Lève tes jambes en l’air fille, ça va marcher : la fois que tu voulais un autre bébé

legs up shoes on

Ton chéri et toi avez décidé d’agrandir la famille d’un autre bébé rose tout frais. Sans pression, pas de calculs et de prises de température vaginale pour savoir quand ta machine à bébé est assez chaude pour accueillir les petits spermatozoïdes de ton homme. Tu laisses la vie faire les choses, elle a pas mal bien fait ça les dernières fois.

Sauf que cette fois-ci, tes ovules doivent être endormis parce que ça fait un an que tu laisses aller les choses mais que rien ne se passe. Pis tu te claques une fausse couche à travers tout ça.

Quand tu prends la décision d’engendrer un autre humain, t’as beau essayé de garder ça secret, c’est quasi impossible. Ton entourage finit par le savoir et suit ton projet de près. Trop près. Ça fait que tu te ramasses avec des commentaires dont tu aurais pu te passer et des conseils aussi farfelus que le clown du McDonald. Fait que là, fille, voici six phrases et conseils que tu te fais donner pis que tu as envie de faire ravaler à ton interlocuteur.

#1  C’est parce que tu y penses trop, lâche prise, ça va arriver

Parfais, je vais turner off la switch à bébé dans mon cerveau. Merci.

#2  Vous n’êtes pas dus pour en avoir un autre

Ah ben, je dois être sur la liste des vilaines mamans.

#3  Tu as déjà 3 beaux enfants en santé, contente-toi de ça !

C’est vrai. Je suis chanceuse.

#4  Coudonc, comment ça que c’est long de même ? Me semble que les autres fois tu tombais enceinte à rien !

Pas de commentaire ici.

#5  Mange une sandwich au jambon avec de la moutarde de Dijon, fais l’amour à quatre pattes avec un sac sur la tête

Veux-tu le relire juste pour être certaine d’avoir bien compris ?

#6  Il faut que tu manges salé, mets-toi du bicarbonate de soude et un tampon après avoir fait l’amour.

Il va falloir que je me fasse une liste plastifiée à côté de notre lit pour ne rien oublier.

Peu importe ta vie, peu importe la chance que tu as d’avoir déjà des enfants et même si t’as beau te dire que ça va arriver quand ça va arriver, t’as quand même le goût de casser le test négatif que tu fais à chaque mois en deux et de pleurer en boule parce qu’au fond de toi, tu espérais que cette fois-ci serait la bonne.

Fait que sur ce, je vais aller me faire une sandwich au jambon et dessiner une grosse paire de lèvres rouges sur mon sac en papier, question de nous donner des chances.

Sans rancune, je vous aime pareil.

Marika Johannesen
MARIKA JOHANNESEN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *