À toi, la maman Purell

mother wipe kid's mouth

ATTENTION : ce texte reflète l’opinion de son auteure et non l’opinion de la plateforme de La Parfaite Maman Cinglante dont le but n’est pas de prendre position mais d’offrir une tribune à toutes les mamans souhaitant faire part de leur vision de la maternité ainsi que de leur expérience personnelle. Par ailleurs, si vous souhaitez écrire un texte en réponse à ce billet, notez que vous pouvez le faire en tout temps et le faire parvenir à collabo@parfaitemamancinglante.com.

À toi, la maman Purell,

Je t’ai entendue dire à ton bébé de ne pas toucher à un objet sur le sol sous prétexte qu’il était sale. Je t’ai vue nettoyer la moustache de fraise que ton enfant avait dans la face depuis huit secondes et quart et je t’ai observée attentivement quand tu as attaché les cheveux de ta fille tellement serrés pour que rien ne dépasse qu’elle en ressemblait à un bonhomme Lego. Parce qu’il ne faudrait surtout pas que quelqu’un voit tes enfants s’ils sont sales ou couettés. Parce que les gens vont croire que tu es une mauvaise mère.

Mais sais-tu quoi? Vivre, c’est salissant et la vérité, c’est que le monde se fout bien de la moustache de ton fils ou de la déchirure au genou de son jeans GAP. C’est toi que ça dérange, les bouts qui dépassent et les becs sales.

Quand tu hurles après ta fille parce qu’elle court après une grenouille sous prétexte qu’elle pourrait attraper une verrue, je pense qu’il serait bon de t’informer que le pire qui peut arriver, c’est qu’elle tache ses vêtements d’un peu de bouette et qu’elle ait du gros fun sale. L’expression n’existe pas pour rien, t’sais.

Regarde la face de ton petit gars qui attrape ses premiers têtards. Prends connaissance de la fierté dans ses yeux quand il te montrera bravement l’un de ses genoux écorché suite à sa première ascension dans un vrai arbre.

On va se le dire, les saletés et les bobos, c’est toi que ça dérange. Ton petit, tout ce qu’il risque de se construire dans la saleté, ce sont des souvenirs inoubliables.

Le reste, fille, ça part au lavage.

Dominique Careau
DOMINIQUE CAREAU

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *