Quand maman n’a plus la cote : ton bébé te rejette et veut papa

little girl sad at mother

Aujourd’hui, ton cœur de maman a mal. Bien sûr que non, il n’est rien arrivé de malheureux à tes enfants, dieu merci. C’est plutôt toi qui es blessée, dans ton amour-propre plus précisément. Depuis quelque temps, ton petit dernier, ton bébé, ton rayon de soleil, celui à qui tu t’es donnée corps et âme dans la dernière année te rejette. Il ne te tend plus les bras avec le regard pétillant d’amour et d’admiration qui te faisait sentir indispensable. Il ne vient plus vers toi pour que tu consoles ses peines, guérisses ses bobos et partages ses victoires de petit garçon d’un an. Il te tourne plutôt le dos pour courir vers le nouvel amour de sa vie : son papa. Tu as beau te répéter que c’est un bébé et que c’est temporaire, tu ne peux ignorer la peine bien réelle que ça te fait vivre.

Lorsque tout ça a commencé quelques semaines plus tôt,  tu as d’abord ressenti de l’incompréhension et tu t’es rassurée en te disant que ton petit loup reviendrait sans doute vers toi le lendemain. Mais à ton grand désarroi, son penchant pour son père est allé grandissant jusqu’au jour où ta présence lui est devenue totalement indifférente, voire même désagréable parfois. Lorsqu’il t’a violemment repoussée pour aller vers papa alors que tu étais si heureuse de le retrouver après une journée de séparation, ton monde s’est écroulé et tu as senti poindre la colère en toi. Ce bébé que tu aimes de tout ton cœur depuis son premier souffle, tu l’as tenu contre toi de jour comme de nuit depuis plus d’un an pour lui offrir ton lait, ta chaleur, ton amour et ton réconfort. Comment peut-il te rejeter ainsi?

Tu as pourtant déjà vécu une expérience similaire avec ta plus grande il y a quelque temps. Celle avec qui tu ne faisais qu’un depuis sa naissance s’est graduellement tournée vers son père pour ne dépendre que de lui. Mais c’était lors de la naissance de son petit frère. Son papa était plus disponible pour combler ses besoins d’amour et d’attachement et ça te semblait logique qu’une petite fille ait une relation privilégiée avec son père. Ton cœur s’est tout de même brisé et tu en as souffert, mais tu as pu déverser ton trop-plein d’amour et de tendresse sur ton bébé tout neuf qui est vite devenu ton nouvel acolyte. Mais le voilà qui suit désormais les traces de sa sœur, et ça te fait doublement mal.

Maintenant ta peine adoucie, tu es en mesure de porter un nouveau regard sur la situation pour en tirer des apprentissages. Parce que tu sais profondément que ton petit bonhomme t’aime inconditionnellement et que du haut de ses trois pommes, il peut t’apprendre plus que n’importe qui. Il est là pour te guider vers un nouvel équilibre qui sera assurément plus sain et satisfaisant pour lui comme pour toi. De par son rejet, il te redonne ton espace pour te recentrer et refaire le plein d’énergie. Dans toute sa sagesse de petit garçon d’un an, il te dit merci de t’être oubliée dans la dernière année pour prendre soin de lui, mais qu’il est temps de passer à l’étape suivante. Alors écoute-le et rassure-toi, rien ne pourra effacer les moments merveilleux que vous avez partagés ni ravir la place privilégiée que ton petit homme garde dans son cœur pour sa maman, la première femme de sa vie.

 

Anne-Marie Proulx
ANNE-MARIE PROULX

11 thoughts on “Quand maman n’a plus la cote : ton bébé te rejette et veut papa

  1. Bourmaud Répondre

    Ohlala comme cet article me fait du bien ! Je suis dans cette phase avec mon petit loulou de tout juste 13 mois, cette période est affreusement frustrante. Lui qui était une vraie “glue” avec moi il y a encore quelques semaines, m’ignore totalement maintenant, il évite presque jusqu’à mon regard. On a beau se dire que ce n’est que passager, c’est tout de même blessant. Merci d’avoir trouver les mots pour me rassurer, et m’aider à patienter !! Hâte que cette période soit derrière nous, je veux retrouver mes câlins !

  2. Servary Répondre

    Merci pour ce message d’espoir, je n’avais pas vu les choses sous cet angle. Je pourrais en profiter pour me retrouver un peu en effet. Mon fils me fait la misère, il n’en a que pour son père, il ne dit plus maman et m’ignore au possible. Ça me blesse profondément, mais c’est mon petit Garçon et il est quand même trop choux. A côté de ça j’ai toujours droit à mes bisous et mes câlins quand il veut bien entre 2 crises. Vivement que ça cesse, mais je pense que personne n’y coupe.

  3. Thierry Répondre

    Mon Dieu mais merci pour cet article, il est magnifique et tellement bien expliqué j’en ai pleuré. Cette phase est tellement douloureuse à vivre pour les maman.
    Merci du fond du cœur de m’avoir rassurée o combien j’en avais besoin.
    Merci merci merci 🙏

  4. Sarah Répondre

    Bonjour,

    Maman d’une petite Louloute de 15 mois et d’un petit Loulou de 1 mois, ton message m’a boulversé. A l’arrivée de bébé 2 le père a dû prendre la relève (avec sa maman) suite à une fin de grossesse compliquée. Depuis mon arrivée à la maison, je vois que les choses ont bien changé. Je ne suis plus en effet indispensable à ma fille et nos rituels sont tombées à l’oubliette. Mon cœur de maman s’est brisé et l’est encore. Je n’ai plus cette complicité avec elle mais j’ai espoir grâce à ton message que les choses finiront par s’arrangeaient. J’ai pleuré en lisant ton message mais j’avais besoin de tes mots pour soulager mes maux.
    Merci d’avoir abordé ce sujet tabou car finalement ce ne sont que des enfants (trop) aimés.

  5. Lemesle Répondre

    Je suis en plein dans cette phase et mon cœur de maman se brise à chaque bettement 😭 merci pour ces mots et de voire aussi que l’on est pas seul rassure 🙏💋

  6. Emma Répondre

    Merci pour cet article. j’ai deux filles. j’avais déjà connu cette phase de rejet de la maman et préférence pour le papa avec ma grande. Et là ça recommence avec la petite, qui a 18 mois. Dès le matin. Il n’y en a que pour papa, C’est horrible à vivre pour une maman, je chialais en voiture ce matin pour venir au travail, le coeur brisé car on a beau savoir que c’est passager ou normal car hormonal avec l’Oedipe qui se profile, ça fend le coeur. Donc oui, ton article me fait re-réaliser que j’ai une vie aussi à moi, que mon bébé n’est pas tout, qu’il ne doit pas être le centre de mon monde, et qu’il faut que je me reconcentre sur autre chose. Pas facile, vraiment.

  7. Maricar31 Répondre

    Wouahou, un grand merci.
    Je traverse exactement cette phase avec mon fils de 11 mois et ton article m’a permis de me voir les choses sous un autre angle.

  8. Marion Répondre

    Merci pour cet article ! Je traverse la même chose actuellement avec ma fille de 2 ans! Je suis actuellement enceinte de bébé 2 avec obligation de repos, je m’occupe donc moins d’elle par la force des choses et c’est papa qui a pris le relais. Depuis, elle n’a d’yeux que pour lui! Au moindre bobo, elle court vers lui et si je me risque à y aller avant, elle me repousse pour aller le trouver. Mon petit cœur saigne à chaque instant mais je me dis que c’est passager.. Pas facile tout de même. Je pense qu’on passe toutes par là et que l’on doit se réjouir d’avoir des papas au top que nos petits bouts adorent.

  9. Le paternel Répondre

    Moi je suis papa, je vois ma famille traverser cette etape également. Je dirais que c’est très épuisant aussi pour le papa qui est trop sollicité. Je discute beaucoup avec ma femme, j’essaie de favoriser le lien entre elle et ma fille par le jeu notamment. C’est une phase, frustrante tant pour la maman que pour le papa (crises à répétition des que je m’éloigne) mais c’est une phase, il faut le garder à l’esprit, ce ne sont que des enfants, avec leurs émotions de petits êtres en devenir…courage à toutes et à tous

  10. anais marin Répondre

    C’est un très bel article qui m’a fait bcp de bien à lire:-)

  11. Aurelie Répondre

    Merci infiniment pour ce texte qui m’a ému et rassuré ! Je suis en plein dans cette phase avec mon bébé de 12 mois. J’ai min cœur en miettes chaque fois que cela arrive. Je repenserai à vos mots les prochaines fois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *