Les 7 affaires que ta mère te disait et que tu dis à ton tour

woman teach

Quand on devient mère à notre tour, on a tendance à répéter les mêmes affaires que nos mères nous disaient dans le temps. Aujourd’hui, dans une ère où toute l’information est disponible au bout de tes doigts, il y a certaines affaires qui te font un peu sourciller.

#1  Ne regarde pas la télévision de trop proche, tu vas rester les yeux croches

Il n’y a aucune preuve scientifique associant la distance avec l’effet sur la vue. Par contre, tu vois bien que tes enfants sont eux-même scotchés à l’écran de l’ordi, du cell ou de leur DS. On dénote par contre que le seul effet lié, c’est qu’ils clignent moins souvent des yeux. Fait que, tu peux désormais avertir tes enfants que s’ils regardent leurs écrans trop longtemps, ils vont avoir les yeux vitreux comme ceux d’une morue frite en spécial, la gueule béante, dans le display de la poissonnerie à l’épicerie.

#2  Ben là, on changera pas quatre trente-sous pour une piastre

T’étais déjà pognée avec des devoirs de maths avec des Robert et des Lucille qui allaient au magasin pour acheter trente-deux melons, où Robert en donnait neuf à Lucille (dans les dents Bébé avec ton p’tit camp d’été lascif avec Johnny), et en échappait trois à terre, et à te faire demander comment Robert va se rendre à l’hôpital avec deux orteils cassés avec ses vingt melons dans la valise. Pis là, tu viens en plus te faire mélanger ça avec des devises qui n’ont jamais existé, pis qui originent d’un bureau de change improvisé sur un quai de pêche de ouananiche en Nouvelle-France?

#3  Asseyez-vous pas direct à terre dehors, vous allez attraper des hémorroïdes

As-tu vu ça souvent, toi fille, un jeune marmot dans ta classe qui s’empêchait de tousser par grande peur de se revirer sa doublure à l’envers? Ben non, tu vas te calmer le trac anal (et le tract) un tantinet. Le froid, juste pour ton info, c’est même un des traitements suggérés pour soulager le tout. Les hémorroïdes sont causées par bien des choses différentes, mais pas parce que ton enfant va s’asseoir le bucket direct sur le trône du Bonhomme Carnaval.

#4  Mange pas trop de sucre, ça va t’exciter

Dans les faits, le pancréas et l’insuline font leur job, et concrètement, dans un métabolisme normal, il n’y a pas plus de sucre supplémentaire en circulation dans le sang. Donc, ça serait plus une question de contexte (anniversaires, fêtes saisonnières, événement spécial) qui fait qu’on associe l’excitation au sucre ingéré durant ces occasions. En gros, ça veut dire que tes enfants peuvent manger des sucreries sans problème; fais juste les emmener en même temps avec toi à la banque pour renégocier ton hypothèque à taux variable et en jasant abondamment de tes possibilités d’assurance-vie à ratios composés, et tu devrais n’y voir que du feu.

#5  Si tu sors ta langue, elle va tomber

Apparemment que ta mère pense que tu es Madame Patate. Techniquement, si on perd tous les bouts qu’on sort, chère maman, j’ai une petite pensée pour papa.

#6  Les lits, c’est pas fait pour sauter

Ça, c’est comme si on installait une grosse trampoline dans la cour, et que ta mère te disait que c’est juste pour marcher autour. Ça manque un peu d’utilité, tout comme le porte-boîte de kleenex en poils synthétiques dans la chambre de bain de ta grand-mère. Dans ce cas, si on veut être conséquent, on aurait pu dire à nos mères que les divans, c’est pas fait pour se coucher. La salle de bain, ce n’est pas fait pour se cacher. Le vin n’est pas supposé être bu avant la soirée.

#7  Mets-toi des belles bobettes, des fois que tu aurais un accident

Dans un monde où, à la base, ton amour-propre se fait déjà damer le pion par Dora imprimée en rigide sur un bout de coton avec une étiquette assez grande pour te couvrir le dos, j’imagine le visage horrifié des ambulanciers et des médecins à ton arrivée à l’hôpital. De les voir annoncer à ta mère que, quand ils ont commencé à couper tes vêtements pour évaluer la gravité des blessures, ils ont dû sortir le bottin de la ville, et marquer d’un grand X à côté de leur nom, désormais infligés comme étant membres des citoyens pas propres. Un grand dam qui requiert souvent l’exil des renégats afin de faire oublier désormais la honte qui entachera de multiples générations à venir. Un peuple n’oublie jamais (en tout cas, c’est ça qui est marqué sur la plaque du char).

N’est-il pas un peu le temps de renouveler notre rengaine?

Isabelle Martineau
Crédit : Roberts Photography/Shutterstock.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *