6 façons de faire vivre l’été de ton enfance dans les années 80 à ton p’tit

kid drink slush

Ce texte est une adaptation libre du texte “10 ways to give your kids a 1970’s kind of summer” de Melissa L. Fenton paru sur le site de Scary Mommy.

Tu gardes des beaux souvenirs des étés de ton enfance et il t’arrive régulièrement de trouver que ceux de tes p’tits manquent de liberté, de pâtés de sable pis de sucre raffiné. Qu’à cela ne tienne, voici six façons de faire vivre l’été de tes dix ans à ta progéniture.

#1  Fais jouer tes p’tits dehors du lever du soleil à la tombée de la nuit

Aujourd’hui, par crainte de réveiller les voisins, ben souvent, tu ne laisses pas sortir tes p’tits jouer dehors avant huit-neuf heures le matin même s’ils sont levés depuis cinq heures et quart. Pis le soir, après le souper, t’es pas chaude chaude à l’idée de les laisser se taper des runs dans le gazon parce que ça va tacher leurs beaux pantalons de pyjama, qu’il commence à faire noir et que l’heure du dodo est expirée depuis une grosse demi-heure.

Quand on était jeunes, on jouait dehors du matin au soir. Les cris d’enfants n’étaient pas considérés comme de la pollution sonore, nos pyjamas étaient sales, on sortait nos flashlights quand la nuit tombait pis on se couchait à pas d’heure les soirs de canicule.  Dans une journée, on rentrait jamais pis on était ben heureux.

Par contre, l’histoire ne dit pas si on avait un air de bœuf le lendemain matin après une nuit écourtée parce qu’on s’était couchés trop tard. J’ai comme un doute.

#2  Laisse tes p’tits écouter la télé ou jouer sur leur écran sans limite de temps

Il pleut, il mouille et les enfants sont évachés devant la télé depuis une grosse heure et quart. Ouin, pis ? Ils se tapent l’école pis le terrain de jeu à l’année longue. Les soirs de semaine pis la fin de semaine, ils ont des cours en tout genre. Quand ben même ils décanteraient devant la télé, le temps d’une journée pluvieuse, les chances d’en faire des patates inactives sont de minces à nulles; laisses-les donc prendre un break.

#3  Offre un bar open de cochonneries

Je sais que le guide alimentaire et toute une trâlée de parents ne seront pas d’accord. Mais t’sais, une fois de temps en temps, une dose massive de sucre raffiné, ça fait du bien à l’âme. Ça fait que par une belle journée ensoleillée où tout le monde enjoy le soleil, sors le Tang, les Mr. Freeze, les gummy bears pis les hot-dogs;  c’est tout ce que ça prend à un enfant de cinq ans pour faire la fête, crois-moi. Vous mangerez des légumes demain. Pis aye, merci de faire ça plus qu’une petite fois dans l’été.

#4  Laisse-les vivre

Quand on était jeunes, on partait au dépanneur en bicycle s’acheter des bonbons pis des chips en gang avec notre deux piastres en papier. C’était le happening de la semaine, t’sais. Aujourd’hui, on laisse même pu les enfants traverser la rue sans les tenir par la main. Le gros bon sens se situe sûrement quelque part entre les deux; ça fait que cogite à la meilleure façon de donner du lousse à tes p’tits. On a toutes des limites pis il en va de la sécurité des enfants et de notre santé cardiaque de les respecter, mais quand on s’arrête deux minutes, on réalise souvent qu’on capote un peu dans le vide.

#5  Permets-leur de squatter la piscine des voisins

Dans ton enfance, combien d’heures as-tu passé dans la piscine des voisins ? Malade. Des fois, on ne revenait même pas pour dîner. Ça fait que si tes enfants ont le goût d’aller squatter la piscine des voisins, laisse-les donc faire. Assure-toi juste que ça fait ben l’affaire de tout le monde sur place (particulièrement des parents t’sais, parce que les enfants ont rarement quelque chose contre). Ah! pis rappelle à ta progéniture qu’on ne fouille pas dans le frigidaire pis les armoires des autres pis qu’on dit « s’il vous plaît » quand on veut quelque chose; ce serait le fun que ton enfant ne soit pas le désagréable de la gang. Merci.

#6  Accepte qu’ils découchent et qu’ils invitent ses amis à coucher chez vous

Ben oui, je le sais, ils sont pas vieux, tes enfants. Mais te rappelles-tu à quel âge tu as commencé à aller coucher chez tes amis, toi ? Si ton p’tit veut aller dormir chez un ami, permets-lui de le faire; il se crée tellement de souvenirs entre deux petites têtes de quatre ans couchées dans des sleeping bags un samedi soir. Pis même si je sais ben que tes semaines sont bien remplies et que la fin de semaine, t’as pas le goût de te casser le bicycle, permets à ta progéniture d’inviter des amis à coucher elle aussi. C’est ben beau la fratrie, mais tous les enfants ont besoin de jouer avec des enfants qui ont plus d’intérêts que de liens de sang en commun avec eux.

C’est vrai que les temps ont bien changé depuis notre enfance et qu’il faut pas vivre dans le passé. Mais ça vaut la peine de prendre ce qu’il y avait de beau et de permettre à tes p’tits de le vivre à leur tour. Penses-y.

logo parfaite maman cinglante

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *