Cette femme fragile, c’est moi

Cette femme fragile, c’est moi. Trop souvent, j’ai cette boule de chagrin prise dans ma gorge qui m’empêche d’exprimer le trop-plein d’émotions. Plus je vieillis, plus je réalise l’ampleur de cette sensibilité; j’ose espérer qu’au fond, c’est ce qu’on appelle devenir plus sage et mieux comprendre les vraies choses qui nous entourent. Je suis cette femme Lire la suite…

Le bonheur familial n’a pas qu’un seul visage

À toi, la maman à bout de souffle. À toi, la maman au bord du gouffre, au bord des larmes. À toi qui envies la mère d’à côté. À toi qui jalouses l’amour d’un couple d’amis. À celle qui regrette un bonheur familial passé et à celle dont la vie ne se déroule pas comme Lire la suite…

Le prochain sera le bon

Tu es ressortie de la première date avec le sourire fendu jusqu’aux oreilles. Il te plaisait vraiment beaucoup, et tu espérais que ce soit réciproque. Vous vous êtes rapidement revus. Il t’a tenu la main lors d’une longue ballade dans un décor romantique et vous vous êtes embrassés comme des adolescents sous le regard amusé Lire la suite…

Quand ton couple d’amis se sépare

Mes amis, Vous souvenez-vous, il y a quelque temps déjà, quand nous parlions beaucoup de la séparation et de la façon d’y survivre ? Nous avions même conseillé nos proches à qui cela arrivait. Nous nous sommes crus invincibles et étions sereins. Nous espérions, nous clamions haut et fort l’amour que l’on se portait. Mutuellement, Lire la suite…

La fois où tu m’as consolée, ma fille

Ma belle grande fille, Ce soir, t’as eu à être plus grande que jamais.  T’as eu à mettre ton âge et ta naïveté de côté.  Parce que j’ai plié des genoux.  Parce que j’ai craqué.  Parce que je n’en pouvais plus de retenir mes larmes, trop nombreuses et trop longtemps refoulées.  Parce que ma peine Lire la suite…

Lettre d’empathie à mon violeur

Notez que tout commentaire irrespectueux ou haineux suivant la lecture de cette publication sera systématiquement supprimé. Cher violeur, Il y a longtemps qu’on ne s’est pas parlé. Le temps a couru et les années se sont brûlées. On ne s’est jamais revus et je ne sais pas ce que tu es devenu. Pourtant, tu existes Lire la suite…

Maman, j’ai peur de te ressembler

Maman, Je me rappelle toutes ces soirées lorsque j’étais enfant. Ces soirées à espérer que tu arrives après que je sois couchée pour éviter un face à face avec le stress que tu rapportais toujours à la maison. Je me rappelle tous ces cours de danse auxquels tu venais me chercher une heure en retard. Lire la suite…

Ton premier amour, mon enfant

Ma fille, Du haut de tes douze ans, voyant les émois que ce garçon a su faire naître en toi, je me suis revue à ton âge il y a de cela longtemps. J’ai été émue de te voir ressentir des papillons dans le ventre, rougir lorsque l’on mentionnait son nom, pleurer parfois à cause de Lire la suite…

À toi, mon amie pour qui rien ne va plus avec son homme

Mon amie, ma chère amie, Je m’excuse. Je t’écoute ma chum et je n’arrive plus à compatir, comme j’arrivais à le faire avant. Je te lis sur Facebook ou Messenger et quand mes yeux rencontrent tes histoires de conjoint inadapté à la vie de famille, de papa qui n’aide pas, je me souviens de ce que Lire la suite…

Tu aurais voulu qu’il t’aime

Tu as beau être mère, chef de famille monoparentale, responsable du bien-être et de l’épanouissement des êtres que tu aimes le plus au monde et l’ex de quelqu’un; tu aurais voulu qu’il t’aime. Parce qu’après quelques semaines, mois ou années de célibat, il est arrivé. Il t’a fait rire, il t’a montré que tu es Lire la suite…

Donner une chance à l’amour après la trahison

T’as été trompée? Bien moi aussi, fille. Après cinq ans de vie commune. Ça fait mal hen? On se trouve tellement nulle après ça, on doute de tout le monde et même de nous, on devient une freak de la confiance. On pense que c’est de notre faute et qu’on ne pourra plus jamais truster Lire la suite…

J’ai peur de vous perdre, mes enfants

Mes enfants, Vous dormez encore, chacun dans vos petits lits, je vous regarde tour à tour en me répétant invariablement que rien ne vous arrivera jamais comme pour m’en convaincre. Un mensonge évident que je tente de propager dans tout mon être. Ce soir j’ai pleuré parce que l’enfant d’un autre est mort. Les enfants Lire la suite…

T’as le droit de pleurer

T’as le droit de pleurer, t’sais. T’as le droit d’avoir mal en dedans. T’as le droit d’être en crisse après la vie. T’as le droit de vouloir toute lâcher pis de recommencer à zéro. T’as le droit, un soir, de noyer ta peine dans le vin rouge. T’as le droit de te dire : ma Lire la suite…

À toi, la maman monoparentale en peine d’amour

Je le sais que ça fait mal. Que ça te coupe le souffle. Je sais combien tu y as cru et combien tu tombes de haut maintenant. Je le sais que ça fait mal. Que c’est souffrant physiquement et que ça te fait perdre tes moyens. Que ça t’empêche parfois de t’occuper de tes enfants Lire la suite…

Mon bébé, je ne m’habituerai jamais à ton absence

Ça fait déjà plusieurs années que tu vis dans tes deux maisons différentes. Quelques jours par mois chez maman, quelques jours par mois chez papa. Pourtant mon bébé, je n’ai toujours pas su m’y habituer. J’en viens souvent même à me demander, si un jour j’y arriverai. Parce que mon bébé, quand tu pars chez Lire la suite…

Je n’en peux plus

Je n’en peux plus. Je n’en peux plus de me lever chaque matin. Je n’en peux plus de remplir le paquet de responsabilités qui m’incombent. Je n’en peux plus de répondre aux besoins de l’un et aux demandes de l’autre. Celles des enfants. Celles de mon boss. Celles de mon chum. J’en ai par-dessus la Lire la suite…

Ton clash entre le CPE et la maternelle ou le jour où t’as reçu un coup de deux par quatre en pleine face

Tout a commencé cette journée-là. Cette journée où, fier comme un paon, tu as attendu l’autobus tout seul (avec moi accrochée à ton sac) pour ENFIN commencer la maternelle. Jusque là, ça allait. Nous avions rencontré ta professeure la veille, j’avais participé avec toi à placer tous tes p’tits articles scolaires dans ta classe. J’avais Lire la suite…

Ta dépression : mon amour, je suis désolée

Entre deux lunchs et la vaisselle hier soir, tu m’as annoncé que ça n’allait plus. Je ne l’avais pas vu venir bien que j’avais constaté un certain détachement de ta part ces temps-ci. J’avais aussi fermé les yeux sur ton irritabilité, me disant que ton manque de sommeil et notre routine effrénée de vie y étaient Lire la suite…