À toi, le fou dans son char

car crash

Toutes les mères vont te le dire, notre plus grande peur, celle qui nous ronge lorsqu’on y pense trop, c’est de voir un de nos enfants mourir. Cette peur nous frappe au moment où nous donnons la vie et ne nous quitte plus. Nous voulons protéger nos petits puisqu’ils sont les plus précieux à nos yeux. Nous faisons tout ce que nous pouvons pour éloigner nos enfants du danger.

Lors des premiers déplacements en voiture avec mon plus vieux, j’avais tellement peur d’avoir un accident. Un accident dont je ne serais pas responsable, parce que je peux contrôler ben des affaires, mais s’il y a une chose sur laquelle je n’ai pas de contrôle, c’est toi.  J’ai un bon véhicule, il est bien entretenu, ma conduite est responsable et mes enfants sont bien attachés dans leur siège d’auto. Malgré toute ma bonne volonté, il y a des choses que je ne contrôle pas, comme toi, le fou (ou la folle) dans son char. Toi, qui roules à 80 km/h dans une zone de travaux, sur un pont, avec des voies très restreintes. Toi, qui ne fais pas ton cédez-le-passage ou qui ne fais pas ton arrêt obligatoire. Toi, qui devrais changer tes pneus parce qu’ils sont beaucoup trop usés, mais qui t’es dit, bof! Un hiver de plus, c’est pas grave! À toi aussi qui ne déblaies pas la neige de sur ton char comme du monde avant de partir le matin et qui roules dans un véritable igloo mobile en ne voyant que dalle autour de toi. À toi, qui textes au volant en tentant de partager ta vision entre la route et ton écran. Veux-tu ben me dire qu’est-ce que tu as à partager d’aussi urgent avec quelqu’un?  Ça ne peut pas attendre cinq minutes? Parce que non, tu ne peux pas faire les deux en même temps.

Et à toi, toi, qui as accéléré sur une lumière jaune plus que tardive et qui finalement passes solidement sur la lumière rouge. Toi, qui m’aurais happée à toute vitesse, moi, ainsi que mes deux jeunes enfants. Tu m’aurais sans doute tuée sur le coup, et probablement mon garçon également assis derrière moi. Ma petite fille, assise de l’autre côté, aurait probablement survécu, mais pas sans séquelles. Une chose est certaine, sa vie aurait été totalement bouleversée. Elle aurait perdu son grand frère ainsi que sa mère, dont elle n’aurait aucun souvenir, parce qu’à cet âge-là, on est trop petit pour se rappeler de quoi que ce soit. Tu aurais dévasté la vie de mon conjoint, qui aurait perdu les amours de sa vie. Sans parler de nos familles et de nos amis. Tout ça pour quoi? Pour que tu gagnes quelques secondes de ton temps si précieux? En quoi ta vie est tellement importante pour que tu mettes celle des autres en danger ? Peux-tu juste prendre deux minutes pour y penser? Peux-tu réfléchir un peu aux conséquences que ton geste, si insignifiant pour toi, peut avoir comme répercussions catastrophiques pour d’autres.

Je ne te demande pas de rouler toujours à 50 km/h, de faire des arrêts de cinq secondes ou de faire un rituel  de vérification de ton char en trente points à chaque fois que tu vas acheter du lait au dépanneur! Tout ce que je te demande, à toi, c’est de respecter le code de la route et de conduire de manière responsable. Tout ça pour que mes enfants et moi, ainsi que toutes les autres familles, on soit en sécurité lorsqu’on se déplace en auto. En échange, je t’évite de passer le reste de ta vie avec la mort de quelqu’un sur la conscience. C’est pas pire comme deal? Non?

Heureusement, ce matin-là, j’ai adapté ma conduite à la tienne. Puisque j’étais la première de la file à une lumière rouge, j’ai attendu. J’attends toujours quand le feu passe au vert juste au cas où un cabochon comme toi brûlerait sa lumière rouge. Ces quelques secondes que tu as gagnées, moi je les ai perdues, mais elles m’ont sauvé la vie.

 

Vanessa
VANESSA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *