Mode d’emploi du nouveau-né pour faire suer ses parents

stressed parents with newborn

Merci de bien vouloir saisir qu’il s’agit d’un texte humoristique et qu’aucune mauvaise intention n’est réellement prêtée aux nouveaux-nés de la planète.

Fraîchement sortie de ton utérus, la petite boule d’amour que je suis fera trois choses en boucle pendant les premiers mois de sa vie : manger, digérer et dormir. Malgré la simplicité de la chose, sache que je me dois d’adopter une ligne de conduite bien précise pour faire descendre tous les saints du ciel.

#1  Si je suis habillé en blanc, je peux a) régurgiter à outrance ou b) faire un caca bien débordant.

#2  En cas de crise, je dois refuser la suce; c’est une ruse pour me duper.

#3  Peu importe si j’ai mangé il y a trente minutes, une heure ou deux heures, je dois exiger un snack avant de quitter la maison; on ne sait jamais…

#4  Si je suis au biberon, je le refuse lorsqu’il est chaud, j’attends un peu plus d’une heure et j’en redemande un autre. Si je suis allaité, je refuse le sein gonflé à bloc pour éviter de recevoir un jet dans l’oeil; je préfère les plus moelleux.

#5  Je mange, je mange, je mange, je mange.

#6  Lors du changement de couche, je dois profiter de l’occasion pour uriner le plus discrètement possible pour que mes parents s’en rendent compte après m’avoir rhabillé; on appelle ça la technique du “pipi fantôme”.

#7  Comme mes parents sont blasés des 5 à 7 réguliers, je les réinvente en leur hurlant demandant de me balader du salon à la salle à dîner sans arrêt pour que mes p’tits ballonnements passent. Les breaks, c’est pour les faibles.

#8  J’aime profiter de la nuit ou des sorties publiques pour faire un caca en jet explosif. J’espère un jour battre le record de un mètre de distance.

#9  Je m’assure de regurgiter/uriner/faire caca sur mon pyjama toutes les fois que maman oublie d’apporter un kit de rechange.

#10  J’arrête parfois de faire caca pour que maman me masse le bedon, joue avec mes jambes et colle mon bedon contre elle. Je la tease avec quelques gaz pour qu’elle soit contente et pour la récompenser, je lui fais le plus gros caca débordant qu’elle a jamais vu (surtout quand je porte un pyjama blanc) et elle en est très fière.

#11  Lors de la nuit #2 à l’hôpital, il est très important de pleurer afin que maman craigne de réveiller tout le département.  L’idéal est aussi d’essayer de fucker son allaitement; il ne faudrait pas qu’on me prenne pour acquis. Puis, je m’assure que tout rentre dans l’ordre lors de la nuit #3.

#12  J’essaie de dormir le jour pour pouvoir montrer à quel point je suis doué pour garder les yeux ouverts longtemps pendant la nuit.

#13  Mes parents pensent réussir à m’avoir en m’endormant avec le portage alors je me fais un plaisir de me réveiller dès qu’ils me transfèrent dans mon lit.

#14  Une sieste de dix minutes, c’est ben en masse.

#15  Petite blague que j’aime bien faire à mes parents : résister au sommeil assez longtemps pour qu’ils s’endorment avant moi. Leur expression de panique et de culpabilité quand ils réalisent que je suis toujours dans leurs bras vaut de l’or.

#16  Comme être pris dans le trafic et les lumières rouges enrage tout le monde, je suis solidaire avec mes parents à bout de nerfs et je pleure de mécontentement à pleins poumons puis je m’endors paisiblement trois minutes avant d’être arrivé à destination. Comme ça mes parents peuvent réfléchir à la question existentielle : “Me laisser dormir dans la coquille ou non?”.

Tu connais maintenant tous mes plans diaboliques ! N’oublie pas que si je suis aussi cute, c’est pour assurer ma survie.

Isabelle Potvin
ISABELLE POTVIN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *