Et si c’était les hommes qui faisaient pousser les bébés

pregnant man

Avertissement : Aucun homme n’a été maltraité pour les fins de cet article. Il s’agit d’une œuvre de fiction totalement non scientifique et purement subjective, née d’une conversation festive bien arrosée. Toute ressemblance avec une personne de votre entourage est une pure coïncidence.

L’autre soir, je jasais avec un vieil ami des petites joies de fonder une famille tout en faisant honneur à mon drink fruité. Me voyant bien joyeuse de siroter un nectar alcoolisé qui figure de moins en moins souvent sur mon menu depuis plus d’un an (t’sais, grossesse et entretien nocturne d’un nouveau-né obligent), il me dit combien il nous trouve ben bonnes, nous les femmes, d’arrêter tout alcool pendant neuf mois. Y’a rien là, que je lui ai répondu. Mais en repensant aux occasions où j’ai sagement bu mon eau citronnée en regardant mes amis fêter, j’ai laissé mon imagination dériver sur les hauts et les bas de la grossesse et ce qui se passerait si l’espèce mâle vivait la grossesse.

#1  L’annonce

« Bééééé ! As-tu vu mes shorts, j’t’en retard pour la game ? Ah oui pis va falloir que tu échanges ta petite minoune pour un beau gros VUS parce que j’t’enceint. Ok ciao ! »

Dix points pour l’effet surprise, mais on repassera pour le fla fla romantique !

#2  Les restrictions

Pas de sushis : OK.
Aucune nourriture crue : OK.
Aucun aliment non pasteurisé : De quessé ?
Pas d’alcool : Ok mais une petite bière de temps en temps, c’est correct ?
Pas d’alcool. Point. : QUOI ???!!! #MaisQuestCeQueJeVaisBoireEnRegardantLaGameMaVieEstFinie

#3  Le premier trimestre 

Les maux de cœur, les maux de tête, la fatigue, le chest qui fait mal, la montagne russe d’émotions… C’est comme une grippe d’homme. x 1000.

#4  Les trips de bouffe 

Chips au chocolat, sandwichs cornichons-mayo, crème glacée au ketchup, biscuits trempés dans la sauce Ranch, on n’aurait jamais vu autant d’aliments qui vont pas ensemble être avalés en même temps. Le budget épicerie en prendrait un coup, notamment pour manger ses émotions, les samedis soirs, devant la télé, en référence au point 2.

#5  La prise de poids et l’adaptation vestimentaire 

S’il est déjà du genre à frotter de temps en temps son petit début de bedaine en rigolant et que la dernière fois qu’il est monté sur une balance, c’était en ’92, alors son élargissement corporel ne causerait aucun traumatisme ici. Et s’il trouve en plus son bonheur dans les choses simples, ben une nouvelle paire de jeans, deux t-shirts et Bam ! Il serait équipé pour veiller jusqu’à la fin de son terme.

Ouin… Finalement ça pourrait être pratique d’être faites de même nous autres aussi…

#6  Le shower de bébé 

Ses chums mettraient le paquet. Une soirée à la hauteur d’un enterrement de vie de garçon. Partie de hockey live, bouffe à volonté et divertissement coquin pour hommes seulement. Waouh ! Le problème, c’est que ses amis oublieraient qu’il devra se lever de son siège et enjamber la foule toutes les dix minutes pour aller aux toilettes, ne pourra pas trinquer, aura le cœur au bord des lèvres dès qu’il approchera du stand à hot-dog et fermera les yeux devant les demoiselles dénudées en pensant à leurs pères qui souhaitaient sûrement mieux pour elles. La bonne nouvelle, c’est qu’il n’aura pas à déballer une dizaine de pyjamas, cinq couvertures et trois Sophie la girafe parce que ses chums lui auraient acheté une carte-cadeau du Canadian Tire.

#7  L’accouchement

«Docteur, il va sortir par où mon bébé ?»

Face de gars inquiet.

Je vous laisse imaginer le reste.

 

Mlle B.
MLLE B.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *