Les 3 stades de l’enfance qui te mettent à bout de nerfs

baby crying eating

Quand on devient mère, y’a comme une loi non écrite qui dit qu’on devrait être en symbiose avec notre marmaille, tous les jours, à tous les moments de son développement. Pis ça, c’est une grosse pression inutile parce que je te dis tout de suite, il risque d’y avoir des stades du développement de ton enfant que tu aimeras moins ou que tu détesteras carrément. Ça ne fait pas de toi une mauvaise mère, ça fait de toi une personne, avec ses forces, ses faiblesses et son bagage émotif. Il faut voir ce que tu as toi-même vécu dans ta vie et dans ton passé pour voir ce que tu es en mesure d’offrir à ton enfant. Ne sois pas trop dure avec toi.

Bébé

Ça te fait paniquer d’avoir un bébé. Ce petit humain, que tu as porté dans ton corps, que tu aimes plus que tout, tu le trouves envahissant. Tu ne te reconnais plus, ta vie a changé du tout au tout et tu vis mal avec ce changement. Tu te sens incapable. Ton bébé pleure, tu ne sais pas ce qu’il veut et entre nous, le bruit de ses pleurs te rend folle. Tu essaies de ton mieux, mais entre les réveils nocturnes et le sentiment d’être l’esclave de tous ses petits besoins, tu ne peux pas t’empêcher de ressentir une pointe d’aversion contre ton petit parfois. Tu essaies de chasser ces idées, tu ne veux pas, mais c’est trop pour toi. Ce n’est pas parce que tu ne l’aimes pas, tout le monde le sait, tu aimerais juste qu’il puisse te dire c’est quoi son problème. Tu n’aimes pas jouer au jeu des essais et erreurs. Tu ne comprends pas vraiment celles qui ne veulent pas faire garder leur bébé, car toi, ça te fait un bien fou. Pis tu étais soulagée quand bébé est entré à la garderie, enfin tu reprenais un peu le contrôle de ta vie, de ton temps. Tu te dis que finalement, c’est papa qui aurait dû prendre le congé parental. Tu sais quoi, c’est correct. Tu es une bonne mère, pis dis-toi que ton enfant ne sera bébé que quelques mois. Alors amène le voir mamie souvent et tout le monde sera content.

Bambin

Tout allait bien. Tu étais super valorisée dans ton rôle de mère de bébé. Tu trouvais ça facile, ce n’était pas confrontant. Puis ton enfant pogne le deux ans et entre dans l’étape des bambins. Ton monde est chamboulé. Ton petit trésor, qui ne disait mot, ton ange souriant s’est transformé. Il se fait entendre, parfois un peu trop fort. Il apprend à gérer ses émotions et entre nous, il a de la difficulté. Tu te fais confronter, narguer. Tu ne sais plus s’il s’agit de caprices, d’envies ou de besoins. Toi qui ne voulait pas crier, tu cries beaucoup, souvent et fort. Tu perds patience. Ton enfant te tombe sur les nerfs. Ça y est, c’est dit. Tu détestes l’entendre crier. Il fait trop de bruit. Il n’écoute pas assez. Toi qui te sentais tellement compétente avec ton bébé, voilà que tu perds tes repères. Tu ne sais pas comment appliquer ton autorité. Chasse les pensées négatives, tu es une bonne mère pis bientôt ton bambin traversera ses phases d’opposition et d’affirmation de soi. D’ici là, profite de la garderie, même si tu as congé. J’te jure que ton enfant ne va pas t’en vouloir.

Enfant

Le terrible two? Toi, tu n’as pas vécu ça. Pas de crise de bacon, tu n’as pas perdu patience ou rarement. Tu as toujours bien réussi à l’aider à mettre des mots sur ses émotions et tu as eu beaucoup de plaisir à jouer au parc avec ton enfant. Sauf que là, ton chéri est rendu à l’école. Il est influençable. Il pose des gestes dont tu ne l’aurais jamais cru capable. Il ne réussit pas bien à l’école alors que toi tu avais de bons résultats. Tu vois en lui un enfant paresseux et insouciant. Tu avais un enfant si affectueux et aimant, mais maintenant, c’est l’enfant à problèmes. T’sais le petit tannant de la classe. Tout le monde connaît son nom, mais pas pour les bonnes raisons. Les parents de ses amis trouvent qu’il a une mauvaise influence. Tu as honte, carrément. Tu te sens en échec. Tu ne comprends pas ce que tu as fait de mal pour que ton enfant agisse ainsi. Tu donnerais la lune pour l’aider, mais tu ne sens pas une ouverture de sa part. Tu a peur face au futur. Rassure-toi, le lien entre le comportement de l’enfant et la compétence parentale n’est pas direct. Un enfant turbulent n’est pas forcément mal élevé comme un enfant calme n’est pas forcément encadré par ses parents. Mets ton orgueil de côté et prends les ressources qu’on t’offre. Parfois, le petit turbulent, c’est aussi le plus intelligent.

Ce que je veux te faire comprendre, c’est que parfois tu vas te sentir dépassée, enragée, découragée même incompétente. C’est correct que tu ne vives pas dans l’harmonie continuelle. Sors-toi de ton monde utopique et rappelle-toi que tu es une bonne maman, humaine.

Émilie Verret
ÉMILIE VERRET

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *