À toi, la femme qui doute mais qui a choisi la sécurité

mother and baby in front of window

T’as suivi ta raison. C’était tellement le choix sensé. Le choix logique. C’était la chose à faire. Tout le monde, toi inclus, le sait. C’était le chemin sûr. Sans trop de danger. C’était la route panoramique, pavée d’espoirs et de projets réalisables.

Sauf qu’une partie de toi voulait emprunter la voie à flanc de montagnes. La route escarpée. Sinueuse. Mystérieuse. Celle qui ne figurait sur aucune map. Celle qui se devait d’être dessinée au fur et à mesure.

Parce que tu soupçonnais qu’elle t’amènerait plus loin que toutes les autres. Qu’elle déboucherait sur un paysage à couper le souffle, que personne encore n’avait vu. Tu t’étais préparée.  Entraînée. Tu avais tout le nécessaire pour venir à bout de sa précarité.

Mais tu ne l’as pas choisie. Parce que ta raison t’a ouvert les yeux. Parce que ta raison t’a suppliée de choisir la sécurité.  La normalité.  L’assurance.  Et t’a promis que tout ça t’apporterait le bonheur tant convoité. Tant recherché.

Et tu sais quoi?  Je crois que ta raison a en partie raison. Je crois que si tu t’en donnes la chance, tu seras un jour heureuse de ton choix.  Tu apprécieras le paysage.  La route.  Les commodités parsemées sur celle-ci.

Mais, parce que je te connais, je sais que tu n’arriveras jamais en suivant cette route à vraiment toucher au bonheur. Tu n’es pas une fille qui se contente de regarder la parade. Tu veux être dedans. Tu veux la guider. Tu veux prendre des risques que l’on considère inutiles, parce que ta vie, tu la veux unique. À ton image. Sans demi-mesure.

Et c’est pour cette raison, que mon cœur ose aujourd’hui te conseiller de rebrousser chemin maintenant, avant qu’il ne soit trop tard, et de te risquer sur ta route cahoteuse.  Parce que je sais que tu n’arriveras jamais à être véritablement heureuse sinon.  Je sais que tu passeras ta vie à rassembler les Si, à  te dire que tu aurais dû, à t’imaginer plus heureuse si tu avais osé.

Alors ose. Relève le pari. Suis ton cœur puisqu’il te dicte si fortement ta conduite. Suis ton intuition, puisque c’est la voix qui résonne si fort au fond de toi.

Ne sois pas conventionnelle pour les autres. Sois fofolle pour toi. Puisque c’est ce qui fait ton bonheur. Pars à la recherche de ton bien-être, puisque toi seule sais où il se trouve.

Vas-y avant de perdre de vue l’embranchement. Avant de te perdre complètement sur un chemin qui ne te ressemble pas. Avant d’être complètement coincée et de ne pas pouvoir faire marche arrière.

Vas-y, assume et sois heureuse. C’est tout ce qui m’importe.

Marie-Claude Lamarre
MARIE-CLAUDE LAMARRE

Une réflexion sur “À toi, la femme qui doute mais qui a choisi la sécurité

  1. . Répondre

    Beau texte inspirant… mais en meme temps, je suis inquiete de l’interpretation qu’on peut faire de ce texte. Quand on est parent, la stabilite de nos enfants doit etre prise en compte. Et on doot considerer le conjoint aussi: meme si la routine peut sembler etouffante, tout laisser pour la liberte te libere toi, mais paralyse completement l’autre que tu as laisse a la maison avec les enfants. Folie et audace oui. Abandon – penses-y a deux fois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *