Dis vulve, dis pénis

surprised little girl

Dis vulve, dis pénis. Pourquoi utiliser noune, minou, snatch, zizi, quéquette ou autre petit mot étrange quand il existe des mots très simples qui ne portent pas à confusion? Après tout, une vulve ou un pénis demeure une partie du corps humain au même titre qu’un nez, des oreilles, un nombril ou des genoux. Très tôt, ton enfant identifiera ces parties du corps à la garderie ou à l’école. Est-ce que ce sera le tien qui ne saura pas les vrais mots?

Dis vulve, dis pénis. Lorsqu’il sera prêt et qu’il te posera des questions, enseigne-lui où se trouve les testicules, le pénis et la distinction entre le vagin et la vulve (oui oui, la vulve est à l’extérieur, à ne pas confondre avec le vagin qui se situe, vous l’aurez compris, à l’intérieur!). Répondre à ses questions ne veut pas dire que ton enfant sera exposé à une sexualité précoce. Chaque âge amène son lot de questions. Tu n’as qu’à lui fournir les informations adaptées à son âge… mais il n’y a pas d’âge pour appeler les choses par leurs noms. Vouloir s’informer de son environnement, voilà qui fait de ton enfant quelqu’un d’intelligent!

Dis vulve, dis pénis. Pourquoi es-tu gêné d’employer les bons termes? Tu as peur que ton enfant n’arrête plus d’en parler à l’épicerie, au restaurant ou à la pharmacie? En lui disant qu’il a un spaghetti, une verge ou un zouiz, tu donnes l’impression à ton garçon qu’il possède un truc bien mystérieux. En mettant l’accent sur le fait qu’on l’appelle par un autre mot que son nom d’origine, tu lui donnes bien plus envie d’en parler que s’il te jasait de son nez, de sa bouche ou de son pied. Rendre tabou une partie du corps, c’est préparer assurément ton enfant à être gêné de parler si quelque chose se passe avec sa vulve ou son pénis.

Dis vulve, dis pénis. Il sera beaucoup plus simple pour ton enfant de te parler de ce qui se passe avec son pénis ou sa vulve s’il n’est pas gêné de le faire par le tabou occasionné par l’utilisation de petits mots idiots. Ton enfant sera beaucoup plus à l’aise de te dire si quelqu’un a fait quelque chose de déplacé lorsqu’il est à l’aise de nommer. Lui enseigner les bons termes, c’est lui permettre de bien communiquer avec toi, son parent, son enseignant ou d’autres intervenants, sans confusion. Ainsi, en cas d’abus sexuels, ton enfant sera moins enclin à être honteux et sera plus apte à expliquer clairement ce qui lui est arrivé.

Dis vulve, dis pénis. Dis-le sans gêne. Dis-le pour éduquer tes petits. Dis-le pour normaliser les mots. Dis-le sans peur de sexualiser ton enfant. Dis-le parce que c’est comme ça que ça s’appelle, tout simplement.

Crédit : Kasefoto/Shutterstock.com
Catherine I.
CATHERINE I.

Une réflexion sur “Dis vulve, dis pénis

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *