Ton cœur meurtri, mon chum qui vit la garde partagée

Mon homme, Leur absence n’est pas facile pour toi. Tu pleures tes enfants, leur présence te manque. Une partie de toi souffre en silence constamment. Chaque jour, chaque heure, chaque minute, chaque seconde, tu te bats pour rester impliqué auprès d’eux, resté présent, pour partager leurs joies et leurs peines. Tu ne veux tellement pas Lire la suite…

À toi, la maman

À toi, la maman, Celle qui a de la difficulté à établir le lien d’attachement avec son bébé alors que les autres mères amoureuses dès le premier instant te font sentir coupable, j’aimerais que tu saches que moi aussi je l’ai vécu, que c’est encore tabou, mais que des milliers de femmes qui sont passées Lire la suite…

Ta petite bulle de bonheur, ton nouveau-né

Tout commence par une bulle de douceur. Tu flottes en symbiose avec ton amoureux, vous êtes souvent émus, fiers, forts et unis. Votre petit est là, dans vos bras, dans vos cœurs, vous nagez en plein bonheur. Cette bulle, vous allez la savourer ensemble dans le plus grand des secrets, le cœur rempli à rebord Lire la suite…

À toi, la maman forte mais si fragile

T’es une femme forte.  Tu le sais.  Et on te le dit souvent aussi. On admire ta force de caractère.  Et t’es fière de ce trait de personnalité qui te définit. T’es fière de regarder en avant avec détermination pour faire ta vie, et non pas la subir.  Tu sais qu’il n’y a pas de Lire la suite…

Lettre à mon bébé allaité

Ce texte n’a pas pour but de dénigrer ou de culpabiliser les mamans qui donnent le biberon (mon bébé en a aussi eu quelques-uns déjà, hein!). Maman heureuse, bébé heureux, chacun nos choix et notre histoire. Point final. Mon bébé, J’aime ça, t’allaiter. C’est aussi simple que ça. J’aime ça pour mille et une raisons, mais Lire la suite…

Tu es une maman courageuse

Tu es une mère et une femme courageuse. Malgré ce que tu en penses. Pour toi, les femmes courageuses, ce sont celles qui font face à une maladie grave, à la mort d’un enfant. Tu as raison. Mais le courage d’une mère ne se manifeste pas seulement lors d’événements tragiques. Tu es une maman courageuse, Lire la suite…

Quels seront tes souvenirs d’enfant, mon bébé

Quels seront tes souvenirs d’enfant, mon trésor? Que garderas-tu de de ces années passées en famille? Que retiendras-tu de cette période unique, magique, où les filtres qui guident notre interprétation du monde à l’âge adulte n’existent pas? Quels souvenirs te restera-t-il de la naissance de ton petit frère? J’aimerais que tu te rappelles des fous Lire la suite…

À toi qui te bats

À toi qui te bats parce que ta vie a pris le bord. À toi qui as décidé, ou non, de tout quitter. À toi qui as changé, et qui as dû repartir de zéro. À toi qui n’as pas eu de chance, ou bien moins que d’autres. À toi qui as décidé de recommencer. Lire la suite…

Il n’y a pas si longtemps il me semble

Il n’y a pas si longtemps il me semble, tu étais encore tout petit. Tu t’endormais dans mes bras en enroulant une mèche de mes cheveux dans tes petites mains. Tu pleurais pour ne pas aller faire dodo. Tu tendais les bras vers moi pour que je te soulève et que je te prenne dans Lire la suite…

Quand Maman t’a quitté, Papa

J’avais huit ans . J’étais assise sur tes genoux, papa, et maman parlait. C’était flou dans mes oreilles et elle prononçait ces mots que je n’arrivais pas à comprendre, dont je n’arrivais pas à saisir la portée. Je n’assimilais rien, portée par le flot de tes sanglots, par le mouvement de tes épaules qui bougeaient Lire la suite…

Notre famille recomposée : je n’ai pas pu résister

J’ai acheté sept chaises. Pas deux, pas quatre, pas six. Sept. Sept chaises en bois. Je n’ai pas pu résister. Je le sais. On fait attention à nos sous, on surveille nos dépenses, on a de la misère à joindre les deux bouts, on retarde trop souvent des paiements pour mettre du pain et du Lire la suite…

Que restera-t-il de nous, mon amour?

Le temps file à toute allure.  Nos enfants grandissent, et nous, nous vieillissons.  Et je me demande parfois au fond de moi : quand la vie décidera que nos chemins se séparent, ou quand nous arriverons simplement au bout de la route qui nous était destinée, que restera-t-il de nous, mon amour? Je regarde alors Lire la suite…

Lettre à toi, la mère de mes beaux-fils

Je sais qu’on ne se parle pas souvent. Le moins possible même. Aujourd’hui par contre, j’ai des choses à te dire et je pense qu’on devrait en parler. Premièrement, je ne veux pas prendre ta place. Je ne suis pas et je ne serai jamais la mère de tes gars. Ils ne vont jamais m’aimer Lire la suite…

À toi, ma petite maman fragile

J’ai eu la plus merveilleuse des enfances, maman. Celle qui laisse à jamais des souvenirs doux et impérissables quand on devient grand.  Quand je ferme les yeux, je revois les étés au bord de la piscine, les automnes à jouer dans les feuilles et les hivers à patiner au parc du quartier. Je te vois Lire la suite…

Mon bébé, mon dernier bébé

Mon bébé. Mon troisième bébé. Mon dernier bébé. Depuis ta naissance, si tu savais tout ce que tu n’as pas. Tu n’as pas été la vedette unique de ta journée de naissance puisque ton grand frère est entré à la maternelle le même jour. Tu n’as pas eu le droit de te créer ta propre Lire la suite…

J’ai peur de mourir mon bébé

Je suis jeune, en santé. Je pète le feu, je suis une boule d’énergie. Une vraie queue de veau. Rien ne peut m’arriver, ma vie va bien. Je me complais dans le déni, mais je dis que c’est du positivisme : le malheur, la maladie, les accidents, ce n’est pas pour moi. Je suis une Lire la suite…

J’aurais voulu être la femme de ta vie, toi, le père de mon enfant

J’aurais voulu être la femme de ta vie. J’aurais souhaité être celle qui te fasse vibrer jusqu’à la fin. Celle avec qui tu puisses t’épanouir tout au long de ta vie et qui puisse continuer d’être la cause du pétillant dans tes yeux. J’aurais voulu que nos défauts respectifs fassent de notre amour une relation Lire la suite…

Mon union multiculturelle

Quand j’ai annoncé à ma mère que j’avais rencontré un arabe, un algérien pour être plus précise, et qu’il était musulman par-dessus le marché (car ce ne sont pas tous les arabes qui sont musulmans et vice-versa), j’ai cru qu’elle allait s’évanouir. Elle me voyait déjà comme la nouvelle vedette du film Jamais sans ma Lire la suite…

Le jour où je t’ai renvoyé chez toi

Cette année,  tu aurais eu seize ans. Tu terminerais probablement ton secondaire cinq.  À ce moment-ci, nous en serions  peut-être à te magasiner ta tenue de bal, à gérer tes premières jobs, à se jaser de tes amours ou même… à s’obstiner sur le ménage de ta chambre. Parfois, je t’imagine garçon.  Grand, avec mes Lire la suite…