J’ai peur de la mort depuis que je t’ai

femme forêt noire

Mon fils,

Tu es encore trop petit pour comprendre ce que je veux t’expliquer mais un jour, tu n’auras pas le choix d’être confronté à cette noirceur, à cet après-la-vie.

Je sais qu’à tes yeux je suis la plus grande et la plus forte. Je n’ai jamais vraiment eu peur de la douleur ou de la souffrance. J’ai vécu beaucoup d’épreuves, comme toutes les grandes personnes. Mais une chose que je connais peu, c’est la mort. Et je te l’avoue, mon cœur, cette grande faucheuse m’effraie depuis que tu es venu au monde. Je suis devenue maman et en même temps, j’ai commencé à avoir peur de la mort. La tienne, la mienne, celle de ton père ou de tes grands-parents. Ta vulnérabilité me touche et me secoue tout à la fois. Quand tu es né, mon cœur a explosé d’amour mais j’ai aussi ressenti une frayeur : au-delà de toutes les responsabilités que porte une mère, il y a cet inéluctable devoir d’être présente pour toi en toutes circonstances.

Souvent, je te regarde et je me dis que tu as de la chance d’avoir toute la vie devant toi. Puis, une ombre sournoise s’insinue dans mon esprit souvent trop préoccupé : et si ta vie devait s’écourter abruptement? Et si tu devais ne vivre que cinq ans, douze ans, vingt ans? Je ne sais pas si j’y survivrais. On dit qu’il n’y a rien de pire que d’enterrer son propre enfant. Les ombres de la nuit me gardent éveillée : et si tu t’endormais et ne te réveillais plus jamais? Si l’un de nous, tes parents, venait à partir, qui te réconforterait, qui prendrait soin de toi, qui préserverait encore quelque temps ton innocence?

Je sais, il ne faut pas penser comme ça. Il faut mordre à pleines dents dans notre existence savoureuse. Je le pense vraiment, du haut de toutes mes contradictions.

Je vais essayer de te protéger du mieux que je peux du mal dans ce monde, de cette vicieuse silhouette encapuchonnée. Mais je vais aussi tenter de t’outiller pour que tu saches te défendre par toi-même.

J’espère ne jamais te transmettre cette peur car je veux que tu fonces dans la vie tête baissée. Que tu n’aies aucun regret. La prudence est une bonne chose. La peur est un handicap.

Par contre, un jour tu seras toi aussi confronté à cette réalité implacable. Je devrai être ton guide dans cette ultime épreuve. Je devrai t’expliquer pourquoi un membre de ta famille est parti et te dire où il est. Je devrai te dire que c’est la maladie qui est venue chercher ton camarade de classe. Je devrai tenir ta main dans le chagrin.

Je dois donc moi-même confronter cette crainte qui m’habite.

J’ai peur de la mort, mais je raffole aussi de la vie. J’espère que c’est ce don de voir la beauté en toutes choses que je te transmettrai.

Et puis, qui sait, peut-être qu’avec tes yeux d’enfants, avec ton regard jeune et enjoué, contrairement au nôtre parfois blasé, tu imagineras que c’est beau là-bas, après la vie, au-delà de la pénombre.

Virginie Boissonnault
VIRGINIE BOISSONNAULT

10 thoughts on “J’ai peur de la mort depuis que je t’ai

  1. Julie Répondre

    Tout simplement wow ❤

  2. Marilyne Gemme Répondre

    J’ai vécu ça avec ma grande fille. À un an et demi, elle a fait des convulsions fébriles et à ce moment-là, j’ai perdu le contrôle de cette peur. Elle me tenaillait jour et nuit. Un an plus tard, on m’a diagnostiqué d’un trouble d’anxiété généralisé. Je suis sous médications depuis et ça m’a sauvé la vie. Malheureusement, à 4 ans, mon amour à eu une leucémie. Des fois la vie de met face à tes plus grandes peurs. Elle combat comme une championne et va s’en sortir comme une championne!

  3. Mélanie Répondre

    Wow! Ton texte est magnifique et tellement vrai.
    Merci d’avoir mis des mots sur ce que je vis.

  4. Audrey Répondre

    Merci pour ce beau texte qui je me rejoint vraiment étant très anxieuse surtout en ce qui concerne ma fille 🙂

  5. Jessika turner Répondre

    Merci car moi aussi je vie avec cette pensée chaque jour chaque nuit chaque minute malheureusement cette peur est devenue un immence handicap ds ma vie personnelle et aussi dans ma vie professionnelle je suis aussi dygnianostiquer anxiété généralisé egu je prend aussi de medicaments et ce qui me tue le plus ces que s’en le vouloir j’ai malheureusement transmis cette peur et cette anxiété a mon fils je me ce telement coupable ..une bonne chose j’ai un fils vraiment géniale il prend soins de moi et moi je prend soins de lui et on d’entraide dans ces situations ou lun perd le controle de la réalité nous somme soudé mais j’aimerais telement que ca sois autrement c’est sure que lui il est beaucoup mieux que moi parce qu’il est encore jeune !! Tou ca pour dire merci parce que cette lettre ma permis de prendre conscience que je ne suis pas la seul et je me croyais vraiment anormal

    1. Yu la lune Répondre

      Je vous conseille la médiation, elle a de grand pouvoir insoupçonné. Elle t’apprend a devenir maître de tes pensées plutôt que tes pensées te maîtrise et crée cette anxiété qui te mine la vie et celle de ton petit chéri. Commencer simple et accessible avec l’aplication petit bambou ou y aller pour un changement radical en retraite fermer et accompagner de specialistes a : VIE PASSANA. Bonne chance

  6. Jen Répondre

    Beau texte. Le texte m’a fait réaliser certaines choses. Je travaille avec des gens en perte d’autonomie et âgée. Donc, je côtoie la mort régulièrement dans mon milieu. J’ai aussi perdu ma mère dans ma vie de jeune adulte. Je réalise que je n’ai pas peur de la mort en temps que tel. Mais j’ai peur de la perte d’un être cher surtout si c’est un de mes enfants. Si c’est un adulte, oui ça fait mal. Mais je sais que je serai capable de m’en remettre.

  7. Poum Répondre

    Merci pour cet article… Depuis que j’ai ma fille et depuis tous ces attentats, et toutes ces informations sordides sur les réseaux sociaux, ma peur de la mort ne fait que s’amplifier… Je n’arrivais pas à dormir ce soir, j’ai enregistré votre article, je me sens moins seule 🙂

  8. Gaelle Répondre

    Bonjour,
    Au moment où j’écris ce message, je suis en train de pleurer. Pourtant tout va bien. J’ai une petite fille de 19 mois qui est merveilleuse et qui me comble de bonheur.
    Mon souci, c’est juste que je viens de voir une série dans laquelle une femme rentre dans une chambre d’enfant vide et serre très fort une peluche et s’allonge sur le petit lit en pleurant.
    … Et voilà. Il n’en fallait pas plus pour foutre en l’air ma soirée.
    Du coup, me voilà au bout du rouleau à chercher sur internet des solutions pour arrêter de mettre dans cet état là dès que j’entends parler ou que je lis un truc sur la mort d’un enfant.
    Et je viens de tomber sur votre article.
    Il est beau, juste et fait un tel écho en moi….
    Je suis complètement pétrifiée à l’idée De perdre ma fille ou de partir et qu’elle grandisse sans maman.
    En plus du poids de la responsabilité d’être un parent, j’ai également développer une peur de la mort que je n’avais pas avant d’être mère.
    Et du coup, je suis devenue hyper méga ultra sensible à toutes les histoires qui parlent d’enfants battus, morts ou orphelins! Je ne pleure pas facilement normalement, mais alors pour ce genre d’histoires… !!!! c’est automatique …!
    J’espère que ça va me passer et que je vais réussir à passer à autre chose et à profiter de la vie sans cette angoisse sournoise.
    Ma fille est aussi dans une phase d’angoisse de la séparation. Alors je ne sais pas si c’est lié. Si elle m’a transmis son angoisse ou moi la mienne…. ou si ça n’a rien à voir.
    En tout cas, Merci pour cet article touchant, bien écrit et rassurant aussi.
    Parce qu’au final, il prouve bien que ces sentiments/ angoisses sont naturels. S’inquiéter pour nos enfants, et du coup les protéger et en prendre soin, c’est ce qui a permis à l’homme, à notre espèce d’être là aujourd’hui. C’est naturel, vital et instinctif et ça doit être pour ça que ça nous prend au tripes comme ça!
    Merci encore.

  9. Jeho Répondre

    Oh ton message me touche profondément.
    Depuis la. Naissance de. Mon grand j’ai cette angoisse mais depuis celle du deuxième elle est pire encore.
    Des que j’ai mal quelque part. Je m’imagine avoir une maladie qui va m’emporter.
    En soit. La. Plus grande peur et qu’il arrive un truc à mes enfants ou à moi et ne pas être La pour eux.
    Je cherche un sens à la vie depuis que je suis maman, pourquoi nous sommes la, qu’elle est le but de la vie, pourquoi tant de personnes meurent jeunes sans avoir rien vu et d’autres vivent Malheureuses.
    J’ai peur aussi du néant à la fin… Enfin voilà rien de bien joyeux et comme toi je culpabilise de pas être tout le temps heureuse comme je voudrais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *