À toi, le parent d’un enfant malade

Tu t’es levé un matin, ta vie étais douce, elle goûtait le bonheur. Tu t’es penché au-dessus de ton enfant endormi pour le réveiller et lorsqu’il a ouvert les yeux, quelque chose a cloché. Une petite lueur venait de s’éteindre.  L’avoir su, tu aurais skipper ce jour-là pour toujours. S’en ai suivie l’attente dans ces Lire la suite…

Nous, infertiles

Nous, nos bébés, on ne les fait pas sous la couette. C’est impossible. C’est confirmé. Et j’aime à croire que c’est entièrement accepté. Pourtant une partie de mon subconscient semble s’accrocher à l’idée d’une nature plus forte que tout. À chaque fois que je constate que je suis sur le point d’ovuler, mon cœur manque Lire la suite…

Le bonheur dans ta face

Le bonheur, ton bonheur, tu l’attends, l’espères, le croises et parfois tu le perds de vue. Il lui arrive aussi de se cacher derrière des « si j’avais », « si je faisais ». Parfois, tu le penses inatteignable, d’autres fois, tu le frôles du bout des doigts pendant quelques instants, espérant qu’il ne te quitte pas. Et  s’il Lire la suite…

À toi, la maman malheureuse

Toi, oui toi, celle qui mange son gelato Häagen-Dazs au pot avec son verre de vin le soir une fois les enfants couchés. Je sais que le plus important de ta vie est ta famille, mais rien ne va plus et je sais que tu en as marre d’être à la croisée des chemins. Toi, tu Lire la suite…

À toi, la mère qui attend et qui n’est pas heureuse

Je sais, ma belle, que tu n’as pas le premier rôle dans un film épique. Tu es une femme réaliste, épanouie, un brin romantique, mais rien de trop corrosif. Ta corbeille de petites attentes fanées est pleine. Tes amies te disent que « tes attentes te rendent malheureuse », mais le temps file et tu joues Lire la suite…

Pensées d’une femme enceinte

À toi, mon bébé à naître, Ça doit être la quatrième fois aujourd’hui que je viens admirer ma toilette. Il n’y a rien qui reste depuis des mois. Je tente de créer une nouvelle tendance, le teint vert, mais il semble que mes collègues n’apprécient pas et mon docteur a décidé que mon embonpoint n’avait finalement Lire la suite…

Tes enfants lambineux

Tes enfants sont lambineux. Dans le sens qu’au niveau de la rapidité d’exécution, ils sont pas passés niveau expert encore. N’ayons pas peur des mots : ils sont lents pas rien qu’un peu. Pis on peut pas dire que ça fait tout le temps ton affaire. Mettons que ça te teste une patience de mère Lire la suite…

Cinq excuses machiavéliques pour ne pas jouer

T’es une maman qui n’aime pas vraiment jouer avec sa progéniture parce que, malheureusement, au lieu de te sentir accomplie, ça t’exaspère. T’es peut-être aussi une maman qui aime habituellement le faire mais qui, pour une raison x, n’est pas trop tentée par les poupées et les petits chars aujourd’hui. Voici donc, rien que pour Lire la suite…

L’interminable phase du Chu-capab’-tout-seul-maman

Donnez-moi la force de résister et de ne pas céder à la folie. Donnez-moi la force de résister et de ne pas céder à la folie. Donnez-moi la force de résister et de ne pas céder à la folie. Parce je suis à un cheveu de craquer en petit bonhomme dans ma cellule capitonnée pis Lire la suite…