Le petit pas fin, c’est le mien

little boy in anger

Mon fils a peut-être tapé le tien aujourd’hui.  Il l’a peut-être poussé hier.  Avant-hier, il a peut-être dit à ta fille que sa robe était pas belle ou que son dessin était caca.  Mon fils, c’est le petit pas fin de la garderie.  Celui qui tape, celui qui pousse, celui qui dit des “choses-pas-fines”.  C’est celui que tout le monde connaît parce qu’il parle toujours trop fort ou parce qu’il a encore fait une crise monumentale dans le corridor.  C’est celui que ton enfant appelle peut-être le petit tannant, le pas fin, le trop énervé, le pas gentil.  Mon fils, c’est celui qui dérange, qui détonne, qu’on entend et qu’on voit.  Et qu’on juge.

Mais aujourd’hui, je voudrais aussi te dire ce que mon fils est, mais que vous ne voyez pas toujours.  Par manque de temps.  De volonté.  Ou d’ouverture.

Mon fils a peut-être apporté une fleur à ta fille aujourd’hui.  Il l’a peut-être aidée à attacher son manteau hier.  Avant-hier, il a peut-être remarqué que ton garçon s’était fait couper les cheveux et a peut-être même pris le temps de lui dire. Mon fils, c’est aussi un petit homme attentionné et attachant.  Celui qui m’apporte un bouquet de fleurs presque tous les jours, celui qui me dit constamment qu’il “m’aime trop”, celui qui me donne un bec sur mes blessures.  C’est un petit homme rempli d’imagination, enthousiaste, drôle et doté d’une joie de vivre quasi inébranlable.  Mon fils, c’est aussi celui qui doit travailler deux fois plus fort que les autres pour se calmer, pour ne pas se laisser avoir par son impulsivité et pour entrer en relation avec les autres convenablement.  Mon fils, c’est celui qui est différent.  Et c’est aussi celui qui s’en veut énormément quand son corps fait pas ce qu’il veut ou que, encore une fois, il a manqué de contrôle.

Non, il ne manque pas d’encadrement.  Ni d’éducation.  Ni de discipline.  Il est entouré d’une famille aimante qui travaille aussi très fort pour que, peut-être, un jour, il ne pousse plus, ne tape plus et ne dise plus de “choses-pas-fines” à tes enfants.  Il voit des spécialistes régulièrement qui l’aident de plus en plus à mieux se contrôler et est entouré d’outils, de patience et de beaucoup d’amour pour l’encadrer le mieux possible et l’aider à devenir la meilleure version de lui-même.

Mon fils, c’est peut-être le petit pas fin, mais c’est le mien.  Et, chaque fois que j’entends des commentaires désobligeants à son égard, c’est à mon cœur de maman que tu fais du mal.  Parce qu’il n’a pas demandé à être ainsi.  Parce que, non, il n’est pas méchant.  Parce qu’on travaille fort avec lui et qu’on y met tout notre amour et beaucoup d’énergie.  Parce que, si c’était le tien, ça te briserait le cœur aussi.

Crédit : Refat/Shutterstock.com
Natacha Langlois
NATACHA LANGLOIS

22 thoughts on “Le petit pas fin, c’est le mien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *