La vie pas si rose de la maternité

woman tired with baby

Tu imaginais ta vie de mère avant même de le devenir. Tes amies, des connaissances et les publicités t’avaient exposé ce qui t’attendait : un amour puissant pour ta progéniture, des moments de rire et de joie, des promenades paisibles en poussette et une impression d’être pleinement comblée.

Tu t’es rapidement rendu compte que si c’est formidable d’avoir un enfant, c’est parfois un peu moins simple que ce qu’annoncent les publicités de Pampers, un peu plus épuisant que ce que disait la voisine et un peu moins rose que ce que t’ont dit tes belles-sœurs. Quand tu parles avec des mères, t’as pourtant l’impression que chez les autres, tout est merveilleux, que tout le monde est tout le temps en train de faire des gazouillis sur le bedon de bébé qui rit aux éclats, posé sur une licorne rose.

Être parents, ça vient pourtant avec des moments difficiles, avec l’impression qu’on est pas assez bien, pas assez bons, pas assez conformes aux autres modèles parentaux de perfection. Et ça vient aussi avec une règle non écrite : si quelqu’un te parle de ta vie de maman, tu ne peux pas dire que tu n’aimes pas tel ou tel aspect ou si tu le fais, tu dois aussitôt surenchérir sur du positif, pour dire que oui y’a ça et ça, mais ça en vaut tellement la peine. Comme si tu n’avais pas le droit d’affirmer à une autre maman que non, c’est pas entièrement rose. Tu écartes le reste, peut-être par crainte d’avoir l’air de te plaindre ou par peur que l’autre te juge comme une mauvaise mère.

Ça lui ferait peut-être du bien pourtant à l’autre maman, de t’entendre dire la vérité. Parce qu’il est probable que dans sa vie à elle aussi, tout n’est pas avec des paillettes. Et si personne ne lui dit jamais que c’est normal, de ne pas tout aimer dans sa vie de mère, si personne ne lui dit jamais que non, être parent, ce n’est pas tout le temps l’fun, elle va probablement penser que c’est elle le problème et que c’est facile pour tout le monde, sauf elle.

Il y a pourtant toujours deux côtés à une médaille. La maman croisée au parc qui te parle du bonheur de voir grandir son enfant ne te dit probablement pas qu’elle vient de passer une heure épuisante à apprendre à son garçon que non, il ne faut pas mettre les jouets dans la toilette (ni dans l’aquarium). Cette mère qui te raconte les joies de sa grossesse précédente ne te mentionne pas qu’elle aime ça être seule parfois, qu’elle a besoin de sentir qu’elle n’est pas « juste » une maman. Cette collègue de travail qui te montre ses photos de voyage avec ses chérubins a peut-être oublié de te dire que juste après les merveilleux clichés, le plus vieux a oublié l’utilité d’une toilette et la plus petite a fait une crise en plein magasin cubain.

T’as le droit d’être fatiguée, d’être tannée, d’avoir des moments où tu trouves que la maternité, c’est pas mal moins cute que dans les livres. T’as le droit de le dire aussi, sans te sentir obligée de préciser juste après « mais t’sais, je les aime tellement mes enfants! ».

Te permettre de mentionner qu’il y a parfois des moments négatifs quand t’as besoin d’en parler, ce n’est pas avouer que t’es une mauvaise mère et que tu n’aimes pas ta famille. C’est avouer que t’es humaine, tout simplement.

Alexandra Rivard
ALEXANDRA RIVARD

2 thoughts on “La vie pas si rose de la maternité

  1. Imelda Répondre

    C vrai ca!!! Moi je le dis et certaines mamans le reconnaissent mais d’autres non. Je m’en fou mais g décidé d’arrêter de me sentir mal alors que, comme tu le dis…je suis juste humaine! Merciiiiii Alexandra ?

  2. Caro Répondre

    Tellement vrai!
    Avant je ne disais pas se que je ressentais de peur d’être juger. Maintenant je dis les vraies affaires et les gens autour de moi me supporte. Ma vie est tellement plus belle et moins épuisante ?!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *