La rupture amoureuse en trois étapes laborieuses

parents divorce

J’aurais tellement aimé ça te dire que la fin de ta relation conjugale se passerait exactement comme elle a commencé, c’est-à-dire avec deux ou trois regards complices, quelques papillons indisciplinés et des échanges de salive. Sauf que c’est très rarement comme ça que ça se passe. En période de séparation, ta salive, tu risques fort probablement de la gaspiller en t’obstinant sur la garde du toaster. Je te présente quelques petites notions de base si tu te sépares (ou si c’est dans tes projets).

Tu as sûrement entendu parler de la médiation familiale, c’est dans l’air du temps. Y’a minimum deux amies et une matante qui t’ont conseillé d’aller voir un médiateur quand tu t’es séparée. C’est pas pour rien. Comme le père de tes enfants, c’est le seul ex que tu ne pourras pas rayer définitivement de ton existence, c’est une sacrée bonne idée de garder une relation potable avec lui. Personne ne te demande de l’inviter à souper le samedi soir avec sa nouvelle blonde. Mais d’être capable d’aborder le choix de l’école du p’tit sans te taper le ressassage des vieilles rancunes, c’est un minimum. La médiation, c’est à ça que ça sert. Faire un reset sur la vie conjugale et repartir une relation de co-parents sur de nouvelles bases.

À la fin du processus de médiation, tu ressors avec ton entente qui n’a aucune valeur légale, mais une inestimable valeur morale. Si ton ex n’a pas de morale, je te conseille fortement de passer aux étapes suivantes.

Si t’es mariée et que tu veux légalement divorcer, tu dois absolument passer par le tribunal. Tu peux rester mariée tout en étant séparée, mais mon expérience me démontre que le plus vite c’est réglé, le moins catastrophique la suite sera. L’analogie du band-aid qu’on arrache d’un coup s’applique parfaitement ici.

Aller devant le tribunal ne rime pas avec « guérilla ». Ce n’est pas nécessaire d’être à couteaux tirés. Tu peux faire une demande conjointe en divorce et le tout sera réglé rapidement sans que tu doives dilapider le patrimoine familial pour payer tes frais d’avocats. C’est TOUJOURS moins dispendieux de s’entendre à l’amiable.

Il y a trois causes pour demander le divorce. Primo, si ça fait un an que tu vis séparément de ta femme ou de ton mari. C’est d’ailleurs la seule raison qui te permette de faire une demande conjointe. Secundo, si t’es victime de cruauté physique ou mentale et tertio, si ton mari ou ta femme a commis l’adultère. Ça peut avoir l’air bizarre de le souligner, mais on n’est jamais trop prudent : tu ne peux pas invoquer ta propre cruauté ou ton propre adultère pour divorcer!

Si tu n’étais pas mariée, ce n’est pas obligatoire d’aller devant le tribunal, mais cela peut être préférable dans certaines circonstances. Si ton ex est du genre pas fiable et / ou malhonnête, ça se peut que la seule personne qui puisse le garder dans le rang soit Monsieur-le-juge. Encore une fois, il est possible de faire une demande conjointe pour éviter de devoir réhypothéquer ta maison pour payer ton avocat.

Une solution qui s’avère moins onéreuse, mais fort efficace pour les ex-conjoints de fait, c’est la Convention de séparation. Ce que ça mange en hiver? C’est carrément un contrat, entre vous deux, qui régit votre séparation. Attention toutefois! Un juge n’est pas tenu à cette entente, ce qui signifie que si elle contient des clauses qui vont à l’encontre de l’ordre public, par exemple, la renonciation à une pension alimentaire pour enfants, votre entente pourrait ne pas tenir. Consulte un avocat pour rédiger cette convention, afin de te protéger.

Je sais qu’en te séparant, tu gères la réaction de tes enfants, possiblement un déménagement avec tout ce que ça implique de changements de compte d’électricité, de signatures chez le notaire ou de bail, etc. T’en as plein les bottines et la gestion légale de ta séparation, tu remets ça à demain. Ça arrive que les choses se passent parfaitement bien. Quand deux personnes raisonnables, adultes et matures se séparent… Suffit qu’un des deux ex-conjoints rencontre une nouvelle flamme pour tout bousiller ce fragile équilibre de la bonne entente non écrite. Je vois des ex-conjoints se déchirer et s’entre-déchirer à chaque jour. Fais-moi confiance : régler ta séparation, mettre tout ça par écrit et avoir l’esprit tranquille, c’est un investissement que tu fais pour toi, ta famille et ta paix intérieure.

MARIE-ÈVE GAGNÉ
Marie-Ève Gagné

Marie-Ève Gagné pratique en tant qu’avocate depuis plus de 10 ans. Après plusieurs années à exercer essentiellement en droit civil, immobilier et commercial, elle a eu coup sur coup deux bébés. L’arrivée de ceux-ci ont fait grandir en elle le désir d’ajouter à sa pratique la protection de l’intérêt des enfants en devenant médiatrice familiale. Elle a toujours été profondément convaincue que l’accessibilité de la justice passe par les modes alternatifs de résolution des conflits. C’est donc tout naturellement qu’elle privilégie, tant dans les dossiers civils que commerciaux, la négociation et la médiation. C’est d’autant plus vrai en matière familiale où des p’tits bouts de choux sont impliqués bien malgré eux. Créatrice, innovante et à l’écoute des besoins de chacun, elle demeure persuadée que l’éventail des solutions possibles est infini. Elle met à profit ses compétences légales et communicationnelles afin que tous les conflits, aussi profonds puissent-ils être, soient résolus par des solutions novatrices. En savoir plus...


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *