Être parent

baby with parents park

Être parent, c’est un concept que bien des gens prennent au premier degré. Biologiquement, un parent, c’est un géniteur. Ça s’arrête là. Mais être parent ne relève pas que de la biologie.

Les gens qui décident d’adopter n’ont pas mis au monde l’enfant qu’ils accueillent. Et pourtant, ils sont des parents. Les couples qui ont recours à la fécondation in vitro n’ont pas nécessairement eu la chance de fournir leur propre ovule ou spermatozoïde pour concevoir un enfant. Et pourtant, ils sont des parents. Même chose pour les gens qui doivent passer par une mère porteuse. Ces parents seront également des mères et des pères pour ces enfants-là.

Les familles d’accueil qui ouvrent leur cœur, leurs bras et leur porte aux enfants dans le besoin ne sont pas biologiquement liées à ceux-ci. Et pourtant, ils sont des parents. Les membres de la famille ou amis qui prennent le relais quand les parents biologiques décèdent deviennent parents en acceptant de s’occuper des enfants. Les conjoints de parents ayant des enfants en garde partagée deviennent eux aussi les parents de ces enfants. Ces parents ne seront pas des mères ou des pères, mais ça ne change absolument rien aux apports qu’ils feront dans la vie de ces petits.

Être parent, ce n’est pas réservé qu’aux mamans et aux papas de ce monde. Être parent, c’est s’occuper d’un enfant comme si c’était le sien. C’est lui transmettre ses connaissances, ses intérêts, ses valeurs. C’est subvenir à ses besoins, c’est s’inquiéter pour son bien-être, pour son cheminement, pour sa réussite ou son échec. C’est aimer un enfant, le consoler, le faire rire, l’aider et l’éduquer. C’est élever un enfant, lui apprendre ce qui est bien et ce qui est mal, le punir, le récompenser, le faire réfléchir, le féliciter. Être un parent, c’est bien plus que de mettre au monde un enfant. Et être un bon parent, c’est bien plus difficile que de posséder le titre de papa ou de maman.

«Tu verras quand tu auras des enfants», qu’on m’a déjà dit. Pas besoin d’avoir accouché pour savoir ce que c’est. Parce qu’être une mère ou un père ne fait pas de toi un parent, encore moins un parent compétent. Combien de pères quittent quand ils apprennent que leur conjointe est enceinte? Peut-on les considérer comme parent? Combien de mères se font retirer leur enfant dès la naissance car elles sont dangereuses pour la sécurité de leur bébé? Quand elles sont absentes de la vie de leur progéniture, en dehors d’être une mère de par l’accouchement, peuvent-elles être appelées un parent?

À tous les gens que la vie a transformés en parents, vous êtes formidables. Votre présence est importante pour ces enfants qui vous entourent! Heureux sont les parents qui aiment au-delà du facteur biologique et chanceux sont les enfants qui sont exposés à cet amour différent, mais tout aussi puissant.

Catherine I.
CATHERINE I.

Une réflexion sur “Être parent

  1. Julie Émilie Répondre

    Merci….Des fois quand on est pas un papa ou une maman… On se sent tellement seul face au système… Ça serait bien que les choses changent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *