Les faux espoirs : quand t’attends avec impatience la petite ligne rose

negative pregnancy test

T’as fait trois tests de grossesse. T’étais en retard de quatre jours, t’avais même des nausées pis tu t’endormais à dix-neuf heures. T’étais persuadée que cette fois, ça y était.

« Arrête d’y penser et ça va fonctionner. »

Ne plus y penser, ça semble tellement facile. Suffit d’ordonner à ton cerveau et à ton cœur de débrancher la zone désir-de-procréation. Ce mois-ci, ils ne semblent pas avoir compris ton nouvel objectif, celui de laisser les choses aller, de ne pas être obsédée par ton envie d’avoir un bébé. Tu pensais prendre ça relax. Tu calculais paisiblement le nombre de jours qu’il  restait avant que t’aies  tes règles avec nonchalance, sans trop y penser. Et c’est arrivé.

Le retard de règles. Les seins de plus en plus douloureux, un froncement de nez devant des odeurs qui te semblaient soudainement dérangeantes. Tu te couches tôt, parce que t’es plus fatiguée que d’habitude. Ton chum te regarde avec espoir sans trop oser le formuler à voix haute, parce que vous savez tous les deux que les faux espoirs, ça fait parfois ben mal. Tu fais un premier test de grossesse sans complètement te décourager devant l’absence d’une deuxième barre. Le taux d’hormones est peut-être juste bas, t’sais. Ou t’es pas enceinte. T’essaies de faire rentrer cette deuxième possibilité dans ta tête comme si c’était la seule possible. Le lendemain, nothing. T’espères un peu plus, malgré toi. Toi et chéri osez en parler, un peu, tout en vous disant mutuellement qu’il ne faut pas trop espérer, que c’est peut-être une fausse alerte. Au troisième jour de retard, t’as moins envie d’alcool, tu t’endors de plus en plus et tu commences à penser sérieusement que oui, cette fois, c’est la bonne. Nouveau test négatif mais tu as cru voir une ligne imaginaire en penchant un peu le test de côté. Peut-être qu’il est encore trop tôt ? Tu en rachètes un autre à faire demain matin. T’as un sourire étampé dans la face en pensant que cette semaine, tu pourras peut-être annoncer à tes proches que ta famille va de nouveau s’agrandir. T’as le droit d’avoir des espoirs non? T’es rendue à plusieurs jours de retard.

Tu perds ton sourire quand tes règles débarquent finalement. Tu sais que ce n’est pas une fausse couche, tu comprends que tu n’étais pas enceinte, mais ça te fait quand même un coup au ventre. Tes espérances de ce mois-ci tombent d’un coup pis ça fait mal. Tu le sais que tu peux te réessayer encore, que ce n’est pas une fin définitive. Mais tu pensais vraiment que cette fois était la bonne. T’as l’impression de vivre un petit deuil, même si tu ne le diras pas à voix haute, de peur d’être jugée. T’étais pas enceinte, mais tu pensais tellement l’être.

Donne-toi le droit d’être triste. Les déceptions, ça fout une claque. Pis en trois, quatre, cinq jours de retard et d’espoirs, t’as eu le temps de t’en faire, des scénarios, pis d’alimenter tes rêves.

Prends soin de toi ce soir. Fais-toi couler un bain chaud, prends ta boisson préférée, écoute un film. Parle avec ton chum. S’il était aussi impliqué que toi dans le projet, ça lui a sûrement aussi fait de la peine, même s’il ne le dira peut-être pas. Change-toi les idées et ne te sens pas coupable d’avoir espéré.

L’espoir, c’est un beau sentiment qui pousse à aller de l’avant et je te souhaite de tout cœur que tu l’aies bientôt, ta deuxième barre, celle que tu souhaites tant voir apparaître.

Alexandra Rivard
ALEXANDRA RIVARD

6 thoughts on “Les faux espoirs : quand t’attends avec impatience la petite ligne rose

  1. maxime bolduc Répondre

    Je croyais ne pas être sur le bon site Internet au départ… Je suis un homme et ce site semble plutôt s’adresser aux femmes (je l’ai vu grâce au titre du site ahah…). Je suis alors tombé sur ton texte que j’ai vu par hasard sur Facebook. Depuis ce temps, je lis tout ce que tu écris… Comme je te l’ai déjà, il y a ce petit quelque chose dans ton écriture qui nous rassure, qui nous fait sourire, pleurer et même rire (pas un rire moqueur mais un rire franc). Même si je suis un homme, jai l’impression que tu nous inclus dans ce discours féminin qui semble s’adresser uniquement au femme (au premier regard). Tu réussis à créer un petit bonheur quotidien dans le coeur de ceux et celles qui vivent certaines situations difficiles. Comme tu le démontre dans ce texte avec une grande humanité et une grande humilité… Un jour les autres lectrices te rendront hommage grâce au discours selon lequel une femme, porte-parole de mères incertaines, a créer cet espoir chez chacune d’elles… Un espoir de ne pas être cinglées, un espoir d’être finalement comprises dans des situations difficiles… En tant qu’homme je ne te lève pas mon chapeau…. Je voudrais plutôt te le remettre en main propre afin de te dire bravo!

  2. Cynthia Répondre

    Exactement ce que je vis depuis maintenant 9 mois. J’achève ma banque de secours de film/série.
    Plus sérieusement, je ne pensais jamais autant faire de test (de grossesse) que ça,
    Peut-être que demain il sera positif,
    Peut-être que demain il sera positif..
    Peut-être que,..

  3. Marie-Anne Côté Répondre

    Je suis en accord avec votre texte mais tellement ! La vie nous a pas sourie à mon mari et moi pour être parents. Si vous êtes en essais bébé , je vous invites sur le groupe de soutien infertilité femmes Québec. C’est pour les femmes et c’est un groupe confidentiel . Si vous êtes des survivantes le groupe SIFQ les réussites femmes Québec. 🙂

  4. Sophie Répondre

    Par expérience et pour avoir vécu ça et pour le vivre… encore!!!! Je sais une chose, lorsque mes règles commencent je me dis:”bon, ce n’était pas pour ce mois-ci.” Et non “ça sera pour le mois prochain.” Je m’explique. Le mois prochain est incertain, mais surtout on se met volontairement de la pression en se disant que la prochaine fois sera la bonne. La pression est notre pire ennemi. Certaines filles tombent enceintes juste à y penser alors que d’autres ça prend des mois voir des années. N’arrêtez pas d’y penser parce que c’est beau l’espoir et ça nous permet de survir à chaque déception. Mais arrêtez la pression. Les règles debutent, nouveau reflex à avoir, c’est correct ce n’était pas pour cette fois. Restez dans le présent. Bonne chance!

  5. Pauline Répondre

    Merci pour ce texte. Je suis au début des essais bébé et ce mois ci, j’avais l’intime conviction que j’étais enceinte et puis non. J’ai pleuré pendant 2 jours et je me trouvais tellement bête de réagir ainsi. Et puis j’ai lu vos mots qui ont soulagé mes maux. Je ne savais pas comment en parler à Monsieur alors j’ai partagé votre article. Il a compris et c’est occupé de moi.
    Alors merci car votre texte m’a vraiment fait du bien.

  6. Laetitia Répondre

    Bonjour,
    Je me retrouve dans votre texte. Il y a de cela 1 an bientôt, j’ai vue cette deuxième barre s’afficher. C’est… une sensation indescriptible.
    On s’imaginait déjà patents, on projetait et surtout, on l’aimait déjà tellement fort. Lors de notre première écho, on a constaté que son développement s’était interrompu.
    Une sacrée claque qui nous a fait le coup du lapin.
    Il nous a fallut du temps pour nous remettre et maintenant on attent impatiemment cette seconde chance.
    La deception est presente chaque mois.
    On continue d’espérer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *