La limite entre la maman imparfaite et la mauvaise mère

mother sleeping on couch with baby

Mon chaton,  

Chaque jour, je me demande si je suis une bonne maman pour toi. Si je te stimule assez, si tu te développes bien, si tu as assez d’amour. Je me remets en question à chaque jour depuis que tu es sur cette terre et malgré les années de pratique que j’ai maintenant derrière la cravate, je ne peux toujours pas dire si je suis une bonne maman.  

Sincèrement, je pense bien être une maman correcte : tu ne manques de rien et je fais de mon mieux. Au fil de mes histoires dans la monde de la maternité, je me demande toujours où est la ligne entre la maman imparfaite et une mauvaise mère.  

Tu vois, être un parent est tellement difficile qu’il faut parfois savoir lâcher prise sur certains détails. Il faut penser à prendre du temps pour soi, pour sa santé, pour son couple, pour le travail, pour la famille et pour plein d’autres choses. C’est certain qu’on finit par bâcler certains aspects auxquels on aurait pu porter plus attention, et c’est correct comme ça. 

Ce qui me fait peur, c’est qu’à force d’accepter que je ne sois pas parfaite, je baisse trop mes standards pour toi. C’est quoi au juste, la limite de jours pour te faire garder? Combien de matins c’est correct de manger juste des toasts et pas de fruits? Combien de fois c’est acceptable de te mettre ton émission préférée parce que ma journée a été l’enfer et que je veux un peu de calme? Est-ce que ça fait partie de la vie de crier un matin parce que tu n’écoutais rien et que j’ai perdu patience? Et deux, ou trois? 

Constamment, je suis inquiète de savoir si je suis assez pour toi. Si LA fois où j’ai trop attendu pour aller chez le médecin alors que tu avais une otite est justifiée par les trois autres fois d’avant où je suis allée et que tu n’avais rien. Si tu me fais payer la nuit chez mamie en étant accroché à moi pendant une semaine au retour. Si je suis trop sévère avec toi et que je t’empêche de t’épanouir, ou si je suis trop molle et que je te traite en enfant-roi? 

Bref mon chaton, maman est bien embêtée. On dirait que parfois mon instinct de maman est déboussolé  et que j’ai de la misère à déterminer ce qui est le mieux pour toi. Je t’aime tellement et je veux le mieux pour toi, mais je suis consciente que je suis une humaine moi aussi. Je dois accepter que tu n’auras jamais l’éducation parfaite parce qu’elle n’existe pas. Je dois me donner des marges de manœuvre. 

Mon amour, je compte sur toi pour me ramener à l’ordre si ces marges de manœuvre se transforment en échappatoires. Oui, prendre du temps pour moi, mais prendre du temps pour toi aussi. Oui, être fatiguée, mais respecter quand tu l’es aussi. Oui, accepter mes défauts, mais accepter les tiens aussi.  

J’espère que tu pardonnes déjà mes erreurs à venir, 

Maman 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *