Letizia C.



Mi-vingtaine, vivant dans une forêt enchantée sur la rive-nord de Montréal, mon bonheur se résume à écrire 24 heures par jour à l’aide d’un bon grand café latté. J'ai déjà un premier livre publié à mon actif et plusieurs autres sont à venir. Je suis maman de deux petites merveilles de 4 et 5 ans, de qui j'ai plus appris en ces quelques années, qu'en plus de 15 ans d'études. J'essaie de voyager le plus possible pour leur faire découvrir toutes les beautés du monde.

Posts récents

Ce que je peux t’offrir, mon amour

Avant de te coucher, tu as regardé le ciel par la fenêtre, puis tu m’as demandé quelle étoile menait au Pays imaginaire. Je t’ai indiqué la plus brillante de toutes, en te répétant le chemin : « Deuxième étoile à droite, jusqu’au matin ». Tu t’es empressée de te fermer les yeux pour t’endormir, souhaitant que Fée Lire la suite…

J’ai de la misère à vivre sans toi, mon bébé

Mon bébé, J’ai fermé la porte d’entrée, puis je me suis sauvée dans ma chambre pour éviter de te voir quitter avec papa. En allant porter ta petite bague que tu aimes tant dans ta chambre, j’ai eu le cœur gros. Gros de chagrin. Rempli, débordant de peine qui fait mal. Cette tristesse qui n’est Lire la suite…

À toi, mon enfant qui est tout mon contraire

À toi, mon enfant qui est tout mon contraire, Je te regarde courir dans le gazon trop long. Je t’entends rire en soufflant tes bulles dans les airs. Tu me cries au loin que tu m’aimes plus gros que le soleil et toutes les planètes. Tu respires le bonheur, mon bébé. Enfin. Depuis ta naissance, nous Lire la suite…

Je vis mal ton absence, mon bébé

Je l’avoue, je vis mal avec ton absence. Je m’étais faite à l’idée que tu étais ma raison de vivre, ma raison de sourire. Je m’étais faite à l’idée que tu étais la variable manquante à l’équation du bonheur, du sens à la vie. Après une dure journée au travail, je comptais sur ta présence Lire la suite…

Notre vie démolie : la séparation

Après que ta respiration se soit calmée, que tes muscles se soient relâchés et que le poids de ta tête ait coupé la circulation de mon bras, je me suis faufilée hors de ton lit. Je suis allée m’enfermer dans la salle de bain adjacente à la chambre qu’on partage, toi et moi. J’ai eu Lire la suite…