Lettre à toi, la maman qui court

Je te vois aller, toi la maman qui court, pis j’ai eu envie de t’écrire. Je te vois te lever tous les matins, souvent trop tôt, pour préparer la marmaille pour la garderie ou l’école. Je te vois brosser tes dents en même temps que tu fais une lulu sur la tête de la plus Lire la suite…

Chère maman qui travaille, tu es formidable

Chère maman qui travaille, Chère maman qui se lève matin après matin à cinq heures et demie pour préparer ses troupes au combat d’une autre journée entre le dégât de lait du plus jeune à ramasser, les boîtes à lunch sans allergènes à préparer, les mitaines égarées à retrouver et le trafic qui contrecarrent toujours tes Lire la suite…

Le maudit hiver sale

J’hais l’hiver. C’est pas que j’aime pas ça. C’est pas que ça me tombe un peu sur les nerfs une fois de temps en temps. Nenon. J’hais ça pour m’en confesser. Vraiment. Là, tu vas me dire que c’est donc ben beau les flocons, les monts enneigés pis les arbres chargés de belle neige lourde. Lire la suite…

Les nerfs Madame Blancheville : le souper

Mardi, 16h29. T’as le pied dans le cadre de porte du bureau, t’es en position, prête à sprinter comme tu n’as jamais sprinté jusqu’à la garderie en passant par l’école pour filer jusque chez vous telle une étoile filante plus vraiment brillante qui perd un peu plus de sa lumière à chaque minute de sa Lire la suite…