Mon fils, tu es un carré dans un moule rond

little boy alone on a bed

À toi, moi fils différent. On te cherche une étiquette depuis ta naissance. On passe de l’enfant difficile à l’enfant demandant, en passant par l’enfant mélancolique, l’enfant TDAH, l’enfant au trouble d’opposition, ça n’en finit plus. On essaie la médication dans le but que tu rentres dans le moule rond qu’est la société, mais toi, tu es un carré.

On te donne ces pilules qui devraient t’aider à fonctionner, mais si tu te retrouvais sur une île déserte avec quelques personnes qui cadrent dans la société, crois-tu qu’on voudrait modifier ces mêmes comportements qui dérangent tant?

À l’école, on te dit que tu es dans la lune, que tu n’écoutes pas et que c’est inacceptable pendant que toi, tu es en train d’élaborer le plan d’une cabane que tu veux construire à ton retour de l’école. Si tu étais sur une île déserte, avec les gens de la société ronde, voudrait-on te médicamenter pour que tu sois davantage concentré ou te pousser à construire un abri grâce à ton ingéniosité ?

Lorsque tu réponds à ton enseignante alors qu’elle ne t’a pas posé de question, mais que tu en connais tellement sur le sujet que tu ne peux t’en empêcher, c’est mal, c’est impoli. Sur une île perdue au milieu de nulle part, les connaissances générales que tu as pourraient sauver la vie de plusieurs; le fait que tu saches que la belladone est un petit fruit toxique pourrait être bien pratique.

Tes fameux bruits de bouche, ils dérangent tout le monde. Mais sais-tu qu’en y pensant bien, autour d’un feu ça pourrait créer une musique d’ambiance divertissante.

À force de chercher la bonne étiquette, d’essayer différents traitements, ne sommes-nous pas en train de passer à côté de quelque chose? Sommes-nous en train de nous rendre coupables d’endormir toute la vitalité et la créativité qui sommeillent en toi? Ta grande générosité fait en sorte que tu donnerais ta chemise à ton voisin, même à moins quarante degrés Celsius.

Tu es un carré dans un moule rond, mais ne t’en fais pas mon fils; même si tu n’entres pas dans le moule qu’on cherche à t’imposer, en grandissant tu comprendras à quel point ça te rend exceptionnel.

Katee
Katee

20 thoughts on “Mon fils, tu es un carré dans un moule rond

  1. Jul Répondre

    C’est comme si vous parliez à mon fils. Même combat. Le mien c’est un triangle vraiment cute 😉 #respect

    1. Laurence Répondre

      Cela ressemble bien au syndrome d’Asperger, c’est un syndrome qui peut être très léger, on ne peut le combattre, on nait ainsi et cela passe, entre guillemet, avec le temps, disons qu’on apprend à comprendre le fonctionnement des autres « dit » normaux !

  2. OLIVIER Répondre

    Je suis très touchée et émue par votre texte. J’ai l’impression de reconnaître mon fils de 6 ans… Pas de diagnostic posé mais des questions, beaucoup de questions depuis bébé et surtout depuis l’entrée en maternelle. Une intensité et une hypersensibilité extrêmes, le refus de faire les évaluations, l’ennui en classe… J’ai peur pour le CP mais pareil j’ai l’impression qu’on lui impose de rentrer dans ce fameux moule qui n’est pas le sien 😥 alors merci pour ce joli texte qui me touche dans mon cœur de maman. Belle journée,
    Maëlle

  3. Carine lyons Répondre

    WoW vraiment merci pour ce texte , je sais que c’est pas facile pour les gens qui ne vivent pas avec un enfant différent de comprendre ce que représente notre quotidien mais avec un texte comme cela ils leurs sera peut-être plus facile d’avoir moins de jugement et plus de compréhension!

  4. Pamylee Roy Répondre

    Merci pour ce texte, je vis la même chose avec mon grand depuis 4 ans maintenant… Ça fait du bien de savoir qu’on est pas seule.

  5. Marion Répondre

    Juste merci pour ce très beau texte !!! <3

  6. Veronica Libbrecht Répondre

    Je suis très touchée et merci pour ce partage. Moi aussi je suis maman d’une enfant EXTRA-ORDINAIRE :o) L’important c’est de les aimer tels qu’ils sont 😉 Continuons à leur montrer et leur faire sentir qu’ils sont parfait tel qu’ils sont et surtout apprenons leur à s’aimer tel qu’ils sont <3

  7. Ginette Leroux Répondre

    Vivement qu on parle de neurodiversité au lieu de différence !

  8. Cindy Répondre

    Ça ressemblait à un parent qui met la faute du trouble sur l’environnement au début, mais en lisant un peu plus, ça envie de ressembler à de la surdouance. Un enfant intelligent est aussi peu à sa place dans une classe normale qu’un enfant qui a un retard. Le manque de stimuli intellectuel est léthargique pour un surdoué. Il peut commencer à penser qu’être devant le groupe c’est mal. Je pense que les psychologues pour enfants peuvent faire des tests pour savoir, ensuite c’est de trouver les bonnes activités pour le jeune.

  9. leila Répondre

    Merci pour ton écrit ,merci d’avoir couché sur du papier des mots et des sentiments qui tourmentent beaucoup de mamans.J’ai pleuré en lisant ton texte de la même manière que je pleure à chaque matin en donnant la pilule qui va transformer mon fils un carré en rond , une forme facile à rouler à attraper et à lancer.
    Je suis de tout cœur avec ces familles dans la tourmente, dans le déchirement et dans l’éclatement dans l’indifférence totale de celui qui a décidé que le moule doit être rond laissant place à aucune autre forme géométrique.
    Performance, exigence et rentabilité c’est à ça qu’on prépare nos enfants avec une pilule de concentration qui deviendra plus tard une pilule du bonheur.J’aurais voulu avoir un enfant 20 ans plutôt l’avoir su,

  10. laetitia Répondre

    merci de mettre des mots sur nos combats, ici tdha hp dyspraxique de 15 ans, sous concerta, j’ai l’ado le plus sympa du monde à la maison, bien dans ces baskets, bien au lycée, drôle, attachant, sensible, serviable même si ça reste épuisant parfois, le voir épanoui ne me fait pas regretter les années de combat 🙂 .
    la devise de la maison : on lâche rien , on relativise et on rigole ….

  11. Baina Répondre

    Très beau texte! Merci. Je ne sais pas où vous habitez. Essaye de l’inscrIre dans une école à pédagogie active et non pas dans l’education nationale
    Lisez cet article http://speech.konbini.com/news/francoise-nyssen-ministre-de-la-culture-a-cree-une-ecole-ou-il-fait-bon-etudier/

    https://www.livingschool.fr/fr/pages/ecole/organisation/equipe
    Bien à vous

  12. Marie helene Répondre

    Merci pour ce beau texte.
    2 enfants différents… Pas tant que ca, je trouve. Mais quelle culpabilité!
    L’école veut les mettre dans un moule carré… Et me rappelle que meme en forçant, ca rentes pas. Ça me met dans un désespoir tel par moment que je ne sais plus où me mettre. Et eux en pâtissent…

  13. Delphine Répondre

    Très beau texte ! Je suis maman d’un enfant qui a été montré du doigt en tant qu’hyperactif durant toute sa scolarité (et qui s’en est très bien sorti sans l’école grâce à son imagination… et un peu sa maman 😉 Je suis touchée par ce texte. Etant aussi enseignante, je vois l’envers du décor ! Voici quelques aides pour LES PARENTS ÉPUISÉS :
    http://le-super-parent.com/category/hyperactivite/

  14. Val Répondre

    Moi, ma fille est super écoutante, super gentille. C’est moi qui répond sans attendre mon tour. Qui a trop plein d’idées qui germent quand ce n’est pas le temps. Qui ne formule pas de courriel de commande claire à mon boulot. J’étais sage comme une image quand j’étais petite. On est jamais assez bon pour quelqu’un d’autre. Faut faire son chemin malgré tout.

  15. DELAY Répondre

    C’est bien ça…
    J’ai très vite retiré mon fils de la Fabrique à « tarte ronde ».
    Dès le cm1, j’ai pris des cahiers de vacances, déscolarisé avec accord de l’education nationale, puis le CNED jusqu’en 3 ème, pour finaliser avec le brevet des collèges.
    Plus de Médoc, qui lui mettait son cerveau au ralenti. Moi, la mère patiente, j’ai géré ça…
    Puis en fin de compte, quand il a bien voulu refaire les tests, à 16 ans, gêné par ses bizarreries, des rejets du monde, les réflexions des autres, sur son inaptitude à vivre ensemble de type asocial (pas vrai, adorable si il est inclus), on a explique que cela venait de la surdouance.
    Ah …

  16. Sandrine Répondre

    Ce n’est que lorsque mon fils aîné est entré au cp que j’ai vraiment commencé à me poser des questions. Une heure pour apprendre 4 lignes de poésie qu’il avait pratiquement oubliées le lendemain. On lui a fait des examens, sans résultats. Les professeurs le jugeaient comme incapable de s’intéresser à l’école. Jusqu’à ce qu’on découvre que mon fils ne comprenait tout simplement pas ce qu’il lisait et était incapable de s’organiser. Aujourd’hui, il a 15 ans. Il se sait différent et, bien qu’il l’ai compris, à tendance à se mettre en retrait et est très introverti. J’aimerai qu’il aille davantage vers les autres. Il craint bcp le regard des autres et à tendance à se dévaloriser. J’aimerai qu’il développe sa confiance en lui et je pense que le sport lui ferai bcp de bien en ce sens

  17. Malline Répondre

    Au travers ton texte, je reconnais une personne que je connais bien, avec qui je partage ma vie. Mon homme… Ils finissent par arrondir leurs coins, le moule ne leur fait toujours pas… Ils deviennent adultes, des adultes différents…exceptionnels! Vivre avec eux n’est pas simple mais pour eux, c’est l’histoire de toute une vie… Des moules, on a qu’en s’en mouler un à notre taille et amener la société ronde à découvrir de nouvelles formes 😉

    1. Corinne Répondre

      Quelle belle façon de voir les choses. Ça me réconforte dans mon impuissance à lui trouver un milieu éducatif à sa hauteur.

  18. Celine Répondre

    Merci pour ce très beau texte. Si vrai pour certains. Ma soeur a mis sa fille ainée dans le privé à et depuis elle revit dans une classe a double niveau. A la maison elle a retrouve le sourire et son petit frere de deux ans la suit en Petite Section et suit. Certains enseignants dans des effectifs reduits peuvent s’adapter à ces enfants. Un petit enfant né sans avant bras est dans cet école et il s’est si bien adapté qu’il devient un enfant comme les autres, motivé pour réussir et solidaire des autres. Il a appris les bases du tir à l’arc en quelques minutes, plus vite que d’autres enfants. C’est impressionnant. Cette ecole sous contrat n’est pas neuve, n’a pas les accessoires derniers cris mais a une belle équipe soudée qui apporte confiance et envie d’apprendre aux enfants y compris ceux qui ne sont pas des moules ronds. des vrais enseignants au sens noble du terme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *