Lettre à toi qui veut garder mon enfant même si je n’y suis pas prête

kid say goodbye

À toi, la mère, la belle-mère, la sœur, l’amie sans enfant ou celle qui a des enfants faciles qui passent leur temps à se faire garder chez grand-papa-grand-maman,

Un beau jour, j’ai donné tout ce que j’avais en moi pour extraire de mes entrailles sept livres de bonheur. Sache que depuis ce jour, ma mentalité a changé. Je ne suis plus celle que tu as connue. Je suis désormais une maman qui se donne corps et âme pour s’occuper du mieux qu’elle peut de sa progéniture. Et cette progéniture est désormais ce que je possède de plus précieux dans la vie et si je le pouvais, je ne m’en éloignerais jamais.

Alors comprends que ça se peut que ça prenne ben du temps avant que je me sente prête à me séparer pour quelques heures de cet enfant qui fait maintenant partie de moi-même. Pis quand je vais réussir à le faire, j’aurai littéralement l’impression qu’on m’aura arraché un organe vital et je n’arriverai pas à respirer ou réfléchir normalement tant qu’on ne me l’aura pas redonné.

Je sais très bien que tu voudrais que je te le laisse plus souvent. Je n’ai aucun doute quant à tes capacités à titre de gardienne. Je ne vérifierai même pas si tu as suivi tes cours de RCR. Mais ça se peut que je ne me sente pas encore prête. Ou que je sente que mon bébé n’est pas prêt non plus. Ça se peut aussi que mon coco n’accepte pas le biberon. Tu penses que je n’essaie pas assez dans le but de le garder juste pour moi? Tu as peut être raison. Et après ? Peux-tu essayer pour deux minutes de respecter mon rythme et celui de mon p’tit ?

Tu peux me dire autant que tu veux que je vais devoir couper le cordon à un moment ou à un autre, qu’il va bien falloir qu’il aille à la garderie un jour, que je le surprotège, qu’on est fusionnels, et que mon bébé va devenir sauvage mais la première année de vie de mon enfant est la seule où je peux me consacrer à lui à 100% et celle où il a le plus besoin de ma présence. Pourquoi je m’en priverais ?

Pis quand je me sentirai enfin prête à te confier Mon Précieux, ça se peut que le bambin soit accompagné d’un guide en quarante-cinq pages intitulé “Comment prendre soin adéquatement de cet enfant”, d’une fiche interprétative de ses types de pleurs pis de quatre sacs à couche remplis à rebord de “au-cas-où”.  Je n’attends pas de toi que tu pratiques le 5-10-15 au coucher ou que tu lui prépares des purées bio de légumes fraîchement cueillis de ton jardin mais j’ai tout de même quelques attentes de base que j’aimerais que tu respectes.

Ça serait le fun que tu n’en profites pas pour aller le présenter à la sœur de la quatrième voisine d’en face qui habite à quarante-cinq minutes de route. Mon enfant aura pour la toute première fois de sa vie perdu son plus précieux repère (moi), on peut tu essayer de lui fournir un environnement calme et un temps soit peu stable? J’aimerais ça aussi que tu n’en profites pas pour garder ses quarante-douze cousins en même temps. Je te confie la chair-de-ma-chair, peux tu t’y consacrer à 100% une seule soirée? Et je t’en supplie, donne-moi des nouvelles durant ton gardiennage. Si tu veux que j’apprécie ma sortie et que je reproduise l’expérience en te confiant à nouveau mon bébé, arrange-toi pour que je ne stresse pas à distance et envoie-moi un petit coucou accompagné d’une photo de mon oisillon tout sourire.

Finalement, sache que ça me demande tout mon petit change de me séparer de mon ange, aussi court le laps de temps soit-il. Donc si je te confie ce que je possède de plus précieux, c’est qu’il faut que je t’aime en mautadit.

Pis inquiète-toi pas, il finira bien assez tôt par s’éloigner de sa maman. Mais ce sera selon le rythme qu’on aura choisi ensemble, lui et moi, et non celui dicté par les autres.

Phanie
PHANIE

Une réflexion sur “Lettre à toi qui veut garder mon enfant même si je n’y suis pas prête

  1. Tana Répondre

    J’adore <3
    Je m'y reconnais. Mon p'tit loup a 4 mois aujourd'hui. A la naissance, l'entourage s'imaginait déjà le garder! J'ai décidé de prendre un congé parental de 6 mois afin de me consacrer pleinement à mon "Précieux" ?
    Les gens veulent un peu trop dicter la vie des autres, mettre l'enfant dans un moule…. Allaitement à la demande, cododo, portage, pas de pleurs, motricité libre, je laisse le choix aux autres de me donner leur conseil de normalité lol
    Ce que nous avons choisi, nous le fesons pour le bien être de notre bébé. Le principal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *