Quand je te dis non

kid crying in car seat

Mon petit trésor,

Au cours des années que nous passerons ensemble, tu vivras un nombre incalculable de moments où je te dirai non, où je refuserai plusieurs de tes nombreuses demandes. Tu auras parfois l’impression que c’est injuste et parfois, tu auras même raison. Mais voici ce qui se cache derrière mes mots quand je te dis non.

Quand je te dis non, je les entends tes pleurs, tes cris d’injustice et je la vois, ta moue boudeuse. Mais derrière mon non se cache ton apprentissage de l’acceptation du refus. Derrière mon non se trouve aussi la gestion de l’attente. Par mes non, je t’apprends à reconnaître tes besoins et leur réelle importance, à voir ceux des autres aussi.

Quand je te dis non, je suis cohérente, je mets des limites, ces limites qui, tu le verras un jour, ont pour objectif de te sécuriser, de déterminer ce que tu peux faire en tant qu’enfant. C’est mon rôle de parent de te dire non, de le maintenir malgré tous les moyens que tu trouveras pour montrer ta frustration.

Quand je te dis non, je souffre, je souffre de voir la peine que je peux te causer. Je suis mal à l’aise devant ton petit bacon, mais c’est ainsi que tu apprends à communiquer tes besoins et à écouter plus attentivement et respectueusement ma réponses à ces derniers. Plus tu vieilliras, plus tu apprendras à les comprendre, à négocier aussi parfois. Peu à peu, cela t’aidera à construire ton identité, tes goûts et tes valeurs propres. Tu apprendras à faire des concessions, à trouver des alternatives, tu développeras ton jugement.

Quand je te dis non, je t’élève, aussi simplement et frustrant que cela puisse te paraître. Même quand tu croiras que je fais par exprès, que je suis méchante, que je ne t’aime pas, je resterai fidèle à mon refus. Pour ton bien, pour le mien aussi. Parfois, mon refus servira à t’apprendre que je dois aussi penser à moi et ce, même si tu comptes plus que tout à mes yeux, pour que tu saches aussi prendre soin quand tu seras grand.

Dans mes “non” se cachent le souci d’équité, de tolérance, mais d’injustices aussi parce que malheureusement, la vie en est remplie et je ne pourrai pas toujours te protéger. Mais par mes refus, je t’aurai appris à leur faire face dans un cadre aimant et sécurisant.

Tu es la prunelle de mes yeux, mon oxygène, la raison pour laquelle je me lève le matin, mais même si j’aimerais te donner la lune, faire tout ce que tu désires, cela ne serait pas sain ni pour toi ni pour moi. Je ferai de toi un adulte de demain équilibré ou du moins je ferai mon possible pour y parvenir.

Alors quand je te dis non, rappelle-toi que je le fais parce que je t’aime simplement au meilleur de la maman que je suis.

Cyntia Dubé
CYNTIA DUBÉ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *