui as la chance incroyable d’avoir encore un conjoint à tes côtés, prends le temps de lui dire je t’aime à chaque jour, on ne sait jamais quand ce sera le dernier, même quand on est jeune. Prenez le temps d’essayer de vous parler et de trouver des solutions à vos problèmes quand vous en avez. Je sais très bien que ce n’est pas toujours facile et que parfois la seule solution est la séparation, mais au moins vous aurez essayé. Mon but n’est pas de te dire de fermer les yeux sur vos problèmes en prétextant que toi au moins ton conjoint est en vie, mais plutôt de te pousser à essayer de faire tout ce qui est en ton pouvoir pour améliorer les choses, pour votre bien et celui de vos enfants, et ce, même si la solution ultime est de continuer à faire les choses chacun de votre côté. Aujourd’hui, je préférerais cent fois mieux dealer avec un problème avec mon conjoint que de devoir dealer avec le souvenir de son corps inerte dans notre lit, une image qui restera profondément ancrée en moi pour le restant de ma vie.

Crédit : Mélissa Gagné
La Collaboratrice Spotanée
LA COLLABORATRICE SPONTANÉE

8 thoughts on “Mon amour, tu n’es plus là et tu ne le seras plus jamais

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *