5 solutions pour limiter ta crissitude maternelle

Être la mère attentionnée, l’épouse dévouée et la travailleuse acharnée comporte son lot de complications. Y’a des journées où c’est mieux que d’autres. Des journées où ça va mal, mais vraiment mal. Voici une liste de moments où tu as dépassé les limites et où tu aurais dû caller off pour préserver ta santé mentale. #1  La Lire la suite…

Coudonc, es-tu dans ta semaine ?

Cette question de marde-là, on te l’a probablement déjà posée plusieurs fois après que tu aies fait part de ta frustration à l’égard de ben des affaires. Si les mots employés peuvent varier,  ils font souvent référence à un aspect de ta féminité (qu’on parle de tes traditionnelles montées de lait ou du vulgaire sable dans ton vagin). Bref, Lire la suite…

Lettre à la maîtresse de mon ex-mari

Aujourd’hui, je brise le silence que j’ai tenu à garder à ton égard pendant si longtemps, vu que je n’avais que des insultes méprisantes à te cracher au visage. Aujourd’hui, enfin, je voudrais te dire que je ne te déteste plus. Parce que oui, je t’ai détestée, encore plus que tu n’as pu l’imaginer. Au Lire la suite…

À toi, la mère séparée et castratrice

À toi, la mère séparée et castratrice, Celle qui ne laisse pas respirer son ex une seule seconde afin de prendre le contrôle et que les choses fonctionnent à sa manière, je pense que je vais te péter une petite coche ici, une petite montée de lait bien sentie qui me travaille depuis un bon bout Lire la suite…

Ce soir, j’ai vu la tristesse dans tes yeux

Ma belle, Ce soir, j’ai vu la tristesse dans tes yeux. À travers tes larmes, j’ai compris ta douleur. Celle que tu n’arrives pas toujours à exprimer. Celle que tu caches si bien à ceux que tu aimes pour qu’ils ne sachent pas à quel point elle est profonde. Cette tristesse, je sais qu’elle t’accompagne Lire la suite…

Mon amie, ton enfant me tape sur les nerfs

Ma belle amie, Il faut que je te confie quelque chose. Quelque chose dont je ne suis pas super fière. Mais voilà, je dois te l’avouer, me l’admettre à moi-même.  Des fois, ton enfant me tape sur les nerfs. Je m’étais pourtant fait des beaux scénarios quand nous étions plus jeunes. T’sais, ceux qui disent Lire la suite…

La femme frustrée qui se cache en toi

Admettons qu’on prendrait deux minutes pour se jaser, pour se vider le cœur. Admettons qu’on prendrait un verre ensemble et qu’on parlerait de toutes les frustrations qu’une femme peut vivre ? Parce qu’on doit se l’avouer, il y a des jours où une femme frustrée se cache à l’intérieur de chaque mère comblée. T’sais, ces Lire la suite…

8 astuces pour te calmer le gros nerf maternel

Ton petit vient de faire une crise de bacon en plein magasin ? Ton chaudron de patates a collé dans le fond pendant que tu ramassais le dégât de lait de ton plus vieux sur la table basse du salon ? Tu t’es obstiné pendant vingt minutes avec ta dramaqueen qui ne voulait pas prendre Lire la suite…

À toi, l’enfant poqué

Le jour de la rentrée scolaire, je t’ai remarqué, petit être tout souriant, les yeux pleins d’espoir d’enfin entrer dans le monde des grands.  Pour toi, secrètement, l’école devenait ta porte de sortie d’un monde où on se parlait à grands coups de poing et où on oubliait à l’aide de petits bonbons ou de Lire la suite…

Ton impatience maternelle

Tu n’es pas le genre de personne vraiment patiente.  En fait, sur une échelle, tu es environ à 1 sur 10.  Rien de pire pour te faire damner qu’une personne qui marche très lentement devant toi ou encore qui prend une éternité pour payer à la caisse.   Pis toi, tu pensais, que miraculeusement, ça serait Lire la suite…

La maman tortionnaire en 6 points

En tant que maman, tu as le dos large, très large. D’ailleurs, même un éminent neurologue comme Freud l’a affirmé : si à l’âge adulte ton enfant est dysfonctionnel, ce sera uniquement de ta faute à toi, la mère. Sans le savoir, tu es en train de scraper ton enfant. Tu le tortures quotidiennement. Je Lire la suite…

La liste des irritants de ta vie de mère

Parce qu’il y a assurément une couple d’affaires qui te tapent sur les nerfs en tant que mère. Marcher nu-pieds sur un lego. Manquer de lait quand tu commences une recette. Entendre « chigner » plus que deux minutes. Ramasser du vomi la nuit. Constater que ton enfant vient de percer son pantalon neuf. Écouter ton enfant Lire la suite…

À toi, mon amie infertile

À toi, mon amie infertile, Si tu savais comme je partage ta peine, ton désespoir et ta rage de vivre en ce moment. Tu ne peux t’imaginer toute l’empathie que j’ai pour toi. Après les premiers tests, la spécialiste au planning des naissances t’a annoncé le verdict sans grande délicatesse et ça t’a heurtée. Elle Lire la suite…

Quand j’ai l’impression de ne pas t’aimer

Mon enfant, Tu es née mon contraire. Ou serait-ce plutôt ma copie conforme? Je ne sais trop. Mais pour une quelconque raison, entre nous, il y a toujours eu des flammèches. Pas de demi-mesures. Ta joie de vivre, ta vivacité d’esprit et ton côté théâtral, n’ont d’égal que ta capacité à changer d’humeur sur un Lire la suite…

Les 7 péchés de la mère indigne

#1  La colère Toutes les mères connaissent l’émotion de la colère. Elle vient souvent te visiter tôt le matin quand ton préado de sept ans t’obstine depuis douze minutes, pis que ta deuzans fait le bacon parce qu’elle veut s’habiller toute seule quand elle n’est clairement pas capable, pis que t’as pas encore assez de Lire la suite…

Ton SPM en 7 points

Trois lettres à l’allure inoffensive, mais qui forment à elles seules une bombe destructive. Le syndrome prémenstruel. Généralement, ça dure une journée ou deux quoique pour d’autres, ça s’étend sur plus d’une semaine. Dans tous les cas, pendant ce temps-là, tu ne comprends pas toujours ce qui se passe. Ça fait je t’ai préparé une liste Lire la suite…

Ta décision 

Ce matin tu l’as encore fait, comme hier soir d’ailleurs. Tu ne croyais pas que ton corps parlerait à ta place. Tu t’es surprise à regarder le reflet que te projette le miroir de la salle de bain et tu as vu. Elle est là; la fille, la femme, l’amie et la mère qui est éprouvée, Lire la suite…

Ton sale petit caractère et toi

Belle enfant de mon cœur, Mon bébé pâte à modeler, que je t’appelais.  Parce que je pouvais t’emmener où je voulais, te prendre de la façon dont je le sentais, t’imposer mon rythme de vie, te bercer le temps dont je disposais.  Tu étais docile.  Tout sourire.  Plaisante de jour comme de nuit.  On m’enviait Lire la suite…